Blanchiment de capitaux : 900 milliards d’infractions financières depuis 2016

Le SAMIFIN ne se contente pas seulement de jouer le rôle d’épouvantail contre le blanchiment d’argent. Pour mieux combattre les infractions financières qui sont bel et bien une réalité à Madagascar, le SAMIFIN a dispensé une formation aux enquêteurs de la Gendarmerie nationale.

La totalité des infractions financières ayant été commis à Madagascar, de 2016 à ce jour, s’élève à 900 milliards d’Ariary, a révélé le Directeur Général du SAMIFIN, Lamina Boto Tsara, en marge de la cérémonie de clôture de la formation des enquêteurs de la Gendarmerie nationale dans les locaux de la BFV-SG, à Analakely, hier. Les infractions liées à la fiscalité et aux impôts constituent la majorité des cas. Le DG du SAMIFIN a également fait savoir que ce département, en charge de la lutte contre la délinquance économique et financière, traite actuellement entre 100 à 140 déclarations d’opérations suspectes, fruit de la collaboration des autorités judiciaires avec les différentes banques de la Grande Île. Sans pour autant s’aventurer dans les détails, Lamina Boto Tsara a fait savoir que le SAMIFIN mène actuellement des séries d’investigations afin de remonter les pistes et appréhender ainsi les principaux auteurs de délits. Les infractions économiques et financières, et plus particulièrement le blanchiment d’argent, est bel et bien une réalité à Madagascar, a confirmé notre responsable, Lamina Boto Tsara, qui a étalé au grand jour les transactions financières illégalement effectuées, générant un flux de richesse illégalement acquis pour ensuite être investis dans d’autres domaines. Mais le DG du SAMIFIN a également évoqué un autre phénomène d’infraction, lequel n’est pas à prendre à la légère, à savoir le financement du terrorisme, via les institutions bancaires. Ce phénomène tend effectivement à prendre de l’envergure avec l’évolution de la conjoncture et figure dans la ligne de mire des forces de l’ordre. Lamina Boto Tsara a tenu à mettre en garde les opinions, en arguant que Madagascar est géographiquement proche du Kenya ou de la Somalie, et est par conséquent susceptible de constituer une plaque tournante du financement du terrorisme. Un pays vulnérable tel le nôtre est favorable à ce genre de phénomène et que les terroristes profitent de la quiétude caractérisant le contexte local pour s’adonner à des transactions financières suspectes. «Par rapport à tout cela, il ne faut jamais dormir sur ses lauriers. Les autorités compétentes veillent afin d’endiguer le fléau de la délinquance économique et financière», a conclut le DG du SAMIFIN, Lamina Boto Tsara.

L.R

Imprimer Imprimer