Ankorondrano Atsinanana : Démolition de l’église Pentecôtiste en présence des forces de l’ordre

Les responsables de l’église se basent sur le fait que les édifices cultuels construits sur des terrains domaniaux ou pour la construction desquels il a été fait appel à des souscriptions locales ou au concours des fidèles sont propriétés de l’Etat.

Le fokontany d’Ankorondrano Atsinanana notamment l’église Pentecôtiste Mitambatra a été le théâtre d’un litige foncier. Il s’agit plus exactement d’un désaccord entre l’église évangélique pentecôtiste Mitambatra Fandresena Ankorondrano et la société COMADIS. Hier vers 06h 30, les forces de l’ordre ont débarqué dans le bâtiment de l’église en question alors que les fidèles été en plein culte matinal. Une décision annonçant la démolition du bâtiment est sortie, paraît-il, et les forces de l’ordre sont là pour veiller au respect de cette décision.
Une action qui a provoqué une profonde indignation pour les églises pentecôtistes. Les responsables de l’église sont alors montés au créneau, et ont contesté cette action indigne menée par la société COMADIS. «Puisqu’il s’agit d’une églises, l’ordonnance 62 117 du 1 octobre 1962 stipule que…. Les édifices cultuels construits sur des terrains domaniaux ou pour la construction desquels il a été fait appel à des souscriptions locales ou au concours des fidèles sont propriétés de l’Etat. Si des édifices cultuels sont construits sur des propriétés privées, celles-ci devront obligatoirement être cédées gratuitement à l’Etat qui les mettra à la disposition des fidèles de l’église ou de l’association cultuelle considérée par arrêté du Ministre chargé du service des domaines», a rappelé un Responsable de l’église.
Notons que l’église évangélique pentecôtiste Mitambatra Fandresena Ankorondrano Atsinanana a été mis au courant de cette expulsion dimanche dernier.
Les responsables de l’église contestent l’expulsion de l’église et font appel aux autorités compétentes de voir cette situation, puisqu’ils affirment détenir les documents relatifs à ce terrain.
En attente de la suite de l’affaire, la démolition qui a partiellement débutée a été suspendue jusqu’à nouvel ordre.
Affaire à suivre.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.