Mercredi 20 Septembre 2017

Edition du 16 septembre 2017

Corruption : Un chef de Brigade pris en flagrant délit

Les Forces de l’ordre ont pour tâche de veiller à la sécurité des personnes et des biens. Lorsque c’est l’inverse qui se produit, alors il y a de quoi s’inquiéter… Les faits.

Le Commandant de Brigade (CB) d’Ankili­zato, du District de Mahabo, Région Menabe, a été pris en flagrant délit de corruption par l’équipe du Service Anti-corruption, placé sous la houlette du Lt-colonel Hajatiana Ralaikoto, le 11 septembre dernier.
Nous avons appris de source bien informée que le Service Anti-corruption a été efficace car ses éléments sont arrivés rapidement sur place, suite à un appel téléphonique, reçu la veille. Le Service Anti-corruption a ainsi mis la main sur d’importantes preuves matérielles, dont 400.000 Ar, ayant préalablement été photocopiées par les plaignants, sur les 2.500.000 Ar destinés à servir de pot-de-vin au profit de l’officier incriminé afin qu’il procède à la libération d’un individu détenu de manière provisoire durant un mois déjà.
Le commandement de la Gendarmerie nationale, qui fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, a confirmé l’existence de l’affaire.
Joint au téléphone hier en soirée, Le commandant Herilalatiana Andrianarison, chef de Service des Relations Publiques au niveau de la Gendarmerie nationale, a expliqué que des éléments de la Gendarmerie nationale ont été dépêchés à Ankilizato avec, pour mission, d’enquêter sur cette affaire de corruption. « Les investigations sont actuellement en cours », a rassuré notre officier.
En attendant, le gendarme incriminé a été convoqué dans la capitale afin de répondre aux accusations portées contre sa personne.

L.R

 

Imprimer Imprimer

72è AG de l’ONU : les préoccupations, il y en a !

A 2 jours de l’ouverture officielle de la 72ème Assemblée Générale des Nations Unies, la Communuaté Internationale est confrontée à deux incidents majeurs qui inquiètent le monde. Le terrorisme fait partie de ces préoccupations. L’attentat de Londres, survenu hier matin, ne laisse pas indifférents les pays les plus touchés par ce phénomène. La Grande-Bretagne devient, apparemment, une cible privilégiée des terroristes cette année. Les Européens sont mobilisés, notamment, les Allemands et les Français qui, eux aussi, étaient auparavant victimes d’attentat similaire, mais beaucoup plus meurtrier.
Les essais nucléaires de la Corée du Nord laissent l’ensemble de la Communauté Internationale dans une inquiétude profonde. Un sentiment de peur s’installe dans les pays asiatiques, notamment, chez les Japonais et les Sud-Coréens. Les condamnations se sont succédées hier, à commencer par la Chine et la Russie qui étaient considérées comme des alliées de PyongYang. Faut-il alors désarmer la Corée du Nord ? Les sanctions contre PyongYang vont-elles être renforcées ? Les Nations Unies ne vont certainement pas rester les bras croisés face à cette situation.
D’autres préoccupations seront sans doute évoquées dans cette réunion annuelle des Nations Unies, à New York. La lutte contre la pauvreté et le développement seront dans l’ordre du jour. Cette fois, il s’agira de revoir les avancées de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD). La crise humanitaire en Birmanie avec le déplacement massif de la communuaté Rohyngas, la lutte antiterroriste dans le Sahel, ne seront certainement pas mise sur la touche. Les 193 Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de l’ONU auront sérieusement fort à faire et… du pain sur la planche.

Douanes : Arme juridique impérative pour combattre les fraudes

Il existe un véritable réseau derrière les fraudes douanières, un réseau qu’il importe de démanteler. Pour lutter contre ces fraudes, l’administration douanière et le ministère de la Justice doivent travailler main dans la main et renforcer leur coopération.

Parallèlement à l’évolution du commerce international, les fraudes douanières aussi bien à l’import qu’à l’export évoluent également, avec des réseaux bien organisés. D’où la nécessité de mettre en place une «arme juridique» avec le ministère de la Justice, a indiqué Eric Narivony Rabenja, Directeur Général des Douanes, au cours de l’ouverture de l’atelier sur le règlement du contentieux répressif douanier qui s’est tenu hier à l’ENMG Tsaralalana.
Parmi les fraudes les plus pratiquées, l’on peut citer les fraudes sur la valeur ou sous-facturation. Il importe de suivre de près la comptabilité à travers un contrôle à posteriori. Un renforcement des répressions devra permettre d’éviter les récidives.
Nul besoin de préciser que l’une des missions qui incombent à la douane est de contribuer aux recettes de l’Etat, lequel nécessite des ressources internes et ne doit pas dépendre constamment des bailleurs. Par ailleurs, dans son allocution, Eric Narivony Rabenja, Directeur Général des Douanes a sollicité une étroite collaboration avec la justice pour lutter contre le trafic de nos ressources naturelles et pour lutter contre la corruption.

30 milliards d’Ariary
Il existe plusieurs méthodes permettant d’évaluer les manques à gagner générées par les fraudes. Le défi à travers les contrôles à posteriori, d’après les précisions du Directeur Général de la Douane, est de pouvoir recouvrer 30 milliards d’Ariary.
Le Code des Douanes dispose que l’administration des douanes, peut, après délivrance de l’autorisation de main levée de la marchandise, procéder à la révision des déclarations, au contrôle des documents commerciaux relatifs aux marchandises ou à la vérification desdites marchandises lorsqu’elles peuvent encore être présentées. «Lors du contrôle a posteriori, nul ne peut physiquement ou autrement entraver, rudoyer ou contrecarrer un agent qui fait un une chose qu’il est autorisée à faire en vertu de la loi».
Le Secrétaire Général du ministère des Finances et du Budget, ainsi que le Secrétaire Général du ministère de la Justice ont rehaussé de leur présence l’ouverture de cet atelier qui devrait aboutir à des résolutions et des propositions. Falihery Rajaobelina, Secrétaire Général du MFB a précisé que l’un des objectifs est de garantir une administration publique efficiente à l’égard de la population.

C.R

 

Imprimer Imprimer

Budget de la CENI : Le déblocage des fonds dénoncé

La CENI est au centre des conversations du moment, du fait de l’importance de ses activités de préparation des prochains scrutins électoraux.

La transparence oblige, la Commission Electorale Nationale Indépendante – CENI, a présenté hier à son siège d’Alarobia son rapport d’évaluation de la mise en œuvre des activités inscrites au titre du Programme de Travail Pluriannuel 2016-2021. Cette séance s’est déroulée en présence des responsables étatiques et institutionnels, des partenaires techniques et financiers ainsi que des parties prenantes aux élections de Madagascar.
Parmi les grandes réalisations citées par la CENI, celles de la mise en oeuvre d’une planification stratégi­que, de la mobilisation des acteurs dans des cadres de concertation, de la révision de l’encadrement juridique des élections dont on attend les travaux de rédaction du comité interministériel. Il y a également la fiabilisation du fichier électoral par la mise en oeuvre d’une Révision Annuelle de la Liste Electorale améliorée, permettant d’atteindre un taux anuel d’inscription croissant.
La collaboration avec les partenaires techniques et financiers a egalement été citée parmi les réalisations de la CENI. Cette collaboration a débouché sur la réalisation avec succès du projet « Appui aux activités pré-électorales et aux acteurs politiques ».
Deux stratégies nationales ont été élaborées et mises en oeuvre depuis 2016. Elles concernent la sensibilisation et l’éducation civique électorale, ainsi que la communication.

Problèmes de financement de la SACEM
Mais la CENI rencontre des problèmes majeurs dont deux ont été soulignés hier. Le premier concerne le financement. Le fianncement de la SACEM est constitué par les contributions des partenaires extérieurs, suivant leur disponibilité respective. La satisfaction des besoins exprimés pour la réalisation des activités du projet, pour la période de trois années 2017-2019, demeure tributaire du financment obtenu et à ce jour, selon le rapport de la CENI, outre la contribution du PNUD, les apports de quelques partenaires sont encore au stade d’annonce.
Le déblocage du budget alloué à la CENI dans la Loi de Finances pose également problème, selon le président de la CENI, à cause d’une lourde procédure administrative.
Deuxième problème évoqué, la logistique. La CENI a évoqué que certains de ses démembrements ne disposent même pas de locaux de travail. Le personnel se contente de bureaux admnistratifs ou encore de logements particuliers. « Ce problème nuit à l’indépendance de la CENI », toujours d’après son président Me Hery Rakotomanana.
Le président de la CENI, Hery Rakotomanana de souligner que la transparence du processus électoral est garante de la paix dans toutes les activités à entreprendre dans un avenir proche. « La CENI se doit d’informer la population des travaux accomplis et/ou à réaliser, depuis le début de son mandat jusqu’à ce jour, afin de garantir la transparence dans la gestion des élections », a-t-il souligné. La CENI se consacre ainsi entièrement aux travaux pré-électoraux afin de mieux gérer les prochains scrutins, dont la présidentielle de 2018 reste le principal objectif jusqu’ici.

Velo Ghislain

 

Imprimer Imprimer

Défense nationale : La Chine dote l’Armée malagasy de deux patrouilleurs

« Tselatra » et « Malaky », ce sont les deux vedettes patrouilleurs qui renforceront le parc nautique de l’Armée Malagasy. La réception de ces deux engins des Forces navales malagasy, don du gouvernement chinois, a été officialisée hier à Antsiranana en présence du Président Hery Rajaonarimampianina et de SEMme Yang Xiaorong, ambassadeur de Chine à Madagascar. « Nous allons défendre notre économie bleue, nous allons défendre nos ressources marines. Nous avons beaucoup à gagner à développer cette économie bleue », a indiqué le PRM dans son discours. Pour le Numéro Un malagasy, la réception de ces deux patrouilleurs devra permettre d’asseoir la souveraineté de Madagascar sur sa zone économique maritime exclusive qui est deux fois plus importante que la zone terrestre.
Dans cette logique, le Président de la République a encouragé l’Armée dans sa détermination à défendre les valeurs de notre patrie, en dépit des difficultés et des faiblesses logistiques auxquelles elle doit faire face et engage non seulement l’Armée, mais tout un chacun à se donner la main en matière de sécurité et de paix, afin de concrétiser le développement du pays.
Les relations bilatérales qui lient la République Populaire de Chine à Madagascar se renforcent dans le cadre de l’initiative « One road, one belt » initiée par le Président Chinois Xi Jinping. La dotation de ces deux patrouilleurs est un signe de l’engagement des deux parties à mettre en oeuvre cette initiative. Rappelons que la Chine est également engagée dans la construction d’infrastructures, dans la promotion de l’agriculture et dans le domaine de l’éducation et de la formation.
Long de 25,9 mètres, chacun des deux patrouilleurs est équipé de mitrailleuse de 12,7mm type QJZ89, modèle chinoise, munie de balles perforantes incendiaires (PI), de balles perforantes incendiaires traceuses (PIT), ainsi que de balles perforantes explosives incendiaires (PEI). Ces vedettes peuvent transporter 18 personnes à bord. Elles sont également équipées d’équipements de sauvetage dont deux radeaux de sauvetage (15 places et 10 places), deux bouées de sauvetage, 19 gilets de sauvetage, un transpondeur SART, douze fusées de signalisation et divers moyens de survie en mer.

Marc A.

 

 

Imprimer Imprimer

MEN : 10.000 enseignants FRAM devenus fonctionnaires

Dix-mille enseignants et éducateurs viennent de recevoir leur contrat en tant que fonctionnaire auprès du ministère de l’Education nationale, à l’occasion d’une cérémonie mémorable organisée au palais des Sports et de la Culture à Mahamasina hier. Ce fut le Président de la République Hery Rajaonarimampianina en personne qui est venu remettre leurs contrats aux enseignants. Il s’agit de la 4ème vague de recrutement. Le nombre d’enseignants non fonctionnaires (ENF) recrutés depuis 2014 à ce jour est de 40.000. Les enseignants titulaires de contrats sont issus de 20 régions étant donné que les régions du Boeny et de Melaky ont déjà rempli leurs quotas.
Ce fut l’occasion pour le PRM d’annoncer qu’il accorde une considération particulière aux enseignants, qui pratiquent un métier revalorisant. Le PRM s’est engagé à prioriser le domaine, conscient que l’éducation est le garant au développement. Le président Hery Rajaonarimampianina a manifesté son souhait de voir le métier d’enseignant devenir une référence à Madagascar.
Le ministre de l’Education nationale Paul Rabary a, en outre, ajouté que cette vague de recrutement a pour objectif la valorisation des enseignants ainsi que l’amélioration de la qualité de l’éducation. Le recrutement d’ENF se poursuivra jusqu’en 2022, conformément à la mise en œuvre du Plan Sectoriel de l’Education (PSE).

L.R

 

Imprimer Imprimer

Peste : Ruée chez les médecins de la capitale

Le nombre de consultations médicales, effectuées par le Dr Domoina Soa Kanto Rakotonoely, médecin généraliste et non moins clinicien exerçant à Ambondrona, a augmenté de façon inhabituelle depuis le début de cette semaine. Le médecin a ajouté, à l’occasion d’une interview qu’il nous a accordés dans son cabinet hier, que les appels téléphoniques pleuvent également. La psychose occasionnée par l’épidémie de peste qui gagne actuellement la population de la capitale serait à l’origine de cet engouement, estime le Dr Domoina.
Le Dr Domoina Soa Kanto Rakotonoely a précisé qu’une partie des patients, ont soit manifesté leur inquiétude de la nature pathologique de leur maladie, une dizaine d’autres ont, en outre, tenu à consulter le médecin sur les médicaments à ingurgiter en cas de peste, une autre frange, en revanche, été reçue en urgence pour avoir présenté des cas d’intolérance à certains médicaments, notamment le fameux Cotrim. Le Dr Domoina Soa Kanto Rakotonoely a été on ne peut plus sévère lorsqu’il a rappelé que l’achat de médicaments ne peut uniquement se faire que dans des lieux spécifiques, dont les pharmacies, et sur prescription de médecin qualifié. L’automédication présente effectivement un danger non négligeable sur la santé car susceptible de provoquer divers symptômes comme l’intolérance ou encore la résistance aux médicaments, les réactions allergiques, les malaises, voire, pire, le patient risque de mourir.

L.R

 

Imprimer Imprimer

STAR : 1,6 milliard Ariary de revenus directs aux paysans en 2016

« Le Groupe Star, par le biais de sa filière Malto, a versé en 2016 un revenu direct estimé à 1,6 milliard d’Ariary aux paysans », a-t-on appris à l’occasion d’une conférence de presse donnée par le Groupe STAR à la FIA 2017, qui se tient actuellement à Tanjombato. Cette somme a été constituée à partir de revenus supplémentaires obtenus par les paysans qui peuvent cultiver l’orge en alternance avec le riz. Selon les explications de Karine Razafindrakoto, Responsable de la Communication externe auprès du Groupe STAR, Malto collabore avec 20 000 paysans dans la production des matières premières locales indispensables à la fabrication de boissons STAR. Près de 50% des matières premières pour la fabrication de bière sont produites localement, dans les régions Vakinankaratra, Haute-Matsiatra et Amoron’i Mania, pour l’orge et le maïs dégermé, et dans la région DIANA pour le sucre roux. Le partenariat établi entre les paysans et Malto est conclu de manière inclusive. Pour la filière orge, les paysans sont accompagnés depuis le pré-financement des intrants et bénéficient d’une garantie quant au prix d’achat des récoltes, d’une valorisation des sous-produits, d’une assurance en cas de sinistre ainsi que de l’achat de la totalité de la production. Les paysans partenaires de Malto jouissent également de formation et suivi technique tout au long de l’année de partenariat. En 2016, la production annuelle était de 4 500 Tonnes d’orge.
Comme annoncé lors de la conférence des bailleurs fin 2016, le Groupe STAR ambitionne d’étendre la capacité de la malterie et donc celle de la production grâce à l’investissement dans un troisième module pour Malto.

L.R

 

Imprimer Imprimer

Foire Internationale de l’Agriculture : Participation d’opérateurs de la Pêche et d’Aquaculture 

De nombreux opérateurs, nationaux et internationaux dans le domaine de la Pêche et l’Aquaculture prennent part à la Foire Internationale de l’Agriculture, organisée par Agence Première Ligne et se tient au Parc des Expos Forello, de Tanjombato. Il s’agit une manifestation commerciale. Mais, elle est également une occasion de rassembler les opérateurs du secteur, de promouvoir les activités liées à la pêche et à l’aquaculture. La manifestation représente une réelle opportunité pour les opérateurs et professionnels du secteur de prendre connaissance des avancées techniques et technologiques des domaines de la Pêche et de l’Aquaculture en vue de les intégrer à leurs activités pour en améliorer les performances.
Le ministère des Ressources halieutiques et de la Pêche a participé activement à cette FIA 2017.

Vola R

 

Imprimer Imprimer

AFT : Finale régionale du concours national

La campagne de vulgarisation de la langue française bat son plein à Madagascar dans le but de familiariser les jeunes en particulier, à la pratique et à la compréhension de cette langue.

La finale régionale du «Concours National de la Chanson en Français» (CNCF) se tiendra demain à l’Alliance Française d’Andavamamba pour les candidats d’Antananarivo.
En tout, 15 candidats s’affronteront sur scène. Un seul sera désigné vainqueur et représentera Antananarivo à la finale nationale qui aura lieu le 22 octobre prochain.
A titre de rappel, le concours a été divisé en deux catégories : interprétation de chansons en français et composition de chansons en français.
Cette finale régionale est ouverte au grand public.

C.R

 

Imprimer Imprimer