Samedi 25 Mars 2017

Edition du 24 Mars 2017

Insécurité à Ambatondrazaka : 30 individus arrêtés, couvre-feu instauré

11

Aucune ville ni localité n’est épargnée par l’insécurité. Les actes de banditisme se multiplient à un rythme alarmant. Mais les rancoeurs des populations dues à diverses raisons favorisent notamment les gestes inconsidérés.

L’insécurité, caractérisée notamment  par les attaques à main armée, gagne du terrain à Ambatondrazaka depuis ces derniers mois. Les riches opérateurs constituent les cibles privilégiées des malfrats de tout acabit.
Après l’attaque qui s’est produite samedi dernier, les autorités locales se sont décidées à instaurer le couvre-feu. Par conséquent, 30 individus ont été arrêtés depuis, a confié Désiré Ranarison, Chef de Région Alaotra Mangoro, hier à Moramanga.
Le couvre-feu interdit à la population de circuler entre 22h et 06h dans le chef-lieu de la région Alaotra Mangoro. Une fouille obligatoire est effectuée sur tous ceux qui sont contraints, pour une raison ou une autre, de circuler la nuit et notamment sur ceux qui portent des bagages suspects.
Toujours selon les explications du Chef de Région, ce phénomène d’insécurité grandissante est dû essentiellement à la multiplication en nombre des opérateurs qui oeuvrent depuis ces derniers temps dans le secteur de la pierre et des produits miniers. Entre janvier et février 2017, les nouveaux arrivés dans cette filière étaient au nombre de 600.000. Cette grande affluence a fait qu’il est difficile pour les autorités locales de gérer la situation. D’où la recrudescence de l’insécurité.
Avant d’instaurer ce couvre-feu, les autorités locales avaient entrepris un assainissement du secteur de la pierre, afin de mieux gérer l’augmentation sans cesse du nombre d’opérateurs suspects et en situation irrégulière. Les ressortissants sri-lankais ainsi que les Malgaches sont les plus touchés par cette affaire suspecte. Ces opérateurs en situation irrégulière ont dès lors été expulsés d’Ambatondrazaka après avoir signé une clause selon laquelle ils ne devraient plus y remettre les pieds, a fait savoir le Chef de Région. «Nous avions affrété un véhicule spécial pour les emmener à 30km de la ville d’Ambatondrazaka», selon ses explications. Quoi qu’il en soit et en dépit des recommandations expresses qu’ils avaient signées, un certain nombre d’opérateurs n’ont pas tenu parole et sont revenus sur place dans le but de continuer leurs travaux d’exploitation. «D’où l’arrestation des 10 ressortissants sri-lankais et de 4 Malgaches», a indiqué le Chef de Région. Ils sont actuellement placés sous mandat de dépôt.
Outre la capitale de l’Alaotra Mangoro, les régions voisines connaissent également le même sort. Les alentours d’Amparafaravola sont actuellement déclarés «zone rouge» à cause de l’insécurité. Le Chef de Région a fait remarquer que le faible effectif des éléments de la Gendarmerie contribue à cette insécurité grandissante dans sa circonscription. Il importe ainsi de renforcer l’équipe de la place.

Fah. A

Imprimer Imprimer

La Justice en débandade

La situation qui prévaut dans le système judiciaire s’achemine vers une nouvelle forme de débandade. Lorsque les différentes structures qui la composent sont en désaccord, c’est le corps tout entier qui va à la dérive. Et lorsque les Officiers de Police Judiciaire et les magistrats ne s’entendent plus, il est difficile pour un tribunal de fonctionner.
Le dossier relatif au magistrat Michel Rehavana est sans aucun doute un mauvais signe pour le système judiciaire. Faut-il rappeler que l’avènement de cette affaire, en 2011, avait déjà bloqué l’appareil judiciaire ? Les policiers avaient suspendu leurs activités, les magistrats, eux, campaient sur leurs positions, ce qui avait nécessité une vaste campagne de réconciliation entre les deux entités principales composantes de la Justice grand «J». Les magistrats et les policiers pourront-ils ainsi trouver de nouveaux moyens de repartir sur de nouvelles bases, saines et solides?
La situation empire ! Cette forme de défaillance du système judiciaire en inquiète plus d’un. Le monde diplomatique en est conscient. Les formes de justice populaire qui alimentent le quotidien des Malgaches constituent également un autre souci majeur. Trop d’incidents frappent le monde des juges et des OPJ. Comment y échapper ? Aux responsables de voir de près la situation car l’harmonie de notre société est potentiellement menacée.

Imprimer Imprimer

APIOI : Collaboration entre les ports de l’Océan Indien

33

L’Association des Ports des îles de l’Océan Indien (APIOI) vise à unir les forces des ports membres et ainsi, à renforcer leur collaboration. Cela a été corroboré hier par le Colonel André Ciseau, président de l’APOI, en marge de leur assemblée qui s’est tenue à l’hôtel Colbert d’Antaninarenina. Selon ses dires, des formules comme les «croisières» ont, entre autres, été conjointement mises en place, sans compter les participations à des salons de croisière à l’étranger. lire la suite…

Mouvement Rohy : Le CIM a failli à sa mission

55

Le mouvement Rohy, regroupant une centaine de sociétés civiles, n’est pas allé par quatre chemins pour constater de fiasco de la mission qui incombe au Centre Immatriculateur de Madagascar (CIM) quant au remplacement des permis de conduire et carte grise en biométriques. Au terme d’investigations menées par ce mouvement sur un échantillon d’usagers, pris au hasard et sur un certain nombre d’employés du Centre Immatriculateur, le constat est sans équivoque : «le CIM fait preuve d’incompétence avérée et la corruption règne en maître dans ces services».
lire la suite…

Dépréciation de l’Ariary : Les explications du Gouverneur de la BCM

66

D’une manière générale, une dépréciation de l’Ariary est notée au début du second trimestre de l’année, d’après Alain Rasolofondraibe, Gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara. Au 1er février 2017, l’Euro s’échangeait entre 3.409 Ar et 3.455 Ar, selon le cours de référence du Marché Interbancaire de Devises et le Dollar, entre 3.160 Ar et 3.205 Ar.
Hier, un Euro valait entre 3.455 Ar et 3.510 Ar et le Dollar, entre 3.205 Ar et 3.250 Ar, selon le cours de référence, publié par la Banky Foiben’i Madagasikara. lire la suite…

Appel après : Enawo L’OIF octroie 50.000 euros

77

En réponse à l’appel à l’aide internationale lancé par le gouvernement malgache, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a fait hier un don de 50.000 Euros, soit approximativement 178.000.000 ariary, au Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes. Le Directeur de Cabinet de la Secrétaire Générale de la Francophonie, M. Jean-Louis Atangana, a remis officiellement ce chèque au BNGRC, en présence de son Conseiller Spécial, M. Jacques Bilodeau, du Directeur du Bureau Régional de l’OIF, M. Malik Sarr et du Premier ministre malgache Olivier Solonandrasana Mahafaly. lire la suite…

Réseau Libéral : Africain Olivier Rakotovazaha représente le MFM

88

Olivier Rakotovazaha, Secrétaire Général du parti MFM fondé par Manandafy Rakotonirina, a quitté Antananarivo mercredi dernier pour rejoindre Naïrobi, capitale du Kenya, pour assister à la réunion du Réseau Libéral Africain (RLA). En effet, un atelier de trois jours visant à donner aux femmes les moyens de gagner aux élections sera lancé ce jour par le RLA. lire la suite…

Foire ASIA : Conjuguer le pragmatisme asiatique avec les besoins malgaches

99

Les salons se suivent, mais ne se ressemblent pas. La Foire ASIA se distingue des autres événements commerciaux par ses multiples facettes, caractéristiques d’une ouverture particulière sur tout le continent asiatique. Rendez-vous à ne pas rater à Tanjombato !

lire la suite…

Tuberculose : 30 000 cas déclarés en 2016

1010

A Madagascar, comme dans d’autres pays, la tuberculose demeure encore un problème de santé publique récurrent en dépit des efforts concédés pour la combattre et l’éradiquer. Ce fléau constitue un fardeau notamment pour les pays à haute prévalence comme le nôtre.
Dans le monde, chaque année, près de 9 millions de nouveaux cas sont recensés, touchant, en grande partie, les individus les plus productifs sur le plan socioprofessionnel, âgés de 15 à 50 ans. A Madagascar, les 30.000 cas de tuberculose sensibles déclarés en l’année 2016 montrent l’ampleur de la maladie.

Traitement
Madagascar s’engage à mettre l’accent sur la lutte contre la stigmatisation, la discrimination, la marginalisation, et à surmonter les obstacles empêchant l’accès aux soins prônés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Suite à la collaboration entre le Ministère de la Santé Publique, le Centre National de Référence des Mycobactéries (CNRM) à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) et les partenaires techniques et financiers du Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), le traitement contre la tuberculose multirésistante pourrait être réduit de 9 mois au lieu de 18. Un projet de mise en place de ce traitement court est actuellement mené par le PNLT.
En effet, l’Etat Malagasy, par le biais du Ministère de la Santé Publique a consolidé à la gratuité de la détection de la tuberculose multi-résistante, à la gratuité de la prise en charge des malades (médicaments anti-tuberculeux et dépistage de la tuberculose), surtout des groupes vulnérables (enfants, les malnutris,…) au niveau de tous les Centres de Diagnostic et de Traitement (CDT), qu’ils soient publics ou privés. Une extension des Centres de Diagnostic et de Traitement (CDT) a été de mise, ainsi que l’amélioration du plateau technique par l’acquisition d’appareils de haute technologie tels que le genexpert et la radiographie numérique.
La mobilisation de la population est également une méthode efficace pour réduire le taux de prévalence de la tuberculose.
Pour cette Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose, célébrée ce jour, l’OMS fait appel à tout un chacun à «s’unir pour mettre fin à la tuberculose».
Cela exige l’engagement, la volonté et la motivation de chaque citoyen, de la société civile, du personnel de santé, des Partenaires Techniques et Financiers du Ministère de la Santé Publique et de toute la communauté, à combiner les efforts pour vaincre cette maladie.

Jemima R

Imprimer Imprimer

Edition du 23 Mars 2017

Journal-du-23-03-2017--n°37