Vendredi 19 Janvier 2018

Quelle opposition effectivement ?

La CES sera la vedette du jour.  Au programme, des heures et des heures de lecture des résultats officiels de l’élection législative qui  a été jumelée avec le second tour de l’élection présidentielle. L’heure de vérité. Certainement.
Pourquoi ? On saura qui est le parti ou la plateforme qui a mis le plus grand nombre de sièges dans son escarcelle. On saura la composition de la nouvelle classe politique. On pourra évaluer le rapport de forces. On  mesurera le poids des députés issus de l’Opposition.
C’est vrai : opposition par rapport à quoi ou à qui ? (lire article par ailleurs). Tout le monde a salué la victoire de Hery Rajaonarimampianina, tout le monde (presque) se dit prêt à travailler  avec lui. L’Opposition, par rapport au Président élu, n’est pas évidente, aux yeux de l’opinion publique, nationale et internationale.
Serait-ce une opposition à la carte ? C’est-à-dire suivant les dossiers présentés. Peu convaincant. On pourrait penser à une opposition entre les députés du  MAPAR et ceux de la mouvance Ravalomanana. Et là, c’est anthologique et historique. C’est normal. Cela a commencé en 2009 et cela va continuer jusqu’à ce que la fatigue s’ensuive. Le MAPAR aurait souhaité que Hery Rajaonarimampianiana se présente comme son porte-fanion. Mais prudent et circonspect, le Président de la République ne s’est pas mouillé pour rester sec.  « Je ne suis pas le Président d’un parti ou d’une famille politique ou d’une région », avait-il  souligné. De quoi agacer le MAPAR. Le rassemblement a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Dans cette logique,  Hery Rajaonarimampiaina échappe au piège du bipolarisme à la française « je dirige, tu t’opposes ». On comprend pourquoi, dans le contexte de sortie de crise, il est difficile d’accoucher d’un texte sur le statut de l’Opposition. Pour les 5 années à venir, la reconstruction du pays a besoin de l’unité d’action de toutes les forces vives.
L’Opposition verra le jour au sein de la nouvelle Assemblée Nationale.  Il y aura un Premier ministre et celui-là, n’étant pas élu au suffrage universel, aura devant lui une Opposition. Une vraie.

Robinson Jean Louis opposant : Le MinInter rejette son dossier

Les textes relatifs à la place de l’opposition restent encore flous, a déploré hier le Dr Robinson Jean Louis, candidat malheureux au second tour des Présidentielles du 20 décembre dernier, qui se positionne en premier opposant au régime Rajaonarimampianina. lire la suite…

Législatives : Proclamation officielle des résultats ce jour

Les proclamations officielles se suivent mais ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, tous les regards seront de nouveau braqués sur la CES d’Ambohidahy. lire la suite…

Armée : Les 8 défis majeurs

Nous avons beaucoup de généraux, de colonels, de lieutenant colonels… Et on en passe de ces nombreux gradés qui se bousculent au portillon durant la transition,  et même avant la transition pour monter en grade. Engagez-vous, vous réussirez… lire la suite…

Iavoloha : Un geste de la Première Dame pour l’équipe de football de la CNaPS

Voahangy Rajaonarimampianina s’engage dans la promotion du sport à Madagascar. En effet, elle a remis, hier, une enveloppe aux sociétaires de la CNaPS Sport Football pour marquer le soutien du couple présidentiel aux efforts menés par cette équipe. lire la suite…

Programme de lutte contre le Paludisme : Le prix ALMA Award 2014 remis au ministre de la Santé

La palme, représentant le prix annuel d’excellence ALMA « Award 2014 » et symbolisant les efforts menés par les pays africains dans la lutte contre le paludisme, a été remise par Hery Rajaonarimampianina, président de la République de Madagascar, à Olga Ramaroson, ministre de la Santé publique. lire la suite…

Météorologie : Sainte Marie menacée par «Edilson»

Le centre de la perturbation cyclonique «Edilson», qui a rempli les critères de baptême, a été localisé hier à l’Est de l’île Sainte-Marie, selon une communication du service météorologique d’Ampasampito. lire la suite…

TGV : Rakotomavo ne  reconnaît pas le MAPAR

Lanto Rakotomavo, à la fois vice-présidente du CST et  Secrétaire nationale du TGV, refuse de reconnaître le MAPAR,  si l’on se réfère à sa déclaration d’hier, lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue au palais d’Anosikely. lire la suite…

Orange Solidarité / SOS Village d’enfants : Mise en œuvre du projet “6 Maisons de femmes”

L’opérateur Orange Madagascar renforce son engagement dans le social et multiplie ses actions humanitaires en faveur des plus démunis. Le volet social, initié par l’opérateur, est géré par la Fondation Orange qui mène d’innombrables activités à travers tout le pays. lire la suite…

Edition du 05 février 2014

Edition du 05-02-14

LP pour 5 soldats du 1er RFI : Les explications du ministre des Forces armées

L’affaire de disparition spectaculaire de munitions à la base aéronavale d’Ivato (BANI) avait défrayé la chronique il y a quelques semaines. La prolifération des armes à feu et munitions gagne de l’ampleur, les auteurs de délits et d’actes malhonnêtes divers évoluent souvent avec des armes à feu.

Le Général Lucien Rakotoariamasy, ministre des Forces armées, a confirmé au Conseil des ministres d’hier, que les 5 soldats du 1er Régiment des Forces Intervention avaient bénéficié d’une liberté provisoire, prononcée le 31 Janvier 2014 par la Chambre de détention du Tribunal de Première instance d’Antananarivo.
Ces 5 soldats avaient été impliqués dans l’affaire de vol de munitions à la Base Aéronavale d’Ivato (BANI). Ils ont été détenus provisoirement après leur comparution devant le parquet, le 29 janvier dernier.
Le ministre des Forces armées a ainsi donné plus de précisions au sujet de la libération de ces soldats. Cette libération a été organisée en toute légalité et non par la force. Leur chef de corps a été sollicité pour les attendre devant la maison centrale d’Antanimora, selon les explications rapportées par le Gal Lucien Rakotoarimasy. Le chef de corps d’armée du 1er RFI, suite cette requête, avait mobilisé un véhicule militaire avec, à bord, un chauffeur militaire et un sous-officier qui avait pour tâche de transporter ces soldats qui venaient de recouvrer leur liberté. Une mission accomplie étant donné que les 5 militaires ont été embarqués dans la voiture quelques mètres devant l’entrée de la maison centrale d’Antanimora.
Le ministre des Forces armées a ainsi expliqué au Conseil des ministres d’hier qu’aucune opération militaire illégale n’avait été ordonnée dans le cadre de la libération de ces soldats du 1er RFI.
Plus de 25 individus, civils et militaires, avaient été impliqués dans cette affaire de vol de munitions auprès de la BANI. 20 d’entre ont été placés en détention provisoire tandis que les 5 autres, des militaires, ont bénéficié d’une liberté provisoire, vendredi dernier.

Marc A.