Mercredi 21 Fevrier 2018

Edition du 20 Février 2018

Sambava : Un viol tourne au drame, deux morts

Les viols sont monnaie courante dans la vie communautaire. Cependant, les faits qui sont relatés ici sont plutôt singuliers de par le fait de l’âge de l’auteur et de la fin tragique de l’histoire. Les faits.

Un crime atroce a été commis, jeudi dernier, par un adolescent de 14 ans dans le District de Sambava. L’auteur de cet acte a par la suite péri à la suite d’une justice populaire.
Les faits se sont déroulés à Ambodimanga, Commune d’Antsahavaribe, District de Sambava. La victime, une jeune fille de 15 ans, accompagnée de sa sœur aînée, devaient se rendre au chevet de leur mère qui venait d’accoucher. Mais sur la route, les deux sœurs se sont séparées. La grande sœur, qui portait son bébé de 6 mois, est partie devant car elle avait hâte d’arriver, tandis que sa jeune sœur de 15 ans traînait derrière.
En chemin, la jeune mère a croisé la route d’un adolescent. Ce dernier l’avait obligée à copuler avec lui et l’a menacée de la tuer si elle refusait. Devant la réticence de la jeune femme, l’adolescent s’est mis à l’agresser violemment à coups de couteau. La jeune femme avait tenté d’appeler du secours et ses cris ont été entendus par sa jeune sœur qui s’est empressée de venir à son secours. Mais arrivée sur la scène du crime, l’adolescent s’est immédiatement mis à trancher la gorge de la fillette à l’aide de son couteau, la tuant d’un seul coup.
Horrifié par ces effusions de sang, le jeune assassin s’est mis à s’enfuir, abandonnant sur place ses victimes. Des passants se sont chargés, quelques instants plus tard, de les transporter dans un centre médical. La jeune mère, gravement blessée, a reçu les soins d’urgence et gardée sous soins intensifs, tandis que son enfant de 6 mois est sauf. L’adolescente de 15 ans, pour sa part, n’a pas survécu.
Les investigations ont permis à la Gendarmerie locale de retrouver la piste du jeune criminel. Les agents ont fait une descente, samedi dernier, dans le village dans lequel il se trouverait. Mais ils sont arrivés trop tard, ils n’ont découvert que le corps agonisant de l’adolescent, à la suite de coups assenés par les villageois en colère et qui voulaient faire justice eux-mêmes pour le meurtre et les agressions qu’il avait commis.
Ce jeune criminel ne pouvait échapper à cette vindicte populaire étant donné qu’il avait été reconnu par la femme blessée.

Tantely A

 

Imprimer Imprimer

Point de vue : Quand l’ego surplombe

Les débats ont pris le dessus ces derniers mois en matière de développement. Chacun se dit prêt à servir la nation et le peuple. Mais chacun oublie qu’il était là, la chance lui a souri plusieurs fois. Ils ne se sont rendu compte de leurs erreurs qu’au terme de leur mandat. Même si certains mandats n’avaient pas été exercés par la voie démocratique, mais plutôt par la voie de la rue.
Lorsque le remplaçant remplacé est frustré, tous les voies et moyens sont déployés pour tenter de reconquérir le pouvoir. Par la voie des urnes, ils le tentent, le remplaçant et le remplacé à la fois. Ils veulent unir leurs forces, ils se disent « je t’aime… moi non plus ». Au fond, c’est le même ombre qui se profile. Descendre dans la rue, prendre le pouvoir par la force, mettre le pays dans le chaos… Ces deux forces, politiques si l’on puisse dire, étaient bel et bien des spécialistes de ces prises de pouvoir de manière illégitime.
Le hasard des choses ne voulait pas unir les protagonistes principaux de la crise de 2009 qui a abouti à l’appauvrissement de 92% de la population. L’actuel Président de la République, accompagné des chefs d’Eglise, ont tenté le coup en 2015. Mais en vain. L’un des deux a abandonné le processus de réconciliation. La tentative n’a pas été laissée dans l’oubli lorsqu’une nouvelle tentative de rapprochement a été initiée en 2017 cette fois par des hommes d’église. Mais celle-ci a de nouveau échoué puisque l’exilé ne voulait pas s’entretenir avec celui qui l’avait évincé du pouvoir. C’est pour la simple raison que l’ego a primé en eux. C’est le problème des politiciens et d’ailleurs, les séries de déclarations politiques n’ont pas mis en avant cette réelle réconciliation. Lorsqu’ils étaient au pouvoir, les deux protagonistes refusaient tous deux d’avancer dans le sens de cette unité en rejetant toute forme de réconciliation nationale. Une question se pose : faut-il revenir en arrière et brandir la division et laisser les egos mal placés prendre le dessus ?

 

Imprimer Imprimer

Banques centrales de la SADC : Les TIC à l’honneur

Madagascar s’ouvre de plus en plus aux partenaires étrangers. C’est dans cette optique que la Conférence du Comité des Gouverneurs des Banques Centrales de la SADC se tient dans nos murs. Une grande opportunité économique en perspective !

lire la suite…

Munitions saisies à Analakely : Aucune piste ne sera négligée

« Aucune piste ne sera négligée dans l’enquête liée aux 10 900 balles de calibre 7.5mm découvertes dans une maison en pleine réhabilitation à Analakely, la fin de la semaine dernière », a-t-on appris de source proche du dossier. lire la suite…

METM Zoara Famonjena : Verdict le 26 février prochain

Les faits ne se sont jamais produits à l’époque où l’église était réellement une Eglise, où l’on se rassemblait pour prier. Aujourd’hui, en effet, l’Eglise est secouée par les divergences, par les conflits d’intérêts et même par la politique…

lire la suite…

Maison Centrale d’Antanimora : Vétusté des infrastructures et personnel insuffisant

Ils sont actuellement 3455 détenus incarcérés dans la maison centrale d’Antanimora, alors que l’établissement ne peut en accueillir que 800, soit plus de quatre fois la norme requise. lire la suite…

Tragédie d’Ampamarinana : Les obsèques auront lieu demain

Les dépouilles mortelles des 7 individus ayant péri dans le glissement d’un bloc de rocher à Ampamarinana ont été veillés dimanche soir à l’INFP de Mahamasina. lire la suite…

Météorologie : Un temps sec pendant deux jours

Des fortes pluies abondantes se sont déversées depuis vendredi dernier sur la capitale, ayant eu des conséquences mortelles et causant des dégâts considérables, provoquant la mort de 7 individus à Ambanin’Ampamarinana. lire la suite…

Université d’Antananarivo : Toujours la grogne des étudiants

Les étudiants de l’Université d’Antananarivo dénoncent leurs conditions de vie et d’étude qui laissent tellement à désirer. Pourtant, ces étudiants sont les futures élites du pays. lire la suite…

Edition du 19 Février 2018