Approvisionnement en eau : Des citernes à la rescousse

Les financements à long terme dans le domaine de l’eau potable ne permettent pas d’avoir des solutions immédiates alors que de nombreux quartiers font actuellement face à des problèmes d’approvisionnement en eau, surtout en cette période d’étiage. Itaosy, Atsimondrano, Ambatomaro et Ambohimangakely sont les plus touchés. Pour y pallier, des citernes pour distribuer gratuitement de l’eau viendront à la rescousse dans ces quartiers pour renforcer l’approvisionnement, précise Aimé Olivier Jaomiary, Directeur Général de la Jirama.
Il sera également opéré un tour d’eau pour balancer la distribution en eau afin d’équilibrer la situation dans les différents quartiers. Au cours des descentes, les employés de la Jirama seront en uniforme et munis de badge. Si besoin, lesdites descentes se feront avec des responsables des fokontany et des agents de la police pour renforcer la sécurité.
De nombreux projets sont également en vue l’année prochaine, Vontovorona sera par exemple connecté à Antananarivo, une amélioration d’Ankadivoribe et de Sisaony sera effectuée. Le château d’eau de Fort Dushesne sera étendu à Ambatomaro et des améliorations seront aussi apportées à Mandroseza…La liste n’est pas exhaustive puisque des mesures seront prises dans chaque zone. Les problèmes d’approvisionnement en eau seront ainsi réduits l’an prochain.
L’insuffisance des ressources en eau est notamment due au changement climatique. En cette période de l’année, les besoins en eau des usagers augmentent également. La vétusté des infrastructures ne fait que renforcer le problème d’approvisionnement. Si l’on considère que la production est de 100, environ 50% sont facturés, l’autre moitié faisant l’objet des pertes compte-tenu de l’état des tuyaux qui cause des fuites. S’y ajoute l’utilisation non mesurée de l’eau qui constitue pourtant une ressource vitale.
Sur les 1.100 km de conduite principale à Antananarivo, 47 km ont été identifiées jusqu’ici comme étant vétustes. Près de 200 millions USD sont requis pour améliorer l’approvisionnement en eau à travers l’île. Cela concerne d’une part Antananarivo pour lequel un projet est déjà en cours pour 5 ans, avec le soutien de la Banque Européenne pour le Développement. Vient ensuite l’extension vers les nouvelles villes, et enfin l’amélioration dans des endroits où la production de la Jirama est encore insuffisante ou une amélioration de la qualité de l’eau est requise.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.