Samedi 21 Avril 2018

Edition du 19 Avril 2018

Kidnapping de Kalidas : Le ravisseur refuse de dénoncer les commanditaires

Le dossier «Kidnapping de Kalidas» n’est pas encore fermé. Loin s’en faut, en dépit de la libération de l’otage. L’enquête avance progressivement et récemment un suspect a été appréhendé.

Cela fait une semaine maintenant que les fins limiers ont mis le grappin sur un homme de 33 ans, suspecté comme étant un des ravisseurs du bijoutier Kalidas. Or, jusqu’à maintenant, aucun nom n’a été révélé, les principaux commanditaires de cet acte immoral courent toujours dans la nature.
Une source proche du dossier a révélé que les forces de l’ordre ne tournent pas les pouces comme certains le pensent, et que l’individu incriminé fait bel et bien l’objet d’enquête en ce moment. Toutefois, il s’entêterait à protéger l’identité des éventuels cerveaux de cette affaire de kidnapping en s’abstenant de dénoncer leurs noms. S’ajoute à cela le fait que le suspect affiche une certaine détermination, tout en faisant fi des peines susceptibles d’être encouru pour refus d’obtempérer.
La même source d’avancer que son attitude laisserait à désirer. C’est comme s’il était animé par « certaines motivations », d’autant plus que des zones d’ombre planent sur les circonstances de la libération de Kalidas, si ses proches avaient cédé ou non aux exigences des ravisseurs en payant notamment les 2 millions d’Euros de rançon, ou s’ils avaient privilégié d’autres voies dans l’optique de voir Kalidas rentrer sain et sauf.
Dans tous les cas, notre source a tenu à rassurer les opinions en notant que les enquêtes se poursuivent et que les forces de l’ordre espèrent soutirer un aveu du suspect, qui commence progressivement à délier sa langue, même si pour le moment, il ne parle toujours qu’à demi-mot.

L.R

Imprimer Imprimer

 

Point de vue : Les élections sont bel et bien là !

Tout le monde se met au parfum des élections. Les acteurs politiques sont les premiers concernés. Les opposants quant à eux semblent hésitants quant à l’organisation. Ils étaient les premiers à réclamer des élections anticipées mais maintenant quand l’heure est arrivée, ils veulent reculer. Les pseudo-syndicalistes, convertis dans la politique ne sont pas en reste. En dépit de tous ces couacs, aucune annonce de candidature ferme n’est enregistrée. Si l’ancien Président Marc Ravalomanana a annoncé sa candidature, le parti qu’il préside n’a pas encore donné son dernier mot sauf si la décision de leur président national ne requiert aucunement un congrès national pour officialiser leur candidat. Le parti majoritaire Hery Vaovao hoan’i Madagasikara n’a pas encore dévoilé sa dernière carte. Certes, la candidature du Président Hery Rajaonarimampianina a toujours été sollicitée pendant les assises régionales du parti mais cette fois le Président en exercice n’a pas encore annoncé son intention. Le Mapar de Andry Rajoelina ou aussi l’Arema de Didier Ratsiraka sont pour l’instant très silencieux mais agissent en coulisses.
De son côté, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) multiplie ses actions pour arriver à organiser des élections libres, crédibles et non susceptibles de créer des tensions. La mobilisation des acteurs politiques, la société civile, les médias, les chefs religieux, … sont mobilisés. La CENI qui ne veut pas être un « dindon de la farce » dans sa mission vouée à la réussite pour assurer la stabilité de la Nation. Le Conseil du Fampihavanana Malagasy n’est pas en reste. Ce conseil qui multiplie également ses actions pour arriver à asseoir la paix et la sérénité dans le pays afin d’avancer vers un climat d’apaisement politique et social pérenne avant, pendant et après les scrutins.
Ce ne sont pas uniquement ces entités suscitées qui sont mobilisées. Il y en a du concret. Les magistrats, les administrateurs civils et les responsables étatiques sont également concernés. Les opérations carte nationale d’identité ou aussi les opérations jugements supplétifs sur les actes de naissances ne sont pas à ignorer. En somme, les élections présidentielles et législatives sont en route.

Imprimer Imprimer

 

Surendettement : Niveau de risque modéré pour Madagascar

L’Etat malagasy effectue des emprunts pour financer son déficit budgétaire. Les dettes extérieures sont surtout contractées pour financer des projets d’investissements et des programmes de réformes de l’Administration Publique. Dans la région Afrique en général, l’alourdissement du fardeau de la dette et l’exposition croissante aux risques du marché suscitent des inquiétudes à propos de la viabilité de la dette. Qu’en est est-il du cas de Madagascar ?

lire la suite…

Passation de Commandement à la GN : “Redressez-vous face aux nouvelles formes de terrorisme” dixit le PRM

Dans le cadre d’assainissement et de réformes, un renouvellement est généralement requis. Le concept est adopté par la Gendarmerie Nationale qui veut mettre en avant stabilité et intégrité en attribuant les fonctions adéquates à ses Officiers méritants.

La stabilité et l’intégrité. Les deux mots maîtres que le Président Hery Rajaonarimampianina a évoqués à l’endroit des éléments des forces armées et spécialement à l’endroit des éléments de la Gendarmerie. lire la suite…

Coupe du Monde 2026 : La Ligue Arabe soutient la candidature du Maroc

Dans une déclaration à la presse à l’issue des travaux du 29ème sommet de la Ligue arabe, le ministre marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita, a indiqué que « le sommet a affirmé, à l’unanimité, son soutien à la candidature du Royaume du Maroc à l’organisation du Mondial 2026 et appelé tous les Etats à apporter un soutien total et un appui sans faille à cette candidature ». lire la suite…

Cité universitaire : Sécurité renforcée

Un assainissement ainsi qu’un renforcement de la sécurité s’imposent dans nos cités universitaires. Les autorités compétentes, avec le CROUA, se décident à mener cette entreprise.

Depuis ces derniers temps, la cité universitaire est bien souvent le théâtre d’actes de banditisme ou constitue le refuge de malfrats. Des cadavres y sont même jetés. lire la suite…

Education nationale : 4000 nouveaux maîtres FRAM recrutés

Le ministère de l’Education Nationale enrole chaque année 10.000 maîtres FRAM dans les rangs des fonctionnaires de l’Etat. Cependant, l’effectif des nouvelles recrues semble régresser au fil des ans.

La liste des Enseignants Non Fonctionnaires (ENF/ FRAM), nouvellement recrus, vient d’être publiée. Il s’agit de la 5ème vague de recrutement des enseignants non fonctionnaires. lire la suite…

ECAR : Mgr Philipert Randriambololona n’est plus

L’Eglise Catholique Romaine (ECAR) est en deuil. L’Archevêque émérite de Fianarantsoa est décédé hier, à Antananarivo à l’âge de 91 ans des suites d’une longue maladie. Sa dépouille sera acheminée ce vendredi à Fianarantsoa.
Philibert Randriambolo­lona est un prêtre jésuite malagasy, évêque d’Antsirabe de 1989 à 1992 et archevêque de Fianarantsoa de 1992 à 2002. lire la suite…

Diplomatie : L’Arabie Saoudite, partenaire de développement

Le nouvel ambassadeur d’Arabie Saoudite, SEM Mohammed Mansor Almarikau a présenté auprès du Président de la République ses lettres de créances au Palais d’Iavoloha, hier. Une occasion de parler des relations entre la Grande Île et ce Royaume berceau de la Religion Musulmane. lire la suite…

LDI : Les structures d’appui à l’industrialisation en place

La Loi sur le Développement de l’Industrie prévoit la mise en place de structure d’appui à l’industrialisation tel qu’il a été précisé par Amand Tazafy, ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé hier à Antaninarenina, au cours de la présentation de cette loi aux groupements du secteur privé. lire la suite…