Dimanche 22 Octobre 2017

Dépréciation de l’Ariary, FMI : Serge Zafimahova s’exprime

Depuis plusieurs mois maintenant, la valeur de la monnaie malgache poursuit sa dégringolade par rapport à l’Euro et au Dollar. Une dépréciation qui risque fort de compromettre les efforts menés par la Grande île pour relancer son économie, suffisamment malmenée par ces 5 années de crise. lire la suite…

Inondation à Analavory : 2 blessés, 1.140 sinistrés enregistrés

Mille cent quarante personnes issues des Fokontany d’Ambohibary et d’Analavory, de la commune d’Analavory, district de Miarinarivo, région Itasy, sont sinistrées et sans-abri depuis hier. lire la suite…

Désignation du PM : Jean Eric  Rakotoarisoa recadre le débat

La nomination du Premier Ministre constitue une affaire institutionnelle et ne relève pas de réunions privées, au terme desquelles l’on donne des noms. lire la suite…

Conjoncture  Le 19ème PM recevra ses ordres de Hery Rajaonarimampianina et non de Rajoelina

.

La première tâche  de l’Assemblée nationale est de désigner la personne en charge  de diriger le  Gouvernement.  Ce ne sera  pas facile.  Le futur PM devra répondre à plusieurs critères…

Quel profil pour le nouveau Premier ministre ?  Il  ou elle (foin de machisme),  sera le 19ème  Premier ministre malgache. Il ne  peut pas être quelqu’un qui tombe du ciel pour que la classe politique et l’opinion ne tombent des nues. Technicien toujours,  homme  du politique, pas nécessairement. A cause de  la transition, tout le monde  s’est livré à la politique et est  devenu monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir et  toujours à cause de la transition, les éminences grises malgaches ont  dû  jouer trop souvent les uns  au Tartuffe, les autres au Gargantua financier…
Pour être un PM,  en odeur de sainteté dans ce nouveau régime pour qui les valeurs chrétiennes sont réelles, il faut être quelqu’un qui  reçoit ses ordres de Hery Rajaonarimampianina et non d’Andry  Rajoelina. Le contraire n’est que  le fantasme de ces personnes zélées  couleur orange qui se croient toujours dans le régime HAT.

PM PREMIER FUSIBLE DU NOUVEAU REGIME

C’est parmi ces éminences grises, louvoyant entre  les écueils des mouvances et autres lobbies en « back office » qu’il faut trouver  le « gisa mainty ». C’est-à-dire l’oie grise, l’oiseau rare. Les civils écarquillent les yeux, les officiers  militaires multiplient les réunions  à cols relevés. La Communauté internationale guette les moindres faits et gestes et autres déclarations ou phrases anodines dans les colonnes des médias. Qui ?
Pour la première fois, les supputations ne vont plus bon train.  Un côtier, comme le souhaitent certains ? Un homme qui ne traîne pas des boulets de fer de la transition ?  On se jauge. On  se consulte. Qui osera le défi  d’appliquer des mesures  qui ne sont pas forcément populaires ?  Qui sera assez osé pour donner un coup de pied dans la fourmilière ? Qui sera assez culotté pour  reconnaître que le litre de l’essence et du gazole va atteindre cette année 4000 Ar ou que la facture de la Jirama sera davantage salée ?  Qu’il faut serrer la ceinture ? Qu’il faut arrêter de piller les caisses de l’Etat ? Qui osera  accepter  d’être  le  premier fusible ?  Car le futur PM est, soyez-en certains, le premier fusible.
«  Je n’ai pas encore de nom. J’attends de voir la physionomie de l’Assemblée nationale après la proclamation officielle des résultats », devrait confier le Président Hery Rajaonarimampianina  à ses proches. C’est chose faite. Il est difficile d’imaginer un président livré au bon vouloir des nouveaux députés. L’expert-comptable a besoin de chiffres, qui est pour lui  et qui est contre lui… Allez, des chiffres et des lettres (lire noms et leurs familles politiques).  Il a besoin d’évaluer le passif et l’actif des forces politiques sur l’échiquier parlementaire.  En sachant qu’en cas de crise institutionnelle ouverte et d’incompatibilité d’humeur,  il  a le pouvoir de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des législatives anticipées. A tout moment.

 LE SAMFIN ET LE BIANCO DOIVENT S’INVITER  AU DEBAT PARLEMENTAIRE

Depuis la proclamation officielle,  le MAPAR affirme ses ambitions. Il s’arroge avant l’heure le droit de désigner le PM. 49 députés, c’est pas mal, avec une étiquette « attention,  fragile ».  Pourquoi ?  Ce n’est qu’une plateforme de verre. Tôt ou tard, le leadershipisme gagnera du terrain. L’autorité de Rajoelina,  exposée à l’injure du temps, diminuera. Les fissures seront inévitablement au  rendez-vous. On aura, dans les semaines à venir,  des vrais  MAPAR  et des bandes à part.
Les autres députés, eux,  se regroupent également en ce moment. Négociations. Tractations. Iavoloha  leur ouvre ses portes. Dans ce palais présidentiel, on est maintenant serein.  Allez, un pèlerinage au « toby »  revivaliste d’Ankaramalaza, pour remercier  la volonté providentielle et divine.
Ici, à Iavoloha, le « qui présente qui  comme PM »  n’est plus important. De toutes les façons, le Président de la République a le pouvoir régalien de nommer  et toutes les occasions de nouer des alliances à  l’Assemblée nationale.
«Ce dont le Président a besoin pour travailler, c’est d’un Premier ministre qui adhère à ses valeurs, à sa vision et à ses principes. Ni ostentation ni gabegie. Mais le travail dans l’humilité, la crainte de Dieu et pour le bien des 20 millions de Malgaches »,  vous dira un HVM.
L’ ersatz n’est pas nouveau. Mais ce dont on redoute de la nouvelle chambre basse, chargée de présenter le  nom  du Premier ministre, c’est le trop de fébrilité, le trop bien faire, la courbette, l’inexpérience. Ou pire, les appels de sirène «argent » qui ne vont pas  laisser de marbre les véreux. Or, l’opinion veut maintenant des députés ayant des comportements d’homme d’Etat, intègres et non des hommes de pouvoir, malhonnêtes.
Il est  temps. La politique ne devra plus être utilisée à des fins mercantiles.  Le Samifin et le Bianco devraient peut être s’inviter dans ce débat parlementaire et exiger de tous une déclaration de patrimoine, publiable dans  les journaux. Obligatoirement.
Le PM  formera  une équipe. Il devra consulter le Président qui, logiquement, a déjà aussi sa petite idée là-dessus. Pour les ministères de grande envergure et de souveraineté, il est certain que le Président ne lâchera pas prise. C’est normal. Le nouveau PM devra  faire avec.
Moralité, ne vous bousculez pas, messieurs, dames… Les petits devant, les grands derrière.

E A

En attendant le 18 février…

Nous sommes dans l’attente de la première session de l’Assemblée nationale.  Elle s’ouvrira officiellement le 18 février. On aura la passation entre le bureau du CT et le nouveau bureau de l’Assemblée nationale. Dans une  semaine, une autre page de la transition sera fermée. Les CT pourront rentrer chez eux.
Le débat reste, bien sûr, l’élection du président de l’Assemblée nationale. Nous avions eu l’occasion, entre ces colonnes, d’analyser  la situation à ce sujet.  Mais, l’autre point d’orgue reste la  présentation du Premier ministre que le Président de la République nommera.
La HCC va sortir d’ici peu son  interprétation du  parti majoritaire ou de groupe de partis habilité à choisir un nom. Cela signifie que le nouveau chef du Gouvernement ne sera pas technique, mais politique. Il dépendra des 2/3 des députés. Bref, la politique ami/ami est de règle.
Quelle que soit l’entité chargée de cette  mission, le prochain Premier ministre ne peut que faire l’affaire du Président de la République. Les négociations étaient allées dans ce sens, du reste. Et le MAPAR, qui a tenu un discours aussi raide et rigide qu’un parapluie, semble avoir mis beaucoup d’eau dans son vin. Après tout, en cas de crise institutionnelle et pour trouver un équilibre favorable à la reconstruction, la Présidence a besoin d’un PM qui partage sa vision des choses.
La question est également de savoir si ces nouveaux députés répondent aux exigences politiques de l’heure. Madagascar doit aller vers la réconciliation, la refondation de la République qui peut supposer un toilettage constitutionnel, voire une nouvelle Constitution. Avons-nous, là, des députés décidés d’aller au-delà du mandat impératif ?
L’Assemblée nationale n’a jamais eu une bonne image auprès de l’opinion publique. Un député, c’est un 4x 4, des tickets d’essence, des notes téléphoniques, des frais de session toujours au pluriel. Un tel cliché devrait être banni. Radicalement.

Guerre contre le trafic de bois de rose : Le Président donne plus de détails

.

L’initiative présidentielle de combattre une bonne fois pour toutes le trafic de bois précieux demande le déploiement d’un dispositif d’envergure nationale qui devra impliquer un grand nombre d’acteurs : politiques, forces de l’ordre, société civile… lire la suite…

Groupement MAPAR : Précisions de Christine Razanamahasoa

.

Le MAPAR a fait l’objet d’une polémique quant à son existence légale. Aujourd’hui, Christine Razanamahasoa, député élue d’Ambatofinandrahana, lève le voile et confirme que le MAPAR a rempli tous les critères requis pour présenter des candidats aux Législatives. lire la suite…

Economie : L’Ariary déprécie face à l’Euro

.

Depuis peu, l’Ariary se déprécie face aux monnaies étrangères. La monnaie nationale prend apparemment l’ascenseur. Mais non pas pour monter. C’est pour descendre… lire la suite…

Transport urbain : Les lignes 127 et 153 en grève

.

Les conducteurs de taxibe accusent les agents de la circulation d’abus de pouvoir et de corruption. lire la suite…

Développement : L’UNDAF 2015 – 2019 en gestation

.

Le Système des Nations Unies organise depuis hier un atelier de priorisation stratégique pour le nouveau Plan cadre de l’Assistance au développement des Nations Unies (UNDAF) au Carlton d’Anosy. lire la suite…

Madagascar : 300 docteurs vétérinaires recensés

.

Près de 300 médecins vétérinaires sont exercent dans tout Madagascar, soit moins de la moitié du besoin réel du pays (entre 600 et 700 docteurs vétérinaires), selon les constatations du Pr Rafatro Herintsoa, chef de département d’enseignement des sciences et de médecine vétérinaires ou DESMV. lire la suite…