Affaire Claudine Razaimamonjy : Clash entre le SMM, le Gouvernement et l’HJRA

11

Les prérogatives de puissance et de pouvoir des entités publiques et politiques sont constamment remises en question dans l’affaire Claudine Razaimamonjy dont le dossier est loin d’être clos.

Réponse du berger à la bergère. Le Syndicat des Magistrats de Madagascar a répondu de façon cinglante au dernier communiqué du Conseil du Gouvernement de mardi dernier. «Menacer les magistrats qui usent de leurs prérogatives légales dans un communiqué officiel du gouvernement est considéré, par le Syndicat, d’acte de déstabilisation de l’institution judiciaire», lit-on dans un communiqué du SMM.
Ce communiqué fait suite à celui du 16 mai dernier du gouvernement. «Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a donné un ordre formel et catégorique aux membres du Gouvernement concernés de prendre des mesures fermes à l’endroit de tout acteurs et instigateurs de déstabilisation, quel que soit leur statut. Et ce, jusqu’à ouvrir des poursuites judiciaires, même contre certains Magistrats ayant abusé de leurs prérogatives légales», lit-on dans ce communiqué du gouvernement. «Les magistrats, dans l’exercice de leurs fonctions, ne font qu’appliquer les dispositions légales et en aucun cas leurs actes ne sauraient être considérés d’actes de déstabilisation de l’Etat ou de la société», a répliqué le SMM.
Les observateurs sont loin d’imaginer qu’une guerre institutionnelle pourrait opposer l’autorité exécutive à celle judiciaire… Une situation qui risque de fragiliser l’Etat. Cette joute de communications entre le gouvernement et le SMM aurait pour origine l’affaire Claudine Razaimamonjy.
«Enfin, le Syndicat des Magistrats de Madagascar est offusqué par la position et l’implication directe du Gouvernement dans l’affaire Razai- mamonjy Claudine, alors que lui-même a déclaré que cette affaire n’est pas celle de l’Etat. Pour le SMM, si cette affaire n’est pas une affaire d’Etat, l’attitude du Gouvernement en déclarant dans un communiqué officiel les menaces de poursuites judiciaires contre les magistrats faisant leur travail, reste surprenante. Car d’aucun ne sait que c’est le Syndicat des Magistrats de Madagascar et, en particulier, son président qui ont été visés», souligne le SMM dans son communiqué.
Le SMM a réitéré que le syndicat continuera sur sa lancée afin de mettre en place un Etat de droit et de justice à Madagascar. «Faisant partie intégrante de la société civile, le Syndicat des Magistrats de Madagascar se doit de dénoncer toute violation de la loi ou de sa non-application surtout si ces actes affectent directement le bon déroulement des procédures judiciaires», soutient le SMM.

L’HJRA ne tolérera aucune transgression aux règles
Par ailleurs, la Direction du CHUJRA d’Ampefiloha s’insurge contre les récents agissements du substitut du Procureur de la République.
La Direction a tenu à mettre les points sur les «i» dans son communiqué et a souligné que l’établissement ne tolérera aucune transgression aux règles.
«Toutes personnes hospitalisées dans l’établissement jouissent du statut de malade requérant des soins médicaux et relèvent de la Charte des malades. Ainsi, toute personne requise pour accomplir une mission auprès CHU JRA devra respecter la souveraineté de l’hôpital en sollicitant la Direction de l’hôpital pour l’exécution de la mission assignée. L’accomplissement d’une mission doit se conformer aux règles de procédure administrative et à l’organisation des soins. Dorénavant, toute transgression à ces règles ne saura être tolérée».

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer