Mercredi 21 Fevrier 2018

Antanimora : 1823 des 3455 détenus en attente de procès

La surpopulation carcérale est un sujet constamment controversé. Force est de constater l’absence d’équilibre entre les entrants et les sortants à cause des retards des procès. Plus de la moitié des détenus d’Antanimora ne sont toujours pas jugés.

À Madagascar, notamment dans la maison centrale d’Antanimora, les détenus purgeant leur peine et ceux en attente de procès séjournent dans les mêmes quartiers communs en raison de la surpopulation carcérale. Plus de la moitié des individus incarcérés attendent toujours leur procès. Des 3455 détenus actuellement, 1391 sont condamnés et purgent leur peine, tandis que 1823 attendent toujours leur procès, 208 attendent l’issue de leur pourvoi en cassation, 40 ont interjeté appel à leur condamnation et 3 autres sont opposants. Dans le quartier des femmes, 351 détenues sont recensées dont 14 mineures et 43 autres accompagnées de leurs enfants en bas-âge. La majorité de ces détenues attendent toujours leur jugement. «Je suis sous MD depuis 3 mois dans cette prison, sans avoir eu de procès, ici c’est l’enfer, aucun respect des droits de l’homme et la surpopulation se fait beaucoup ressentir» se plaint une mère de famille, la cinquantaine. «Je suis depuis 10 mois dans cet endroit maudit, je n’ai pas été encore jugée», se plaint une autre.
Ces individus en détention provisoire font appel aux autorités, dont le ministère de la Justice, à accélérer leur procès, car certaines personnes ont déjà purgé des années en prison sans avoir été jugées. Un traitement qu’ils qualifient de contraire à la loi.
La situation est invivable dans la prison, surtout pour les mères accompagnées d’enfants en bas-âge. «Je suis ici depuis 4 ans, mon fils est né ici, il a maintenant 3 ans et demi, j’ai un autre enfant qui vit avec son père, c’est dur de vivre cela, mais c’est la réalité et il faut surmonter le découragement», raconte une détenue condamnée. Les détenues d’Antanimora sont surtout très incommodées par les mauvaises conditions carcérales, dont l’absence d’hygiène, la prolifération des parasites…
Don
Samedi dernier, l’Association des Étudiants Camerounais de Madagascar (ASECAM) s’est rendue sur place pour faire un don de vivres, de produits de première nécessité et de fournitures de couture aux détenues, femmes et mineures, de la maison centrale d’Antanimora.
Cette initiative des jeunes Camerounais de Madagascar s’inscrit dans une logique de solidarité et d’entraide. «Par ce geste de fraternité, nous voulons améliorer les conditions de vie des personnes incarcérées et leur apporter du réconfort et de la joie, car nous sommes sensibles au respect des droits humains», a expliqué Auster Nzicheu, président de cette association.
Depuis plus de 20 ans, l’ASECAM multiplie ses actions au profit des populations les plus vulnérables de Madagascar. La richesse et la biodiversité de la culture de Madagascar se marient bien avec la culture camerounaise, raison pour laquelle les étudiants s’intègrent facilement.
Chaque année, les membres de l’association organise une semaine de la culture camerounaise dont l’objectif est de promouvoir la culture camerounaise à Madagascar (danse, exposition de tenues vestimentaires traditionnelles et art culinaire camerounais qui est une référence en Afrique et en Europe avec son légendaire «Ndole». cette soirée se teindra au mois de juin ou juillet de cette année.

jemima R

Imprimer Imprimer

Un urbanisme moderne et planifié

Le plan d’urbanisme de la capitale se veut être moderne. Les accidents d’éboulements et d’écroulement de rochers ont repris cette année. Après l’effondrement d’une maison dans la Haute Ville au début de l’année, samedi c’était un gros rocher qui s’est abattu sur 3 maisons, tuant par conséquent une famille entière. C’est dire que les habitations dans une partie de la Haute Ville sont menacées. Les constructions dans cette partie de la capitale doivent être reconsidérées. Des zones à risques doivent être impérativement évacuées pour la sécurité des habitants.
Pourquoi faut-il prendre des mesures strictes ? C’est pour protéger non seulement les riverains mais également protéger les infrastructures et la structure de cette partie où les rochers sont en suspend. Les constructions illicites et mal étudiées ne doivent plus avoir lieu. La sévérité s’impose. Rappelons qu’en 2015 une série d’effondrements et dislocation de rochers a été enregistrée dans la capitale. Ankadilalana, Ambanin’Ampamarinana, Bibilava, des endroits qui sont toujours menacés d’éboulement en période de pluie.
La fermeté doit s’accompagner également de dispositions drastiques et des solutions pérennes des autorités étatiques. Les constructions illicites dans les zones à fort risque d’inondations en sont un tout autre sujet. Ajouté à ce fléau, c’est la création d’une nouvelle ville qui s’impose. Arrêtons maintenant de construire de manière sauvage et respectons la loi !

Imprimer Imprimer

Madagascar – Japon : Forum des investissements à Antananarivo cette année

La diplomatie économique, initiée par le Président Hery Rajaonarimampianina porte ses fruits. Les différentes missions économiques réalisées en 2017 ont permis d’attirer l’attention des investisseurs étrangers et de stimuler les opportunités d’affaires pour les exportateurs malagasy. Il en est ainsi de celle qui été réalisée au Japon et qui devrait constituer un tremplin pour consolider les relations économiques nippo-malagasy. lire la suite…

Présidentielle 2018 : Le HVM renforce sa structure dans le Sud

La parti HVM installe et conforte ses structures de démembrement dans toutes les Régions du pays. En vue des futures élections, le parti du pouvoir renforce ses bases, cette fois dans le Sud du pays. lire la suite…

Elections : Législatives après la Présidentielle

Le sujet des futures échéances électorales alimente toujours les débats et les conversations notamment dans la sphère politique et chez les observateurs de la vie nationale. La HCC a publié son avis sur le sujet. lire la suite…

Conjoncture : “Mea culpa” d’Andry Rajoelina

«L’heure de la rivalité politique est passée, l’heure du développement a sonné». C’est l’appel lancé par Andry Rajoelina à ses anciens alliés ainsi qu’à ses rivaux en cette veille des présidentielles. lire la suite…

“Fisandratana 2030” : La formation des jeunes comme pilier, selon Lydia Toto

La vision «Fisandratana 2030» ne pourra pas se faire sans une formation adéquate de la jeunesse d’aujourd’hui. Le ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle en est un des piliers et bases pour atteindre les objectifs prévus par cette vision. lire la suite…

Transporteurs : Front commun pour interpeller l’Etat

Suite à une réunion qui s’est tenue à Ampefy le 3 Février dernier, les différentes associations de transporteurs se sont regroupées pour ne former qu’un seul bloc, a indiqué Tinot Abdou, président des Associations des Transporteurs Camionneurs. lire la suite…

Ampamarinana : Une famille décimée par l’écroulement d’un rocher

Les pluies diluviennes de ces dernières semaines ont eu raison de la terre sur laquelle reposait ce bloc de rocher d’Ampamarinana. Un glissement de terrain a eu cette fois encore des conséquences des plus dramatiques. Les faits. lire la suite…

Engagement citoyen de la STAR : 1000 jeunes plants mis en terre

L’heure est au reboisement, voire, à la reforestation. Des associations, des groupements, diverses entités et des entreprises s’engagent dans cette action citoyenne humanitaire. Le groupe STAR ne veut pas être en reste. lire la suite…

Edition du 17 Février 2018