Blanchiment dans les élections : Le samifin met à la loupe les secteurs à risque

Les fonds destinés à la réalisation des campagnes électorales, ou plus précisément leurs origines, continuent d’alimenter les débats dans la sphère politique.

A l’approche des échéances électorales, les ténors politiques ainsi que la population en général se posent des questions quant aux sources des fonds de campagne des futurs candidats.
En effet, en dépit du souhait de la CENI de limiter les budgets de campagne, certains politiciens et observateurs de la vie politique nationale interpellent le SAMIFIN à mener des investigations sur des probables blanchiments d’argent des fonds de campagne.
Le Directeur Général du SAMIFIN, Boto Lamina Tsara Dia a fait savoir hier à Ivato, lors du lancement officiel de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) que le SAMIFIN mène déjà une politique d’approche, basée sur le risque. En d’autres termes, le SAMIFIN mène des enquêtes sur des secteurs susceptibles d’être à l’origine de blanchiments d’argent.
Mais à l’approche des échéances électorales, ce travail du SAMIFIN va être renforcé davantage afin de s’assurer d’élections transparentes et crédibles.
En ce qui concerne la Réforme du Secteur de la Sécurité, le DG du SAMIFIN a fait savoir que les blanchiments de capitaux sont également des infractions, nuisant à la sécurité tant économique que sociale. Le SAMIFIN adhère, à cet effet, à cette Réforme du secteur de la sécurité.
La semaine dernière, toujours d’après Lamina Boto Tsara Dia, Madagascar avait participé à une rencontre des services qui militent contre le blanchiment d’argent dans les zones Est et Sud de l’Afrique. Cette rencontre rentrait dans la volonté de cette Région de se doter d’une politique conjointe de lutte contre le blanchiment d’argent.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer