Samedi 25 Fevrier 2017

Edition du 22 Février 2017

Journal-du-22-02-2017--n°36

Corruption : Un maire et une conseillère à la Primature jetés en prison

11

Les exploitations illicites et trafics de nos ressources naturelles, dont le bois de rose, se poursuivent en dépit des mesures de sanctions prononcées par les autorités. La culture de l’impunité serait-elle encore de mise à ce sujet ?…

La décision de la Chaîne Pénale Anti-Corruption (CPAC) a été plus que ferme. «Plus question de s’amuser avec les exploitations illicites de nos ressources naturelles».
Hier, deux individus, qui ne sont pas moins importants, ont été placés sous mandat de dépôt après leur audition à la CPAC des 67Ha. Le maire de la Commune rurale d’Antsohibondrona, du District d’Ambilobe, ainsi que la gérante d’une société, se trouvent en situation irrégulière. Cette gérante n’est autre qu’une conseillère technique de la Primature. Deux autres responsables, des inspecteurs de la pêche, ont également été auditionnés au parquet de la CPAC après défèrement du dossier par le Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO).
Cette décision du parquet est un message de plus, en renfort de l’initiative du régime, de ne plus accepter toutes velléités à exploiter de manière illicite les ressources du pays.
En effet, ce dossier remonte en novembre 2016 et concerne des aménagements de mangroves, entrepris par des ressortissants chinois dans une zone protégée. Aménagements ayant reçu l’autorisation du maire incriminé. Une dizaine d’hectares de mangroves auraient été défrichées et abattues à l’aide d’engins, allant à l’encontre des dispositions légales en vigueur sur la protection de l’environnement.
La société suscitée voulait mettre en place un centre d’aquaculture. Les investigations, menées sur ce dossier, ont démontré que le lieu d’implantation de ce nouveau centre d’aquaculture se situe à proximité d’une autre entreprise opérant déjà dans le domaine, en dépit des dispositions instituant la distance minima d’implantation de 20Km entre deux centres d’aquaculture, pour la préservation de la biodiversité.
La population locale, ainsi que les associations de défense de l’environnement, ont été mobilisées dans ce dossier et ont dénoncé ces circonstances néfastes à l’environnement du pays. D’ailleurs, elles ont exprimé leurs craintes des impacts négatifs de ce projet sur l’environnement. Ces mangroves en question venaient de faire l’objet de reboisement, entamé dans le cadre de la mise en œuvre du projet PE III (Projet Environnemental 3), ce qui a favorisé la consternation des villageois. Affaire à suivre…

Marc A.

Imprimer Imprimer

Compteurs intelligents : attention aux arnaques

L’Etat va initier prochainement la mise en service de compteurs intelligents pour contrôler la consommation réelle en électricité des citoyens malgaches. Un projet est en cours de réalisation. Il est ssoutenue par les bailleurs de fonds traditionnels de Madagascar, à l’instar de la Banque Mondiale. L’idée sera d’aider chaque ménage à mieux contrôler sa consommation d’une part, mais également de permettre à la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité, JIRAMA, de disposer de plus d’informations sur sa production réelle. Amélioration de la gouvernance oblige…
Mais il faudra faire attention. Que ce ne sera pas n’importe quelle compagnie, ni n’importe quel pays qui va fournir le matériel nécessaire. Le Zimbabwe a dû abandonner son projet en 2014. Trop de dysfonctionnements des appareils, faits au départ par la Zimbabwe Electricity Supply Authority (ZESA), avaient été constatés. Conséquence, une perte de 10 millions d’USD par mois avaient été enregistrés par cette autorité de régulation de l’électricité du Zimbabwe. Une compagnie chinoise, fournisseur de ces compteurs a été au centre de la controverse.
En effet, la mise en place de ces compteurs intelligents est acteullement une tendance dans les pays d’Afrique, à l’instar du Sénégal, du Kenya, du Maroc, de l’Afrique du Sud. Plusieurs milliards d’USD sont en jeu dans ces investissements sur le continent africain. Le projet a permis d’améliorer concrètement la gestion de l’électricité dans certains pays, mais il a tourné au fiasco dans d’autres. La prudence est de mise. Les décideurs de la JIRAMA et les responsables étatiques doivent être intransigeants au risque de réduire en miettes les actions visant à diminuer les pertes de la compagnie nationale. Que la situation, qui tend actuellement à s’améliorer, ne devienne pas une catastrophe pour notre Nation…

Imprimer Imprimer

Financement du COMESA : Une opportunité de 600 millions USD pour Madagascar

33

Face à la mondialisation de l’économie, Madagascar ne peut plus négliger les marchés régionaux. Ainsi, le financement du COMESA peut nous apporter un changement positif en termes de développement de l’infrastructure, entre autres.

La Grande île peut aspirer à obtenir des financements allant jusqu’à 600 millions USD jusqu’au mois d’Août dans des domaines aussi divers que le développement de l’infrastructure, la pêche… lire la suite…

Elections 2018 : “Je serai candidat”, dixit Marc Ravalomanana

44

A près d’un an des prochaines élections présidentielles, les politiciens de tous-bords se préparent d’ores et déjà à cette échéance. L’ancien Chef d’Etat ne veut pas être en reste.

Le candidat déclaré à la prochaine élection présidentielle Marc Ravalomanana persiste et signe. «Il n’y aura pas de ni… ni…, je serai candidat et je suis prêt à ce faire», a-t-il annoncé hier lors d’un atelier sur les partis politiques, organisé par le PNUD, à l’hôtel Carlton d’Anosy. lire la suite…

DG APMF : Aucune circulaire portant relance de l’ACD n’a été signée

55

L’Advance Cargo Declaration ou ACD continue de causer des soucis à l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale. Divergence d’opinions ? Mauvaise interprétation ?…

Le Colonel Zipa Jean Hubert, Directeur Général de l’Agence Portuaire Maritime et Fluviale a indiqué que l’APMF n’a encore signé aucune circulaire portant relance de l’Advance Cargo Declaration. Toutefois, «c’est au cours de la réunion du Conseil d’Administration de l’APMF que cette question de l’ACD a été remise sur le tapis», selon ses dires. lire la suite…

Langue malagasy : “Rotaka” et “Savorovoro” figurent dans le dictionnaire

77

A l’instar du fameux dictionnaire Larousse, entre autres, le «Rakibolana» qui est le dictionnaire malgache, produit par l’Académie malgache, s’enrichit également de nouveaux termes.

Les termes «Rotaka» et «Savorovoro», respectivement traduits par «émeute» et «échauffourées» sont, désormais, intégrés dans le dictionnaire malgache, d’après des académiciens malgaches. Ce fut à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de la Langue maternelle qui s’est tenue hier à Tsimbazaza. lire la suite…

Paix et développement : Les politiciens face à leurs responsabilités

66

Les formations politiques qui participent à l’atelier interactif des partis politiques, organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) ont été unanimes à dire que la paix est indissociable et indispensable au développement. Elles sont également conscientes de la nécessité de mettre en place un environnement politique favorable à la paix, à l’État de droit et à la bonne gestion des affaires publiques. lire la suite…

PSD : Le budget des campagnes électorales a été excessif

88

Eliane Bezaza, Secrétaire Générale du parti PSD, déplore le financement excessif investi par certains candidats dans la campagne électorale de 2013. Selon ce porte-parole du PSD en marge de « l’atelier interactif des partis politiques à Madagascar sur leur leadership et contribution à la consolidation de la paix et de la démocratie » hier à l’hôtel Carlton d’Anosy. lire la suite…

ACD : Le Pr Roger Ralison soutient la position du secteur privé

99

L’Advance Cargo Declaration, de l’avis du Pr Roger Ralison, s’assimile à une surtaxe. Cet économiste se range ainsi du côté du secteur privé qui s’oppose à toute relance du système auquel les différents groupements ont déjà fait bloc l’an dernier. Si l’on applique le système, les sociétés qui font des importations seront obligées de répercuter les dépenses supplémentaires, engendrées, sur les consommateurs finaux. Non seulement il y aura diminution du chiffre d’affaires des entreprises, mais une diminution de la consommation des citoyens sera également observée. lire la suite…

Météorologie : Pas de pluie dans les 2 jours

1010

Depuis le début de ce mois de février, la pluie tombe presque chaque jour sur les hauts plateaux et presque sur toute la Grande île. Il s’agit en effet de véritables pluies de saison.
En revanche, on ne verra pas Dame pluie durant les deux prochains jours, du moins sur les hautes terres centrales. Selon les services de la Météorologie d’Ampandrianomby, représentés ici par Solonomen- janahary Andrianjafinirina, technicien prévisionniste, la pluie sera suspendue pendant les jours qui viennent quoique le temps reste nuageux. lire la suite…