Jeudi 26 Avril 2018

Edition du 26 Avril 2018

Résolution de crise : Premier rapprochement entre les protagonistes

Le pays sombre dans une nouvelle crise politique depuis les événements du samedi 21 avril dernier. Les réactions portent notamment sur l’appel à l’apaisement et surtout au dialogue. Qu’en est-il de la journée d’hier ?

Les rencontres et dialogues pour mettre fin à la crise politique que traverse actuellement le pays sont déjà entamés. Hier dans la soirée, l’union africaine a abrité dans ses locaux à Ankorondrano les principaux partis politiques concernés dans cette crise. Les députés opposants au Régime ont été représentés par les députés TIM, Hanitra Razafimanantsoa, Guy Rivo Randrianarisoa, la députée du Mapar Christine Razanamahasoa et le député Irené Jaosera. Le parti au pouvoir, le HVM a été représenté par son président national Rivo Rakotovao. La communauté internationale a été également de la partie. Ont été aperçus à Ankorandrano et ont pris part à la rencontre d’hier soir, l’Union Africaine qui a été l’hôte de la rencontre, la Représentante Résidente du Système des Nations Unies à Madagascar, l’ambassadeur de l’Union Européenne à Madagascar, l’ambassadeur de la France, ainsi que l’ambassadeur de l’Afrique du Sud. A l’issu de la rencontre, les participants n’ont pas communiqué la teneur de la rencontre. Mais d’après des indiscrétions, il s’agissait d’une première rencontre entre ces acteurs et servirait de préalable en attendant l’arrivée de l’émissaire de la SADC qui arriverait sur le sol malgache ce jour ou au plus tard demain.
D’après toujours des indiscrétions, le dialogue entre ces acteurs vise à trouver une solution dans la crise actuelle. Une solution restant dans le cadre constitutionnel doit être trouvée, selon les informations recueillis.

La SADC dépêche Chissano

Le sommet de la double Troïka des chefs d’Etat et de gouvernement de la SADC qui a eu lieu à Luanda en Angola, mardi dernier, s’est penché sur le cas de Madagascar. Trois points ont été consacrés au problème de Madagascar dans le communiqué final de ce sommet de Luanda. Selon le communiqué, le sommet a pris note de la détérioration de la situation politique et sécuritaire à Madagascar et a condamné les pertes en vies humaines et la destruction de biens. Et dans ce sens, cette organisation régionale a approuvé de dépêcher de toute urgence son envoyé spécial de la SADC à Madagascar, l’ancien Président de la République de Mozambique Joaquim Chissano. La venue de Joachim Chissano vise, selon la SADC, à faciliter le dialogue national visant à décrisper les tensions politiques et dégager le consensus autour du processus électoral.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Quand la passion pour la délation devient menaçante

Les manifestations sur le parvis de l’Hôtel de Ville ont désormais pris une tournure très… politique. Les leaders du mouvement, à l’instar des députés du TIM et du MAPAR se sont livrés à des campagnes de délation et de dénigrement à outrance. Des accusations ont été formulées devant les manifestants depuis maintenant 48 heures. Des propos haineux, incitant à de la vindicte et au lynchage sont délibérément proférés.
A cette allure, l’avènement de la violence s’annonce de plus en plus menaçant. Allons-nous revivre les mêmes histoires de 1972, 1991, 2002 et 2009 ? Pillages, saccages, incendies, meurtres… Des moments sombres que le pays avait endurés et qui semblent se perpétuer. A qui profitent toutes ces atrocités ? Certainement pas au peuple, ni aux paysans, ni aux travailleurs et encore moins aux investisseurs. Le renouvellement de la classe politique semble difficile à mettre en place lorsque les mêmes têtes se retrouvent souvent au-devant de la scène que ce soit au niveau des dirigeants que des opposants.
Le dialogue, qui a toujours primé dans les résolutions de crise à Madagascar, devra impérativement réussir. La pérénisation des crises cycliques dans la Grande Île ne sera plus bénéfique au pays. Perpétrer un coup d’Etat, constitutionnel ou anticonstitutionnel, ne fera qu’engendrer une crise économique dans le pays en quête d’expansion. Maintenant, il faut passer à la vitesse supérieure en termes de refondation et de réconciliation nationale. En revanche, refondation et réconciliation ne devraient pas engendrer une stagnation du processus électoral. Un processus garant du renforcement des liens qui nouent notre pays aux bailleurs de fonds internationaux. Mais, dans la vie, tout est question de choix, il nous appartient de choisir entre le chemin de la stabilité et celui de la récession.

Imprimer Imprimer

Vols de branchement de la JIRAMA : 17 dossiers en cours d’instruction

Les activités de ratissage effectuées par la Jirama s’intensifient. Des mesures sont prises pour éradiquer toute forme de pratiques frauduleuses, et de vol. Les acteurs ne demeurent pas impunis, la législation actuellement en vigueur prévoyant la répression de ces actes qui sont désormais considérés comme étant des délits. lire la suite…

Clément Jaona : Pour une solution conforme à la Constitution

Quelles que soient les résolutions à adopter pour décanter la situation de crise politique actuelle, il importe toujours de se conformer à la Constitution. Telle est la suggestion du SMM. lire la suite…

Gestion foncière décentralisée : Le document de cadrage stratégique validé

La gestion foncière décentralisée est désormais effective à Madagascar. Le but en est l’harmonisation des activités à entreprendre dans l’élaboration des textes juridiques, la coordination des appuis opérationnels, entre autres. lire la suite…

AHMAD : DOCTEUR HONORIS CAUSA

Docteur Honoris Causa de l’University Professional Studies Accra ( UPSA ) du Ghana, tel est le titre
honorifique qui vient d’être décerné au président de la Confédération Africaine de Football, Ahmad. Une distinction qui doit faire la fierté des Malagasy. Et pourtant… lire la suite…

Réunion de la COI Ankatso : L’application du protocole de Nagoya comme objet

Madagascar abrite depuis hier une réunion régionale sur la conservation de la biodiversité. Un atelier de restitution sur l’état et d’élaboration d’une feuille de route pour la mise en œuvre du protocole de Nagoya dans la Région de l’Océan Indien a débuté hier, à l’Université d’Antananarivo. lire la suite…

Mgr Odon Razanakolona : “Le pays n’a pas de politique éducative réfléchie”

«Madagascar souffre du manque de politique éducative réfléchie et efficace pour faire changer de paradigme une société bien souvent récalcitrante aux mutations à l’exemple de l’utilisation de déchets comme source d’énergie, et même résistante au changement en matière de développement, à l’exemple de l’utilisation de la technique du Système de Riziculture Intensive (SRI) plus contraignant certes, mais ô combien largement plus rentable». lire la suite…

Paludisme : Rupture de médicaments ACT et ART

Selon les rapports de l’USAID/MCSP, une rupture de stocks de médicaments ACT et ART auprès des Centres de Santé de Base est constatée généralement le premier trimestre de chaque année. lire la suite…

Ministère de la Défense Nationale : Culte de solidarité pour la paix à Madagascar

Le ministère de la Défense nationale et le Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie ont organisé une messe œcuménique hier à la chapelle militaire d’Ampahibe. lire la suite…