ADER : 396 localités à électrifier cette année

A Madagascar, le taux d’accès à l’électricité est relativement faible, surtout en milieu rural. Des mesures sont prises pour que le taux d’accès à l’électricité puisse atteindre 50% avec un prix d’électricité abordable à tous et aussi un doublement de la production d’électricité d’ici fin 2023.

Pour atteindre les objectifs fixés dans la politique générale de l’Etat en matière d’électricité, l’Agence de Développement de l’Electrification Rurale (ADER) entend développer un programme d’électrification rurale à grande échelle et durable sous le système de partenariat public privé sous deux axes.
55 projets, permettant d’électrifier 396 localités à travers le pays et d’en faire bénéficier 1.736.181 habitants pour un total de puissance installée atteignant 10 MW sont prévus selon les précisions apportées par Mamisoa Rakotoarimanana, Secrétaire Exécutif de l’ADER. Des projets intégrés d’électrification rurale seront développés et s’articuleront autour de trois axes. Le premier axe repose sur la densification des clients dans les centres d’exploitation existants et le développement des réseaux existants pour desservir des zones périurbaines. Plus de 10% de la population non desservie seront connectés. Une autre action reposera sur l’électrification des villages ruraux, par des systèmes décentralisés et/ou un système électrique interconnecté au niveau des régions. Des mini-grid basés sur les énergies renouvelables seront utilisés et bénéficieront à 250.000 usagers pour l’hydraulique et 400.000 pour le solaire. Le dernier axe concerne l’électrification des villages ruraux dispersés et très isolés, soit par des kits photovoltaïques individuels avec des mécanismes de financement socialement acceptable soit par des kiosques solaires ou nano réseaux.
Tel qu’il a été indiqué à maintes reprises, les centrales thermiques existantes seront progressivement substituées en centrales énergies renouvelables et de nouvelles centrales basées sur les énergies renouvelables disponibles localement seront aussi développées. Tel qu’il est précisé dans la feuille de route de l’électrisation rurale, ces énergies pourraient, dans certaines zones géographiques, produire de l’énergie à moindre coût que les combustibles fossiles importés, et représente d’importants bénéfices environnementaux. Et la liste n’est pas exhaustive. A noter que les projets sont financés selon le système de partenariat public privé. Des bailleurs de fonds financent également le projets pour ne citer que la Banque Mondiale, l’Union Européenne, la GIZ, l’ONUDI, le PIC et la BAD.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.