Samedi 21 Avril 2018

Edition du 21 Avril 2018

Weekend sous haute tension : Les députés opposants déterminés

Les uns affirment qu’un «mouvement populaire» engendrerait un trouble qui causerait une crise. D’autres persistent et prétendent que le droit de rendre compte aux citoyens qui les ont élus leurs sont acquis, et est leurs devoirs. Le déroulement de la manifestation prévue se tenir ce jour à la place du 13 mai nous dira le résultat !…

Les 11 députés du TIM et du MAPAR élus des six arrondissements de la capitale se préparent à s’exprimer devant les Tananariviens ce jour. Ce meeting sera maintenu, en dépit de l’interdiction prononcée par la préfecture de police, premier responsable de l’ordre public d’Antananarivo. Le risque d’affrontement n’est pas à écarter. Lors d’une conférence de presse qu’ils sont donnée hier, les députés de la capitale dont Tsirimaharo Ny Aina Rafenomanantsoa, Paul Bert Rahasimanana, Herimanantsoina Ranaivo Raholdina, Lantoarijaona Rajaonson, Lanto Rakotomanga, Félix Randrimandimbisoa, Guy Rivo Randrianarisoa, Stanislas Randrianarisoa, Marie Horace Rasoanoromalala, Michelle Ratsivalaka et Hanitra Razafimanantsoa ont déclaré qu’ils sont déterminés à tenir cette réunion publique qui aura lieu devant l’Hôtel de ville d’Analakely.

73 députés de l’opposition seront présents
Les 11 députés du TIM et du MAPAR persistent et signent, estimant que le droit de manifester est un droit constitutionnel, que l’interdiction prononcée par la préfecture de police n’est qu’un reflet de la dictature du pouvoir. Le vice-président de l’Assemblée Nationale, Hanitra Razafimanantsoa a réitéré l’importance de ce meeting. A terme de chaque session, les députés ont le devoir de rendre compte de leurs activités et résolutions à leurs élus. Ainsi, au terme de ces quatre sessions extraordinaires à l’Assemblée Nationale, les Tananariviens ont hâte de connaître ce qui s’est réellement produit lors de l’adoption des trois lois organiques sur les élections ainsi que du texte relatif à la mise en place des ZES. Comme Antananarivo est la capitale de Madagascar, les 73 députés qui récusent ces trois projets de loi sur les élections sont disposés à unir leurs forces au cours de cette manifestation.

Tenir un meeting aux fins de compte-rendu à la population est un devoir des élus, selon les précisions de Lanto Rakotomanga, député du 2e arrondissement. Elle réclame ainsi un traitement égalitaire des députés. Lanto Rakotomanga a, toutefois, promis que ce sera une manifestation pacifique, comme ce fut le cas lors de la marche vers la HCC et vers le BIANCO ou encore lors de la réunion publique de Mahajanga et de Toamasina.

Meeting non autorisé
Les manifestations prévues par l’opposition pour ce jour à Analakely sont ainsi interdites par les autorités. La préfecture de police estime qu’au vu du contexte actuel, les risques de confrontation sur le terrain et de troubles à l’ordre public sont réels. Les dispositifs de sécurité seront renforcés afin d’éviter tout risque de débordement. Depuis mercredi dernier, les camps militaires sont consignés. Outre les contrôles d’identité, les voies d’accès à l’avenue de l’Indépendance seront également contrôlées.

Les libertés de manifestation, de réunion pacifique et d’expression sont des conditions indispensables à une démocratie vivante, d’après les députés de l’opposition. Ces derniers, particulièrement Naivo Raholdina et Guy Rivo Randrianarisoa, interpellent les Forces de l’ordre censées encadrer cet événement, à assumer leurs responsabilités et à veiller à la sécurité des personnes et de leurs biens, publics que privés. A la veille de cette nouvelle journée à risque, les députés du TIM et du MAPAR élus des arrondissements de la capitale invitent le peuple malgache à faire preuve de retenue et à participer au meeting géant qui se tiendra ce jour devant l’Hôtel de ville d’Analakely.

Vola R

Imprimer Imprimer

 

Point de vue : La contradiction dans tous les sens

La politique prend-elle une nouvelle forme et une nouvelle tendance ? Depuis ces derniers temps, la logique ne connait plus le sens des réalités. A Madagascar, lorsqu’une alliance contre nature se matérialise, tout le monde se ressaisit. Pourquoi, comment des ennemis jurés d’hier ont pu se rallier ? Des dessous politiques machiavéliques sont-ils derrière cette alliance, ou plutôt est-ce une stratégie visant à éliminer l’un de ces alliés ? Pourquoi pas ? Rappelons que Ravalomanana et Rajoelina sont 2 magnats de la communication et également 2 politiciens pointus ayant deux lignes de conduites opposés.
Cette contradiction ne se lit pas uniquement à Madagascar lorsque deux hommes, ennemis jurés ayant fait trembler le monde décident de se rencontrer dans les prochaines semaines. Des tractations ont d’ailleurs été menées depuis plusieurs semaines en vue de réaliser un entretien entre Donald Trump, le Président des Etats Unis et le Dictateur Kim Jong Un. Essayer de rassurer le monde, c’est ce que souhaitent tous les leaders politiques de la planète, mais la méfiance entre les deux parties ne sont pas dissipées.
C’est un nouveau vent qui s’installe sur la planète. Un vent qui alimente les contradictions mettant au dépourvu les citoyens du globe terreste. Après le phénomène de l’extrémisme qui a gagné l’Europe, ce sont les alliances incompréhensibles qui s’installent. Au moins, les deux leaders des Etats Unis et la Corée du Nord osent le dire en face. Contrairement à ce qui se passe dans notre pays où les leaders préfèrent avancer leurs pions plutôt que de démontrer devant le jour l’alliance qui lie les anciens ennemis.

Imprimer Imprimer

 

Electricité : Tarif intermédiaire pour les consommations de 25 à 130 kWH

Les consommateurs peuvent lancer un «ouf» de soulagement ! Le ministre Lantoniaina Rasoloelison a été clair dans son explication. Il y a maintenant vraiment des différences entres les clients qui vont bénéficier de ce nouveau tarif.

Le tarif intermédiaire de l’électricité, situé entre le tarif 14 et le tarif 16, sera finalement appliqué sur la consommation du mois d’avril. C’est ce qu’a indiqué hier Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures en marge de l’atelier de partage des acquis de deux projets mis en œuvre par des organisations de développement suisses dans le secteur eau potable. lire la suite…

Fotoambita : Une crise politique n’a plus sa place

Le Président de la République, dans son rendez-vous «Fotoambita», a encore réitéré que la crise politique n’a plus sa place. Il a également rappelé à la population de ne plus se laisser manipuler par des politiciens égoistes…

Le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a évoqué la discorde entre les pro-régimes et l’opposition concernant les lois électorale dans son “fotoambita” d’hier. Il a évoqué que la crise politique ne doit plus avoir sa place dans le pays. Il est temps, selon le Président de la République de s’atteler au développement économique de Madagascar. lire la suite…

Analakely et environs : La France et les USA déconseillent les déplacements

La manifestation publi­que, prévue par les parlementaires opposants au régime pour ce jour sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Analakely ne manque pas de soulever l’inquiétude des représentations diplomatiques dans le pays. Hier, l’ambassade de France a sorti un communiqué dont la teneur déconseille à ses ressortissants de s’aventurer dans le centre-ville de Tanà pour ce jour. L’ambassade de France appréhende en effet un débordement dans le cadre de cette manifestation. lire la suite…

Visa pour la Chine : Un nouveau centre de demande

Dans le sens de faciliter l’obtention de visa pour les visiteurs, les services de l’ambassade de la Chine a créé un nouveau centre pour accueillir les demandeurs de visa.

Une demande croissante de visa vers la Chine est constatée depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays surtout ces dernières années. Des milliers de Malagasy se rendent en Chine chaque année. lire la suite…

Fiscalité locale : 75 maires formés dans la région V7V

Le forum de rencontre des sénateurs et des maires de la Région Vatovavy Fitovinany, organisé conjointement par le Sénat de Madagascar et la Fondation Friedrich-Ebert, a pris fin hier. La cérémonie de clôture s’est tenue à l’Hôtel de ville, en présence des autorités locales et des sénateurs. Ce forum qui a principalement porté sur les finances locales, visait surtout, selon le Sénateur Modeste Ratongavelonahary, vice-président de la Commission Intérieur, Aménagement du territoire et Décentralisation au niveau du Sénat, « à équiper les maires en outils adéquats afin qu’ils puissent augmenter leurs recettes, mieux sensibiliser les contribuables à s’acquitter de leurs impôts, et agir de façon à promouvoir un réel développement de la région ». lire la suite…

Subvention des communes : La pression des PTF

Les Communes ne cessent de réclamer leurs subventions, non réglées depuis quelques temps. D’après un responsable au sein du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, les arriérés de sub­-
vention des Communes devraient être réglés dans le courant de ce mois d’avril. Une source laissait en effet entendre que le gouvernement aurait été pressé par les partenaires techniques et financiers à régler ces arriérés. Les PTF auraient même menacé le gouvernement de suspendre tous leurs financements si ces arriérés ne sont pas réglés à temps. Le gouvernement a, par conséquent, cédé à cette pression exercée par les PTF. lire la suite…

MEN/ Fondation Telma : Partenariat renforcé

La Fondation Telma a offert 25 000 manuels scolaires au ministère de l’Education Nationale. C’était dans le cadre de la signature de quatre conventions relatives à l’amélioration de l’éducation à Madagascar.

Dans le cadre du renforcement de la collaboration et partenariat entre le ministère de l’Education nationale et la Fondation Telma, ces deux entités ont signé quatre conventions relatives à l’amélioration de l’éducation à Madagascar. lire la suite…

Consortium eau Suisse : Plus de 17 000 personnes ont accès à l’eau potable

Mettre de l’eau potable à la disposition à la population constitue une mission noble au profit des plus vulnérables. Depuis 50 ans, la Suisse œuvre à transformer ce droit humain en réalité. Madagascar fait partie des zones d’intervention des organisations suisses dont le projet a porté ses fruits. Une initiative louable, selon le ministre de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, en marge d’un atelier de partage des acquis des projets Ratsantanana et Rano Aina, à l’hôtel Panorama d’Andrainarivo hier. « La Suisse a toujours apporté sa contribution au développement du secteur eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement à Madagascar et ce, malgré la politique de restriction budgétaire adoptée par son Gouvernement. Les résultats des interventions sont palpables » a –t-il indiqué. lire la suite…