Dimanche 20 Mai 2018

Assises nationales : Budget introuvable

L’argent est le nerf de la guerre, même s’il s’agit de la réconciliation nationale. Le FFKM, à quelques encablures du terme du processus, n’a pas encore bouclé son budget pour un événement prévu se tenir dans quelques jours…

Le FFKM s’attelle en ce moment à boucler les préparatifs des Assises nationales en vue de la réconciliation nationale. Les organisateurs, notamment le président du FFKM, le Pasteur Lala Rasendrahasina, ainsi que les membres du SEFIP ont apporté des précisions sur ce grand rendez-vous national, hier, à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue à Ampandrana. Près de 2 000 personnes seront conviées à ces séances, organisées par le FFKM et qui se tiendront du 28 avril au 2 mai prochain au CCI d’Ivato. Les inscriptions à ces assises nationales seront ouvertes à partir d’aujourd’hui, 16 avril et s’étaleront jusqu’au 24 avril 2015. Ces assises nationales sont ouvertes aux associations, partis ou groupements politiques désireux de contribuer à cette démarche citoyenne en vue de la réconciliation nationale, d’après toujours les explications du Pasteur Lala Rasendrahasina. Ceux qui veulent participer à ces Assises peuvent s’inscrire directement à Ivohipiraisana ou consulter le site Web du FFKM.

Levée de fonds

Au sujet du financement, le FFKM ont adopté une démarche participative dans l’organisation de ces Assises. Les quatre chefs de l’église ont fait appel à une levée de fonds. Chaque entité qui sera représentée durant cette réunion doit apporter une contribution d’une valeur de 200 000 Ariary. Le FFKM, par la voix de son président, invite tout le peuple malgache sans exception à apporter sa contribution à la réalisation et au succès de ces assises nationales. Cette contribution peut être versée sur le compte du FFKM (00005 00001 05 95587 02001200 BNI d’Analakely).
Toujours dans le cadre des préparatifs des assises nationales, le FFKM exhorte toutes les églises reparties sur le territoire national de célébrer des cultes à la Nation ce dimanche 26 avril 2015.

Retrait non officiel de Ravalomanana au processus

Interrogé par la presse sur le présumé retrait de Marc Ravalomanana au processus de réconciliation nationale, le président du FFKM a répondu que ce retrait n’est pas encore officiel. Le Pasteur Lala Rasendrahasina a précisé à l’ occasion de la conférence de presse d’hier que l’ancien président ne l’a pas confirmé et que, jusqu’à présent, aucune notification de sa part n’est parvenue au FFKM.

Vola R

Imprimer Imprimer

Une force de frappe en vue

Les élections communales retiennent l’attention des politiques en ce moment. Pour plusieurs raisons. La première est foncièrement politique. Rafler un grand nombre de communes, c’est montrer sa force de frappe. Un pari, ou une plateforme, qui arrivera à cette performance est assuré de disposer de facto du pouvoir.
La seconde raison est technique. Les états-majors politiques sont inquiets en ce qui concerne l’organisation. Des candidats se sont plaints, non pas du montant de la caution à payer, mais de la paperasserie. Il y a trop de formalités à remplir en termes de document. Cela passe encore pour les candidats des grandes villes. Mais les choses ne sont pas évidentes pour les candidats qui vivent dans les localités éloignées.
Nous avons environ 1600 Communes. Il faut trouver à peu près 9600 individus y compris pour les postes de conseillers municipaux. Seuls les grands partis peuvent prétendre couvrir toutes les Communes. Mais les analystes estiment que même le HVM, encore trop jeune dans sa création, ou le TIM, qui s’est éparpillé durant la crise, ne pourront avoir une couverture nationale pour ces élections communales.
Après le 31 juillet, avec un nouveau rapport de forces qui s’en dégagera, on est en droit de s’attendre à un vrai remaniement. A plus forte raison, dans une perspective de décentralisation effective, le gouvernement devrait avoir des accointances politiques et légitimes avec les collectivités décentralisées.
La Communauté internationale comprend cet enjeu. Elle pousse Madagascar à s’engager dans ces élections qui, dans une certaine mesure, vont transcender les débats sur la réconciliation nationale.

Imprimer Imprimer

Taux de change : Dépréciation de l’Ariary

La monnaie nationale se porte mal, l’Ariary se déprécie. Le cours du dollar pour sa part, ne cesse de grimper. Le prix de nombreux produits risque ainsi de grimper en flèche également…. lire la suite…

Conseil des ministres : Nomination des préfets de région

Le conseil des ministres présidé par Hery Rajaonarimampianina, le Président de la République, a procédé hier à la nomination de 23 Préfets de régions.
Au titre de la Province d’Antananarivo, Nalisoa Voahangiarimino Andriantomponera a été nommée Préfet d’Antsirabe, Josoa Herinjanahary pour Miarinarivo et Raherimiandrisoa Njakalalaina pour Tsitoanomandidy. Arsène Banoma, Eddie Jean Aimé Tongazara et Boniface Bemananjara ont été respectivement nommés préfets d’Antsiranana, de Nosy Be et de Sambava. Pour la province de Fianarantsoa, 4 Préfets de régions ont été nommés à savoir Josvah Phillippe Rakotonirina pour Fianarantsoa, Voahangidraibe Randrianaivo pour Ambositra, Roch Leopold Naryson pour Farafangana, Nirina Thierry Ralaiharison pour Ihosy et Gilbert Ramanana pour Manakara. lire la suite…

Crise 2002-2009 : 700 personnes demandent à être dédommagées 

Qui va payer les indemnisations réclamées par les victimes des événements politiques de 2002 et 2009? L’indemnisation des victimes de ces deux événements reste une question pendante de la feuille de route. Le gouvernement traîne les pieds pour dédommager ceux qui se disent victimes des violences politiques qui avaient paralysé le pays en 2002 et 2009. Quoi qu’il en soit, le FFM mène des démarches pour tenter de trouver une solution. Selon les termes de la feuille de route de septembre 2011, signée par les acteurs politiques malgaches sous l’égide des médiateurs internationaux, il est prévu l’indemnisation de toutes les victimes de violences causées par les événements politiques de 2002 jusqu’en 2009. Actuellement plus de 700 requêtes d’indemnisations sont entre les mains du FFM, a confié le Gal Sylvain Rabotoarison. lire la suite…

Grève Adema : Le DG réagit avec fermeté 

 La grève des employés de l’ADEMA est venue s’ajouter aux autres qui compliquent sans doute la situation politico-économico-sociale du pays. Après le lancement d’un ultimatum, les responsables de la société ont réagi et ont apporté desexplications…  lire la suite…

Jirama : «La privatisation ne constitue pas une solution..»

Devant les problèmesrécurrnets de la Jirama, les avis divergent sur les solutions éventuelles. Si les uns optent pour la privatisation, d’autres ne veulent pas  que cette société d’Etat tombe entre des mains étrangères, lesquelles ne chercheront que leurs profits…   lire la suite…

Développement du tourisme : Rôle majeur joué par Vatel

Le tourisme occupe une place importante dans l’économie du pays. Il est porteur de devises, créateur d’emplois (transport, l’hébergement, guide…). C’est un axe de développement majeur.
Vatel souhaite prendre sa place dans le développement de Madagascar. Le défi de Vatel Madagascar est de former de bons cadres de l’hôtellerie, répondant aux exigences internationales pour développer davantage le secteur.De grandes chaînes hôtelières souhaitent investir à Madagascar, d’autant plus que nous disposons de 5000kms de côtes. Ce qui constitue une opportunité majeure pour ceux qui ont été formés dans le secteur. lire la suite…

Financement des travux d’infrastructures : La Chine confirme son engagement

La rencontre d’hier entre Rivo Rakotovao, le ministre d’État en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Équipement (MEPATE), et SEM Yang Min, l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine, à Anosy, a été une occasion de raffermir les relations économiques et diplomatiques entre Madagascar et la Chine. Cette rencontre a été beaucoup plus axée sur le secteur du développement et des infrastructures. SEM Yang Min a souligné à l’issue de cette rencontre que son pays tient toujours son engagement dans l’appui au développement de Madagascar en termes d’infrastructures, et il l’a réitéré hier. lire la suite…

Politique commerciale  :  Le processus de validation nationale sur la bonne voie

Le Ministère du Commerce et de la Consommation, avec l’appui du Cadre Intégré Renforcé (CIR), a organisé hier un atelier de validation nationale du rapport du gouvernement dans le cadre de l’examen de la politique commerciale de Madagascar.
La réunion qui a vu la participation de toutes les entités concernées (ministères, secteur privé, sociétés civiles et bailleurs) consistait à finaliser et valider la version finale avant qu’elle ne soit soumise au prochain Conseil du Gouvernement et envoyée au Secrétariat de l’Organisation Mondiale du Commerce à Genève avant le 22 Avril.
Cet examen se fait normalement tous les six ans. La dernière a eu lieu en 2008 pour Madagascar. Pour les autres pays avancés, ils se font tous les deux ans, selon les précisions du ministre du Commerce et de la Consommation, Henri Rabesahala. Ce qui est important dans cet examen c’est de voir ce qui a marché, les leçons apprises, les points qui doivent être renforcés, pour améliorer la politique commerciale
La démarche consiste à se référer aux grandes lignes tracées en 2008, tout en apportant des améliorations adoptées au contexte actuel, et principalement aux nouvelles orientations recommandées dans le Plan National du Développement. lire la suite…

Edition du 15 Avril 2015

edition du 15-04-2015