- Première chaine de télévision privée - http://matv.mg -

Andranofotsy Maroantsetra : Le village réduit en îlot, le maire s’engage dans de fausses promesses

Andranofotsy, une Commune localisée à seulement une dizaine de kilomètres au nord de Maroantsetra, non loin de Nosy Mangabe et émergent dans le lagon de la Baie d’Antongil. Ce village est desservi par la route nationale, toutefois, plus aucune voiture n’est passée depuis ces 40 dernières années. Les pirogues sont les seuls moyens de liaison avec la ville de Maroantsetra. Et entretemps, l’érosion poursuit son action dévastatrice…

Les villageois de la Commune d’Andranofotsy, du District de Maroantsetra, sont d’ores et déjà sur le qui-vive et sont même terrorisés à l’approche de la nouvelle saison des pluies et des cyclones. Force est de constater les effets dévastateurs des eaux finissent par réduire le village à l’état d’îlot. Les villageois se perdent en conjectures et redoutent le pire. La superficie de terre qui constitue le village d’Andranofotsy diminue au jour le jour et à ce rythme, le village ne tarderait pas à être complètement immergé. L’hébergement des sinistrés vire à des batailles conflictuelles. En effet, Amparihibe, un endroit susceptible d’accueillir les sinistrés de ces érosions, devient l’objet de litige opposant les villageois au maire de la Commune. Les habitants redoutent que ce sinistre ne soit une opportunité pour le maire de se faire de l’argent…
Selon les témoignages de José Jiro, un villageois, «depuis le cyclone Gafilo de 1994, les eaux ont creusé de nouveaux lagons en rasant de nombreux villages sur leur passage, les immergeant complètement. Presque chaque année, l’érosion entame près de 5mètres vers l’intérieur des terres. A l’heure actuelle, le chef lieux de notre Commune est devenu une sorte d’île entourée d’eau».
A cause de ce sinistre quasi annuel, la Commune envisage de déplacer les habitants de 5 Fokontany de ces zones d’érosion vers un terrain de 128Ha du village d’Amparihibe. Cependant, ce projet génère un conflit du fait que le maire envisage ainsi de déloger des habitants ayant résidé sur leurs terres depuis 1950, selon les explications rapportées par le dénommé Tomasy, porte-parole des villageois.

VIOLATION DE L’ORDONNANCE DU TRIBUNAL

Mardi 21 Août dernier, une délégation conduite par le maire Toto Manambina Zito et composée de représentants de l’OMC, du Chef District de Maroantsetra, du Conseil communal et des Forces de l’ordre, s’est rendue sur place pour constater de visu les réalités. Cette délégation a immédiatement mobilisé les habitants du fokontany d’Ambodibaro qui font partie de ceux qui devraient être déplacés. La clôture de l’endroit avait alors été détruite et les champs de culture des propriétaires de ces terres ont été dévastés a rapporté Tomasy. D’ailleurs, le maire a confirmé cette information en réitérant que cette opération avait été publiée préalablement sur les ondes et par voie de « Dalala », avisant les résidents d’Amparihibe de quitter les lieux dans la mesure où les clôtures ainsi que leurs champs de culture seront démolies.

Les paysans délogés et victimes de ce qu’ils qualifient de «abus et exactions » perpétrés par une poignée d’individus sous la houlette du maire, se sont empressés de recourir à un huissier ainsi qu’au chef Circonscription de l’Agriculture et de l’élévage de Maroantsetra. Ces démolitions ont été estimées à 12 765 000 Ariary par le Ciragri de Maroantsetra, selon les constats sur terrain, effectués le 25 août 2018 par Nirivololona Vénérande, technicienne et chef Ciragri. Les villageois lésés ont alors déposé plainte pour destruction massive de leurs biens au niveau du Tribunal et réclamé un dédommagement. Ils ont accusé le maire de violation pure et simple des termes d’un jugement du tribunal.

Le 9 mai 2018, le tribunal de Première Instance de Maroantsetra avait en effet sorti une ordonnance n°092-AG/18 relative à cette affaire, « faisant défense à toute personne d’installer quiconque sur le terrain sise à Amparihibe, Fokontany dudit, CR Andranofotsy, Maroanstetra, jusqu’à l’issue de la procédure au fond correspondant ».

LE MAIRE PERSISTE DANS SA DÉCISION

Le maire Toto Manambina Zito, lui, persiste dans sa propre détermination à mener son projet à terme, en dépit de cette ordonnance du Tribunal. « Je n’ai été notifié d’aucun jugement du Tribunal. Ce terrain d’Amparihibe est une propriété domaniale, qui peut être utilisé par la Commune, à titre de réserve, en cas de nécessité absolue. Je me dois de déplacer, et sans délai, ces personnes sinistrées de l’érosion. Le Conseil communal avait décidé de la superficie de terrain qui sera attribuée à chacun de ces sinistrés, suivant sa déliberation. Nous devons faire en sorte de délimiter légalement ces parcelles d’Amparihibe, de les titrer et de les borner de manière légale », a martelé le maire.

« UN TERRAIN DOMANIAL », SELON LES SERVICES DES DOMAINES

Les investigations autour de cette affaire, menées par nos soins nous ont mené auprès de l’inspecteur de Domaine au sein du service des domaines de Maroantsetra, Paul Jaosoa, qui a bien accepté de nous fournir des explications. « Le terrain de 128Ha incriminé, localisé à Amparihibe Andranofotsy est bel et bien domanial inscrit dans les domaines privés de l’Etat et n’a jamais fait l’objet de cession à la Commune. Depuis 1996, une dizaine de demandes d’acquisition de parcelle de ce terrain sont parvenues à nos services, de la part des particuliers qui avaient mis en valeur leur parcelle respective. Une seule de ces demandes a été honorée avec attribution de titre foncier. Le Fokonolona fait partie de ces requérants. En revanche, aucune demande en ce sens formulée par la Commune ne nous est parvenue. Par conséquent, si la Commune envisage d’utiliser ce terrain, elle devrait en formuler la demande et attendre son tour d’être servie. La règle stipule en effet, que les premières demandes soient les premiers servis. Il faut savoir, en outre, qu’en cas de piétinement, c’est-à-dire que la parcelle requise par la Commune a déjà trouvé preneur, celle-ci sera attribuée à la première demande reçue. A moins d’un désistement…», d’après Paul Jaosoa.

Selon des indiscrétions, le dénommé Marcel Kalo, un Tangalamena d’Andranofotsy et qui serait un proche collaborateur du maire, serait en ce moment en train de récolter des noms aux fins de pétition. « Sous l’influence de la peur, des individus qui devraient être déplacés se rendent en cachette chez moi pendant la nuit pour s’inscrire dans la liste», nous a-t-il fait savoir. Jusqu’au moment de notre passage, cette liste de gens qualifiés de « sinistrés d’Andranofotsy » comportait déjà 87 noms. Pour leur part, les villageois lésés d’Amparihibe soupçonnent un intérêt particulier du maire dans son acharnement à déplacer ces « sinistrés ». Des rumeurs circulaient et selon lesquelles le maire envisagerait de vendre ces terrains. Toutefois, aucune preuve ne vient jusqu’à présent étayer cette thèse. D’ailleurs, l’ordonnance du tribunal qui interdit la cession de ces terrains domaniaux et qui casse ainsi l’argument du maire, reste toujours en vigueur. L’issue de cette affaire reste alors incertaine jusqu’à l’heure actuelle.

Enquête rélaisée par Fah Andriamanarivo

 


Article printed from Première chaine de télévision privée: http://matv.mg

URL to article: http://matv.mg/andranofotsy-maroantsetra-le-village-reduit-en-ilot-le-maire-sengage-dans-de-fausses-promesses/

Copyright © 2014 . All rights reserved.