Mardi 20 Fevrier 2018

Litige foncier à la cité-U d’Ankatso : Des employés du CROUA et un étudiant obtiennent gain de cause

.

Les 17 employés du Centre Régional des œuvres universitaires d’Antananarivo (CROUA) ainsi qu’un étudiant de l’université d’Antananarivo ont eu gain de cause devant le tribunal de première instance d’Anosy, hier. lire la suite…

Université de Mahajanga : 80 % des étudiants reprennent leurs études

.

Un calme précaire est revenu à l’Université de Mahajanga. Les cours ont repris en dépit des velléités de certains étudiants… lire la suite…

Edition du 04-03-14

Vendue, mariée de force à un Chinois : Voaary témoigne publiquement

Deux informations principales dans cet article : la première, c’est que la Chine, un pays difficile d’accès, quoique ouvert, permet des mariages extranationaux et, la seconde, que la traite des femmes s’y poursuit…

Des dizaines de jeunes femmes malgaches se plaignent d’être contraintes d’épouser des ressortissants chinois des zones rurales de la Chine, révèle le Syndicat des Professionnels Diplômés en Travail Social (SPDTS). Le prix d’une femme à peau claire est de 60.000 yuans contre 55.000 yuans pour une femme à peau bronzée, rapporte Voaary, une des victimes qui a réussi à échapper à son triste sort pour rentrer à Madagascar. Une femme malgache est vendue par son employeur à près de 20 à 24 millions d’Ariary.
Les femmes malgaches sélectionnées pour être vendues sont regroupées dans un endroit d’accueil, connu par les familles en quête de femme destinée à leurs fils, frère ou autres proches, généralement des handicapés physiques et/ou mentaux et incapables de se trouver la compagne ou l’épouse qui leur convient. Ces gens vivent dans des zones aux confins de la brousse.
Les femmes malgaches sont envoyées en Chine, soit par des agences de placement, soit par des personnalités opérant à titre individuel, pour des tâches domestiques.
Voaary, elle, était entrée en contact avec une Malgache résidente de Chine via le réseau social Facebook. Celle-ci lui a proposé de travailler en Chine, en qualité de serveuse dans un hôtel, pour un contrat de 3 mois. Voaary s’est rendue en Chine le 13 septembre dernier. Au bout de 2 mois et demi de service, elle n’a toujours pas été payée. Alors qu’elle entamait son 3ème et dernier mois de contrat, sa propre compatriote, la femme qui l’a aidée à trouver cet emploi, aidée d’un Chinois, l’avait vendue à un Chinois de 41 ans. A partir de là, Voaary avait été entièrement sous la coupe de la famille qui l’avait achetée. Elle a été contrainte d’accepter un mariage forcé et de vivre avec son « époux » dans le village rural de Suyang, à 18 heures de train de Guangzhou.
Se sentant incapable de résister à son sort, fin décembre dernier, Voaary et ses camarades et compatriotes avaient planifié sa fuite et son rapatriement. Avec 800 yuans, collectés par ses amies, elle s’est enfuie à Beijing, puis s’est réfugiée à l’ambassade de Madagascar où elle a été hébergée durant quatre semaines en attendant la régularisation de ses papiers. Faut-il rappeler qu’à leur arrivée en Chine, les agences de placement leur retirent leur passeport ?… Voaary est rentrée au pays le 1er février dernier.
Une enquête est ouverte autour de ce réseau de commerce et de traite de jeunes femmes malgaches.
D’août 2013 jusqu’en février dernier, 223 jeunes femmes malgaches ayant travaillé en qualité de domestiques dans divers pays étrangers ont regagné le pays. 95 d’entre elles ont été prises en charge par le SPDTS.

RR.

Une illusion perdue

Un phénomène social a pris de l’ampleur, ces dernières années,  pour les jeunes filles et les femmes : le travail à l’extérieur de Madagascar. Cela a commencé avec le Liban, puis l’Ile Maurice. Cela a continué avec les pays arabes, comme le Koweït, l’Arabie Saoudite… Et puis il y a aussi d’autres pays comme la Chine…
A Madagascar, des agences de placement se sont constituées  légalement. Mais il existe aussi des réseaux clandestins de placement. Ici, tout s’apparente au trafic humain. L’emploi se résume au travail  domestique (femme de chambre, femme de ménage). Avec les risques d’abus sexuels de la part de l’employeur ou de maltraitance de la part de la patronne.
Une Malgache est rentrée de Chine. Elle a révélé l’existence d’un trafic humain. Les jeunes filles malgaches sont enrôlées de manière adroite. Arrivées en Chine, d’après son témoignage, elles sont forcées de se marier avec des  Chinois, généralement, des personnes âgées ou diminuées physiquement. Mais ce genre de trafic n’est qu’une facette du trafic de personnes, lié au trafic d’organes humains. On n’en parle très peu, mais cela existe.
Nous avons une nouvelle Assemblée. Elle devrait  penser à  proposer des lois pour lutter efficacement contre ce genre de fléau. Bien sûr, la pauvreté explique cette propension des jeunes filles malgaches à émigrer. Mais le rôle des agences de placement est de leur assurer une grande protection et une panoplie des informations nécessaires. Le rôle de l’Etat est de régulariser et de normaliser la filière. La fermeture des zones franches a poussé de nombreuses femmes, au chômage, à  chercher de l’emploi à l’extérieur.
La réalité sur le terrain est toute autre. Ryad, Koweït City,  Beijing,  Port Louis, Amman…  Nouvelles villes, nouvelle culture… Totalement  différentes  des réalités malgaches. Et le réveil est toujours dur.  Matière à réflexion et à agir.

Assemblée nationale : Vers une nouvelle session extraordinaire pour réélire le bureau permanent

Les députés ne sont plus en session. Mais  ils ne sont pas rentrés chez eux.  Non pas qu’ils se plaisent  à Antananarivo, mais parce qu’ils ont l’impression d’avoir  raté quelque chose. Leur propre session. C’est qui est, en soi, déjà extraordinaire… Ils concoctent  quelque chose… lire la suite…

HCC : Honoré Rakotomanana explique la situation

Le président de la République a nommé, la semaine dernière, Jean Eric Rakotoarisoa, Yvonne Raharison et Fara Alice Ravaoarisoa, à siéger à la Haute Cour Constitutionnelle. lire la suite…

Comité pour la réconciliation nationale : Pour l’effectivité de la réconciliation

« Nous sommes une République, mais encore loin d’être une nation car les diversités d’opinions continuent de nous désunir ». lire la suite…

Député Rodin Rakotomanjato : “Attention à la viande de porc empoisonnée”

Les vols de porcins prennent de l’ampleur dans le district d’Arivonimamo, a rapporté le député Rodin Rakotomanjato. lire la suite…

Carburants : Des stations d’essence pointées du doigt

Les automobilistes ne sont pas au bout de leur peine. Après les embouteillages, l’état de délabrement avancé des rues, voici que l’essence n’arrive plus dans les réservoirs. Et pour cause… lire la suite…

Nanisana : Des dispositions ont été prises contre les squatteurs

Les litiges fonciers ont la cote, depuis l’avènement de la Transition. Même les squatteurs pensent avoir le droit de construire sur des terrains qui ne sont même pas les leurs. Le cas de Nanisana… lire la suite…