Vendredi 26 Mai 2017

Edition du 24 Mai 2017

Journal-du-24-05-2017--n°37

SMM : Délai expiré, Claudine doit être emprisonnée à Antanimora

11

L’affaire Claudine Razaimamonjy ne cesse de tenir l’opinion en haleine. Qu’en est-il en ce moment où le délai d’hospitalisation qui lui est accordé arrive à terme ? Encore une nouvelle question qui risque de rester sans réponse…

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) dénonce des nouveaux faits d’irrégularité dans l’affaire Claudine Razaimamonjy. Normalement, la milliardaire Claudine Razaimamonjy doit entamer son séjour à la prison d’Antanimora, note Fanahimanana Tiaray, vice-président du SMM. La raison en est simple : les 45 jours d’hospitalisation, accordés par la loi à un détenu sont expirés.
Pour justifier ses arguments, ce membre du bureau du SMM a rappelé les dispositions des textes régissant le régime d’hospitalisation notamment l’arrêt 4673/60 du 10 novembre 1960. Texte qui est précisé par une note de rappel en date du 23 mars 2004. Ce texte stipule que « la durée maximale autorisée pour l’hospitalisation d’un détenu est de 45 jours. Au-delà de cette période, une commission spéciale devra se prononcer. Toute hospitalisation d’une durée probable supérieure à 45 jours doit être appréciée par une commission spéciale, composée du chef d’établissement hospitalier, du médecin-chef de la division du ministère de la Justice et de deux chirurgiens ».

Aucune commission spéciale  
Inculpé dans des affaires de favoritisme dans l’attribution de marchés publics, détournement de deniers publics, abus de fonction et blanchiment d’argent, Claudine Razaimamonjy est placée sous mandat de dépôt depuis le 07 avril 2017. Son séjour à l’hôpital HJRA a dépassé le délai maximum imparti de 45 jours, depuis le 22 mai dernier. Mais, jusqu’à présent aucune commission spéciale n’a été instaurée. Claudine Razaimamonjy n’est pas encore transférée à la prison d’Antanimora où elle devrait être placée sous mandat de dépôt selon la décision de la chaîne pénale anti-corruption.  Situation qui n’est pas conforme à la règle en vigueur. Fanahimanana Tiaray rappelle que dans le dossier Claudine Razaimamonjy, des irrégularités ont été relevées depuis le 7 avril dernier. Claudine Razaimamonjy devait être placée sous mandat de dépôt à la prison d’Antanimora depuis cette date. Mais, cet opérateur économique dénonce la violation des règles d’enregistrement dans cette prison. « Claudine avait été transférée à l’hôpital HJRA sans même passer par Antanimora. Puis, évacuée au petit matin du 10 avril vers l’île Maurice. Elle a ensuite été admise à l’HJRA à son retour au pays, en catimini… ». Pour ce magistrat, l’hospitalisation ne doit en aucun cas être une échappatoire à la détention.

L’hospitalisation d’un détenu en catégorie payante ne devra pas être admise  
Qui doit payer toutes les dépenses des traitements médicaux et évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy ?  « L’admission d’un détenu malade a lieu obligatoirement dans une formation sanitaire relevant des autorités malgaches. En aucun cas, l’hospitalisation d’un détenu en catégorie payante ne pourra être admise », selon l’article 2 de l’arrêté 4673/60 du 10 novembre 1960. On peut tirer de cet article que l’Etat prend en charge l’hospitalisation de la détenue. « Est-ce le cas dans l’affaire Claudine Razaimamonjy ? », s’est demandé Fanahimanana Tiaray, -président du SMM. La loi, c’est la loi. Le syndicat des magistrats exhorte ainsi au respect de la loi malgache.

Vola R

Imprimer Imprimer

Quid des fruits de nos recherches ?

Fuites de cerveau, expatriation de nos intellectuels, diplômés au chômage… Autant de faits qui témoignent du danger que présente notre pays au cours de ces 30 dernières années. Plusieurs facteurs en sont les causes de ces faits réels qui engendrent davantage nos divisions. Nos intellectuels ne s’intéressent plus à la « chose publique », voire, ils se désengagent de la vie de la Nation.
Il y a, certes, frustration quelque part. Frustrés, nos intellectuels rechignent dorénavant à apporter leur expérience au profit du pays. C’est malheureux pour un pays qui accouche de grands experts scientifiques, tant convoités et recrutés par les grandes puissances. Les fruits de leurs recherches sont souvent utilisés à l’étranger, mais n’intéressent pas les investisseurs locaux. En fait, les opérateurs économiques locaux ne priorisent pas souvent les financements des recherches, alors autorisés par la loi et même dans les principes de gestion, notamment, dans le Plan Comptable Général.
Les centres de recherches ne manquent pas à Madagascar. Les centres d’application n’en sont pas moindres, mais l’absence de motivation et de promotion des efforts de nos ingénieurs favorise notre recul à ce sujet. L’Etat, lui non plus, ne peut pas supporter à lui seul les financements et les investissements dans des recherches scientifiques. Les appuis internationaux et les coopérations avec les partenaires étrangers, entre autres, sont la seule bouffée d’oxygène qui alimente, avec l’Etat, ces centres laissés parfois en veilleuse.
N’est-il pas temps de revoir nos richesses intellectuelles pour les mettre au profit du développement ? Tous les secteurs en sont concernés, notamment l’agriculture, l’élevage, la chimie, la biologie, l’environement et même la santé. L’industrialisation des résultats de nos recherches devra être une priorité pour que le pays soit un modèle dans sa Région, son continent et, pourquoi pas, dans le monde…

Nouveau billet de 20 000 ariary : Première émission en juillet prochain

33

C’est décidé. Le nouveau billet de banque de 20.000 Ariary sera mis en circulation. Envers et contre… vents et marées. De toutes manières, l’habit ne fait pas le moine. Son aspect ne devra modifier en rien sa valeur résiduelle.

Le Conseil de gouvernement d’hier a adopté le Décret consacrant l’émission d’une nouvelle gamme de billets de Banque de 100 Ariary, de 200 Ariary, de 500 Ariary, de 1.000 Ariary, de 5.000 Ariary, de 10.000 Ariary et de 20.000 Ariary par la Banky Foiben’i Madagasikara.  lire la suite…

Ministère de la Justice : “Claudine va être traduite en Justice”

44

« Nous mettons un point d’honneur au respect des procédures judiciaires en cours dans l’affaire Claudine, laquelle devra, à terme, être porté devant la Justice », a annoncé le ministre de la Justice, Charles Andriamiseza, hier, en marge de la cérémonie de remise de don de la Première Dame aux détenus de la prison d’Antanimora. lire la suite…

Université : Le SECES observe une grève générale

55

Depuis quelques jours, le SECES menace d’observer une grève générale et de suspendre les cours et les activités de recherche. Ses revendications ne sont toujours pas satisfaites.

L’Assemblée Générale du Syndicat des Enseignants-Chercheurs de l’Enseignement Supérieur (SECES) a publié des décisions relativement radicales, hier. Les enseignants chercheurs et les chercheurs enseignants observent, depuis hier, une grève générale. lire la suite…

Tunnel d’Ambanidia : Le ministre des Travaux Publics rassure

66

«Le tunnel d’Ambanidia s’est effondré… 80 personnes ont perdu la vie et plus de 350 personnes pleurent les morts». Cette information, publiée sur Facebook, a circulé à la vitesse grand V, semant la psychose. Hier dans l’après-midi, les appels se multipliaient pour infirmer ou confirmer l’information laquelle ui, en fin de compte, n’était qu’une rumeur. Eric Razafimandimby, ministre des Travaux Publics, s’est déplacé sur place pour constater de visu la situation… lire la suite…

Fistule obstétricale : 5000 nouveaux cas par an à Madagascar

77

Selon les estimations, 5.000 nouveaux cas de fistule obstétricale sont observés chaque année à Madagascar. Ce chiffre a été révélé hier au Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) lors de la Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale. lire la suite…

Douanes : Grève générale à partir du 29 mai

88

Tous les bureaux des Douanes du territoire national seront fermés du 29 au 31 mai prochain, d’ après les informations du Syndicat des Employés des Douanes (SEMPIDOU). Toutefois, un système de service minimum est instauré auprès de chaque bureau pour le traitement de tous dossiers liés aux produits périssables, aux animaux vivants, lire la suite…

PPN : Baisse de prix du riz, hausse de prix du sucre

1010

Une légère baisse du prix du riz a été constatée depuis peu, grâce notamment à l’arrivée du riz importé qui sert à réguler les prix. La production locale, avec la culture de contre-saison, commence également à être disponible. Au marché de Soamanatombo, le vary gasy s’achète à 1.700 Ariary le kg, le Tsipala à 1.600 Ariary et le malakioka à 1.800 Ariary. lire la suite…

Première Dame : Don de PPN à 3.625 détenus

10

A l’occasion de la fête des mères et toujours pour faire valoir les droits de l’homme, la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina n’a pas oublié les détenus d’Antanimora, femmes, mineurs et hommes.

La Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina a remis hier un don aux 3 625 détenus du Centre carcéral d’Antanimora. 500 femmes, lire la suite…