Affaire Carlos Ghosn : La TOA nie tout lien avec les passagers de MNG JET

La compagnie n’a pas de lien avec les passagers qui louent et utilisent les avions opérés par la compagnie turque, qui dispose d’une importante flotte d’avions partout dans le monde au profit de clients internationaux…

Nouveaux rebonds dans l’affaire Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour malversations financières, et dont le déplacement controversé aurait impliqué Madagascar et la compagnie MG privée d’aviation générale spécialisée dans les voyages d’affaires, Trans Ocean Airways (TOA). Devant les polémiques, la compagnie aérienne est ainsi sortie de son mutisme à travers un communiqué, réfutant un lien quelconque avec l’ancien patron de l’Alliance Renault-Nissan.
La direction de TOA a notamment précisé dans ce communiqué publié à la fin de la semaine dernière que l’appareil qui aurait servi est opéré par la première compagnie turque d’aviation d’affaire MNG Jet et que la compagnie n’a pas de lien avec les passagers qui louent et utilisent les avions opérés par la compagnie turque, qui dispose d’une importante flotte d’avions partout dans le monde au profit de clients internationaux, dans les sphères privées et publiques.
La compagnie aérienne privée turque MNG Jet a dénoncé le 03 janvier 2020 dernier l’utilisation « illégale » de deux de ses appareils pour permettre à l’ancien patron de Nissan-Renault Carlos Ghosn de fuir le Japon en direction du Liban, via Istanbul, ajoutant avoir porté plainte. Deux appareils de la compagnie aérienne privée turque ayant été utilisés dans la fuite de Carlos Goshn, la compagnie a annoncé avoir porté plainte, dénonçant une utilisation illégale de ses services d’aviation privée en lien avec cette affaire controversée. Selon MNG Jet, deux jets privés ont été loués en décembre à deux clients : l’un des appareils pour un vol Dubaï-Osaka, puis Osaka-Istanbul, et l’autre pour un vol Istanbul-Beyrouth. Or, ces deux locations n’avaient en apparence aucun lien entre elles. Le nom de Carlos Ghosn n’est apparu dans les documents d’aucun des deux vols. MNG Jet a ajouté que la compagnie opère les appareils mais n’en est pas propriétaire.
Sept suspects ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire. MNG Jet a révélé qu’un employé de l’entreprise, qui a fait l’objet d’une enquête menée par les autorités turques, a reconnu avoir falsifié les registres et a confirmé avoir agi à titre individuel, à l’insu ou sans l’autorisation de la direction de MNG Jet.

L.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.