Samedi 21 Avril 2018

Edition du 20 Avril 2018

Manifestaion du 21 mars 2018 : Les sénateurs en appellent au calme…

En leur qualité de Raiamandreny, les sénateurs réagissent à la conjonture politique actuelle qui prévaut dans le pays.

Les sénateurs repré­sentant la province d’Antananarivo ne sont pas restés bras croisés face à la situation qui prévaut dans le pays actuellement. Ils ont lancé hier un appel vibrant quant à la nécessité d’observer l’apaisement et la sérénité dans le pays. « Antananarivo est la Capitale de Madagascar et elle appartient à tous les Malagasy. Il y a une velléité de certaines personnalités à ramener la foule dans la rue, pouvant ainsi occasionner des troubles, sources de nouvelle crise », a lancé Mananjara Randriambololona, Vice-président du Sénat représentant la Province d’Antana­-
narivo. C’était à l’occasion d’une déclaration à la presse de ces sénateurs qui s’est tenue dans les locaux du Sénat Anosy.
Dans cette optique, il a rappelé que « l’organisation d’une manifestation publique et l’évocation d’organisation d’un compte rendu public sur la place du 13 Mai semble suspicieux ». De ce fait, il a fait savoir que chaque élu et parlementaire a un droit légitime de donner un compte rendu à ses électeurs, mais une telle initiative doit respecter les textes en vigueur. « Prononcer un compte rendu doit se faire dans les circonscriptions de ces élus et non pas groupé sur un même endroit et encore moins dans le sens d’une manifestation dans la rue », a-t-il lancé.
En revanche, Hanitra Eliane Ramahavalisoa, sénatrice issue de l’Itasy a, quant à elle, soulevé la nécessité de l’instauration de l’apaisement dans la capitale. « Notre Capitale ne doit aucunement être le théâtre de déchirement, de provocation et de haine. Nous avons tous le devoir d’instaurer le développement et aussi l’ordre dans notre pays », a-t-elle souligné, et d’ajouter « dirigeants comme opposants ont tous le devoir d’assurer cette sérénité de notre peuple et aussi pour l’amélioration des conditions de vie de tous les citoyens malagasy ».
Par l’occasion, ces sénateurs ont donné des explications sur les réformes et améliorations du processus électoral apportées dans les 3 projets de loi organiques récemment votés auprès des deux chambres du parlement. Des projets de loi qui ont pour but d’asseoir la transparence du processus électoral, d’assurer l’intégrité des candidats et aussi d’asseoir l’égalité des chances entre les candidats, a signalé le sénateur Mohamed Mourad Abdirassoul.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Allons-nous avancer ou plutôt reculer ?

Madagascar demeure un pays qui vit au dessus du seuil de la pauvreté. Plusieurs programmes sont désormais en cours de réalisation mais qui nécessite une volonté politique et surtout morale pour arriver à terme. Certes, les projets structurant visant à mettre en place les infrastructures de base sont sur la bonne voie, mais il faut aussi conscientiser la population à savoir bénéficier de ces réalisations et de les utiliser à bon escient.
La mise en place des projets énergétiques à l’instar des grands chantiers de production d’électricité nécessitera un meilleur accompagnement en matière de développement industriel. Il faut noter que mettre en place des centrales produisant une puissance de 600 Mégawatt dans un endroit du pays ne sera pas uniquement pour plaire aux ménages mais il faut également que l’économie en bénéficie. C’est, entre autres, le même cas pour l’amélioration des infrastructures portuaires et aéroportuaires. Ces infrastructures qui doivent bénéficier à la fois à l’industrie du tourisme et des échanges commerciaux et non pas pour plaire uniquement aux simples voyageurs. Alors là, il faut que les Malagasy aient le sens de l’entreprenariat et le gout du risque.
Mais dans cet accompagnement, il faut aussi une préparation morale. Le gout du risque et le sens de l’entreprenariat s’apprennent. A noter que les opérateurs économiques nationaux ont pour vocation de servir son pays à travers ses actions : créer de l’emploi, créer de la valeur ajoutée au profit de la Nation ou aussi concourir à la croissance économique du pays. Le plus grand défi est de mettre en œuvre un accompagnement psychologique de certains de nos acteurs politiques encore assoiffés de pouvoir et remplis d’égoïsme. Les récidivistes des coups d’Etats ont besoin de se ressaisir pour voir la réalité en face. Les alliances contre natures, qui naissaient depuis 2002 pour se confirmer en 2010 et se renforcer en 2018 en disent long. Est-ce une meilleure idée pour améliorer le quotidien des Malagasy ? Une nouvelle crise politique pour ramener le pays à l’âge de glace ? C’est le moment de l’examen de conscience et du bilan.

Imprimer Imprimer

Aéroport d’Ivato : Extension de piste, rénovation du hall, 23 millions euros investis

Les travaux de réhabilitation et d’extension des grandes infrastructures se poursuivent. A l’instar de l’aéroport Fascène de Nosy-Be, celui d’Ivato fait également l’objet d’extension. lire la suite…

Infrastructures routières : «Strict sur la qualité !»

Vingt-cinq véhicules 4×4, d’une valeur de plus de 2 milliards d’Ariary, acquis sur fonds propres de l’Etat, dont le Fonds d’Entretien Routier (FER), ont été remis par le Président de la République au ministère des Travaux Publics, dans la matinée d’hier, au Palais d’Iavoloha. lire la suite…

Projet “Exode urbain” : De nouveaux sites répertoriés

Délocaliser la ville afin de capitaliser les zones rurales, tel est l’objectif de la plateforme HAFARI Malagasy de Jean-Nirina Rafanomezantsoa. Cette plateforme est en passe de gagner son pari dans son projet Exode urbain. lire la suite…

“Ceinture et route” : De nouvelles opportunités de développement

La «Ceinture et Route» offre surtout de nouvelles opportunités pour le développement de Madagascar, a indiqué hier au Carlton Anosy Chen Xiaolei, chargé d’affaires a.i. de l’Ambassade de Chine à Madagascar, lors du colloque sur l’initiative «Ceinture et Route» et les «Relations Sino-Malagasy»
Outre le parcours de l’histoire de la route de la soie, il a été question de savoir comment Madagascar peut participer à cette initiative et en tirer profit, qu’est ce que cela signifie pour le développement de Madagascar. lire la suite…

Conjoncture : politique Les “bas quartiers” opposés à toute nouvelle crise

Les gens des bas quartiers de la Capitale ont annoncé leur opposition totale à toute nouvelle crise politique et sociale dans le pays et notamment dans la Capitale. Dans une déclaration au Live Hotel Andavamamba, un groupe issus de ces zones souvent victimes des machinations politiques ont souligné que la Capitale ne doit plus revivre une quelconque crise. lire la suite…

Autoroute Tanà – Toamasina : L’aspect financier au centre des discussions

Le projet de construction de l’autoroute reliant Antananarivo à Toamasina est toujours en discussion technique, a confié hier Liang Shaomin, conseiller économique et commercial de l’Ambassade de Chine. «C’est un des plus grands projets de l’histoire du pays. C’est un peu compliqué et c’est normal si on prend plus de temps sur l’aspect financier, la mobilisation financière du projet», a-t-il poursuivi. lire la suite…

FAO – Madagascar CPP : de nouvelles priorités

Pour 2018 à 2021, la collaboration entre FAO et Madagascar portera sur trois domaines prioritaires tel qu’il a été souligné hier au Carlton Anosy, au cours de la signature du Cadre de Programmation Pays CPP par le Représentant de la FAO, Patrice Talla Takoukam et le gouvernement malagasy, représenté par Harison Randriarimanana, ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Élevage. lire la suite…

Electricité : La 2e centrale d’Ambohimanambola opérationnelle en Octobre

La compagnie JIRAMA, en collaboration étroite avec l’Etat malgache, fait en sorte d’approvisionner tous les abonnés en termes d’eau et d’électricité. Toutefois, les équipements pour ce faire laissent à désirer. C’est en vue d’y remédier que le JIRAMA s’acquiert de partenariats tels qu’avec Aksaf Power, entre autres. lire la suite…