Samedi 18 Novembre 2017

Edition du 15 Novembre 2017

Echec de la motion de censure : Vers la destitution du Bureau Permanent

Avortement de la motion de censure projetéé par quelques députésà cause de l’insuffisance des signatures collectées. L’histoire ne s’arrête pas là, car ces députés se tournent maintenant dans la direction du bureau permanent de l’Assemblée Nationale.

Les députés HVM frondeurs n’ont pas réussi à rassembler assez de signatures pour déposer une motion de censure contre le Gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana. Seuls 39 députés sur les 84 nécessaires se sont ralliés à ce projet. Une partie des députés pro-régime (HVM et MAPAR III) ont signé le document. La motion de censure lancée par Nicolas Randrianasolo, député élu dans le district de Betroka, n’a pas été signée par les députés de l’opposition (TIM et MAPAR fidèles à Andry Rajoelina).

Suspension de procédure
Nicolas Randrianasolo accusait le Gouvernement d’inefficacité. Il dénonçait l’incapacité du Gouvernement Mahafaly de gérer entre autres les problèmes sociaux, en particulier la peste et l’insécurité ; incapacité de certains ministres qui risque de décrédibiliser le Président de la République qui est toujours cible de critiques acerbes. Or, le Gouvernement est le premier responsable de l’administration, de la réalisation des promesses présidentielles et du programme de développement du pays.
Le député de Betroka souligne que la motion de censure n’est pas abandonnée totalement. Mais, les députés ont juste suspendu la procédure après l’intervention du bureau national du parti HVM. Les signatures seront conservées et les députés pourront relancer la procédure en temps voulu.
Projet de destitution du bureau permanent
Après le Gouvernement, les membres du bureau permanent sont dans le collimateur des députés. Une nouvelle destitution du bureau permanent de l’Assemblée Nationale est dans l’air. Selon des indiscrétions, certains députés ont demandé à ce qu’un vote de confiance pour les membres du bureau permanent soit tenu. Les députés sont frustrés par leur travail. «Les membres du bureau permanent n’ont pas réellement défendu l’intérêt des députés. Ils n’ont pas pu convaincre l’exécutif sur l’octroi de voiture tout terrain 4×4 aux députés. Or celle-ci est un droit des députés. C’est l’intérêt de la majorité qui devrait primer et non celui d’une poignée d’individus», dénonce un député qui s’est exprimé sous couvert de l’anonymat. Mais, d’autres voix s’élèvent à l’Assemblée Nationale pour dénoncer un projet de destitution injuste et inopportun. La séance plénière de ce jour s’annonce donc houleuse.

Vola R

Imprimer Imprimer

 

Point de vue : Quand l’Italie veut, elle peut

Chose promise, chose due. La Conférence Economique de Rome a porté ses fruits. Les investisseurs italiens arrivent peu à peu chez nous. Certains sont en prospection, notamment dans l’immobilier, le tourisme, l’agrobusiness, tandis que d’autres finalisent des contrats commerciaux avec les opérateurs malgaches.
L’engouement se fait sentir. De grosses entreprises bien présentes dans d’autres pays d’Afrique, notamment en Afrique du Sud, en Zambie, en Tanzanie, au Mozambique,… veulent investir à Madagascar. « Madagascar est un paradis pour les Italiens » affirment les opérateurs italiens. Et cet intérêt des Italiens à l’endroit de la Grande Île est aussi énorme que parfois la précipitation doit rimer avec prudence des deux côtés des rives.
Le volet diplomatique s’accompagne avec cet enthousiasme malgacho-italienne. Le Consulat Honoraire d’Italie à Antananarivo vient d’ouvrir ses portes hier. Le site officiel dudit consulat est désormais consultable par les ressortissants italiens mais également aux autres nationalités dont malgaches. Le Consulat d’Italie à Nosy Be est également opérationnel depuis le mois d’octobre de cette année.
Rien à voir avec la défaite de la Squadra Azura devant la Suède qui l’a pénalisé de participer au Mondial en Russie de 2018. La relation économique et politique entre Madagascar et l’Italie est vouée à la réussite. Et si les Italiens qui projetaient d’aller en Russie venaient à Madagascar ne serait-ce que pour passer ses vacances ? Cela pourra certainement leur faire oublier cette défaite de l’équipe nationale de football.

Imprimer Imprimer

 

Lutte contre le Kidnapping : Coopération de la France avec les forces de l’ordre malgaches

La coopération entre Madagascar et la France, l’appui au processus électoral, l’appui au développement économique et au renforcement de l’administration ainsi que le sujet de la lutte contre l’insécurité ont été les sujets abordés avec SEMme Véronique Vouland-Aneini Ambassadeur de France à Madagascar. C’était lors du tournage de l’émission «Resa-be» dont l’intégralité sera diffusée sur Ma-TV ce soir. lire la suite…

Mauvais assainissement : Des pertes annuelles de 201 milliards Ariary

Le taux d’accès à l’eau et à l’assainissement figure parmi les plus faibles au monde. Malgré les progrès réalisés ces dernières années, de fortes disparités persistent tant au niveau des régions que dans les milieux urbains et ruraux. Pour parvenir aux résultats escomptés, il importe de coordonner les activités de communication du secteur Wash à Madagascar. lire la suite…

Education : Réhabilitation de l’EPP Soanierana et du CEG Tsimbazaza

Des travaux de réhabilitations ont été effectués à l’EPP de Soanierana 1 tandis que le CEG de Tsimbazaza à bénéficié d’une salle audio visuelle, ainsi qu’un laboratoire informatique, inaugurés par le Président Hery Rajaonarimampianina.

Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a inauguré hier matin l’Ecole Primaire Publique (EPP) de Soanierana 1, réhabilitée, et le Collège d’Enseignement Général de Tsimbazaza qui s’est vu doté de laboratoire informatique, d’un laboratoire de sciences et d’une salle audio visuelle. lire la suite…

Consolidation de la démocratie : Le PNUD confirme son appui au Sénat

La coopération entre le Sénat et le Système des Nations Unies vient à se renforcer davantage. Hier, Violet Kakyomia Représentante Résidente du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a confirmé à Rivo Rakotovao, Président du Sénat de la disponibilité de sa structure à développer davantage la coopération qui existe. Une coopération qui s’étend sur plusieurs volets allant du rapprochement entre le Sénat et la population à travers les portes ouvertes jusqu’aux renforcements de capacité sur les thématiques notamment de la protection des droits humains. lire la suite…

CNaPS – Label Horeb : Sécurité sociale pour 176 paysans

Objectif atteint pour le CNaPS, 176 producteurs de letchis regroupés dans la coopérative “Taratra” s’engagent à verser les cotisations à la CNaPS afin qu’ils puissent bénéficier des trois prestations de la CNaPS dont les prestations familiales, les rentes en cas d’accident de travail ou maladies professionnelles et la pension de retraite. Ceci a été effectué grâce à la signature de convention avec le Référentiel HOREB qui s’est tenue hier à Foulpointe. lire la suite…

Accusation de Ravololomanana : Le deuxième adjoint défend la finance de la CUA

Les responsables de la Commune Urbaine d’Antananarivo sont sortis de leurs silences concernant les attaques répétées de la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana à leur encontre. Le deuxième adjoint au maire de la capitale, Julien Andriamorasata, a apporté des explications concernant les finances de la CUA. En effet, les attaques de Lalatiana Ravololomanana se portent essentiellement sur la finance de la Commune Urbaine d’Antananarivo. lire la suite…

Education fondamentale : Une évaluation permanente tous les trois ans

L’examen de CEPE sera supprimé en 2020 et le cycle de l’éducation de base durera 9 ans au lieu de 5. Les élèves passeront des évaluations à chaque fin de sous cycle afin d’apporter des améliorations quant à leurs niveaux.

Si l’éducation de base a toujours été d’une durée de 5 ans, de la maternelle à la classe de 7ème, d’ici 2020, celle ci va être prolongée à 9 ans. Il s’agit de l’éducation fondamentale délimitée en neuf années, divisées en trois sous-cycles de trois années de chaque. lire la suite…

Groupe Njava : Un spectacle à l’IFM en décembre

Le Groupe Njava connu dans le world music se produira en spectacle en terre natale au mois de décembre prochain. Un spectacle se tiendra à l’IFM Analakely le 15 décembre 2017, a fait savoir Monika Njava le week-end dernier, en marge d’une action sociale effectuée par sa famille.
Le groupe Njava a un style musical bien particulier puisé depuis leur racine, avec un timbre vocal inspiré des traditions Antandroy et Bara. Le groupe rencontre ses fans d’ici un mois, pour partager cette musique qui leur est propre. lire la suite…