Accès à l’Internet : Casser le monopole pour baisser le prix

Jamais deux sans trois. Si des procédures sont en cours pour réviser les contrats avec les fournisseurs de la Jirama d’une part et fixer une nouvelle structure des prix à la pompe d’autre part, une initiative visant à réduire le coût de l’accès à l’internet surgit également. Cette question a été abordée hier lors du forum sur les enjeux des télécommunications à Madagascar.

“Un seul opérateur est aujourd’hui autorisé à utiliser la fibre optique et il fait bien son travail. Les autres se plaignent à tort ou à raison de ne pas pouvoir investir correctement. Nous ne pouvons pas accepter qu’une situation reste monopolistique. C’est pour cette raison que l’ouverture du marché pour le développement des infrastructures est aujourd’hui une priorité pour le ministère”. C’est en ces termes que le ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique Christian Ramarolahy a clôturé hier le forum sur les nouveaux enjeux des télécommunications à Madagascar à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des télécommunications.
Telma est en effet le seul opérateur autorisé à utiliser la fibre optique suite à un décret pris en 2014. Le ministre rappelle qu’il revient aux opérateurs et non à l’Etat de fixer les tarifs et une demande allant dans le sens d’une révision à la baisse a été faite pour permettre à un plus grand nombre d’avoir accès à l’internet. «Nous sommes disposés à accorder une autorisation par décret à d’autre opérateur. Si compétition il y a, une baisse des prix s’ensuivra et sera peut être appliquée à partir de l’an prochain», précise notre interlocuteur en marge du forum organisé conjointement avec l’ARTEC.
Bien que les débats d’hier ont parfois été houleux, l’objectif des discussions étaient de proposer de solutions pour l’amélioration de la qualité de services et l’accessibilité.

Telma

Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général du groupe Telma affirme pour sa part qu’il faut être pragmatique. Il estime que la conséquence première d’un changement de cadre réglementaire renforcerait le positionnement de Telma qui deviendrait le seul opérateur à l’échelle nationale parce qu’il a l’infrastructure partout dans le pays. Si tel ou tel opérateur va investir, il va dupliquer ce qui existe et il le fera uniquement dans les axes principaux du pays. Le prix appliqué actuellement par Telma est fait pour l’ensemble du territoire, y compris dans les zones reculées, selon ses dires. «Il faut donner l’accès à l’ensemble de la population. Nous avons la chance d’être dotée d’une infrastructure de 10.000 km de fibre optique qui fait que nous sommes parmi les meilleurs en Afrique».

Réforme de l’ARTEC

Le ministre Christian Ramarolahy note par ailleurs que ces dernières années, l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC) n’a pas pleinement joué son rôle de «régulateur» compte-tenu des interventions de ministres successifs dans des décisions importantes qui ne profitent qu’à une minorité. Pour rappel, le conseil d’administration de l’ARTEC a été abrogé par le ministre actuel peu après qu’il ait occupé son poste de membre du gouvernement. «Je n’interviendrai pas dans les décisions de l’ARTEC», a-t-il martelé. L’ARTEC, selon ses dires, doit fixer des règles de jeu claires, pour permettre aux opérateurs de travailler comme il se doit tout en protégeant les consommateurs. L’ARTEC se doit d’ailleurs d’être objectif, avec un traitement égalitaire des opérateurs.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.