Lundi 21 Aout 2017

Karenjy : Lancement d’un nouveau prototype “Mazana 2”

Le groupe Le Relais, qui dirige la société de construction automobile « Karenjy », établi à Fianarantsoa, vient de mettre au point un véhicule baptisé « Mazana 2 ». lire la suite…

Protection de l’environnement : Un atelier de promotion de l’approche SPE au Carlton

Un atelier de deux jours, relatif à la promotion de l’approche intégrée « Santé – Population-Environnement (SPE) » à Madagascar, se tiendra à partir de ce jour à l’hôtel Carlton Anosy. lire la suite…

Edition du 29 juillet 2014

Edition du 29-07-14

Conjoncture : Le HVM rejette toute décapitation

Effet boomerang ou une roue qui tourne? Malgré leur mansuétude dans l’affaire les opposant à des journalistes, Rivo Rakotovao et Henry Rabary-Njaka sont devenus les hommes à abattre du régime. Ce que n’acceptent pas les partisans du HVM…

Le parti soutenant le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, rejette toute idée visant à le décapiter. Le limogeage de Rivo Rakotovao, ministre d’État en charge des infrastructures, et de Henry Rabary-Njaka, directeur de cabinet de la Présidence, est considéré par les partisans du HVM ainsi que par des alliés du Chef de l’État lors des élections présidentielles de 2013, comme s’assimilant à une manœuvre visant à affaiblir le parti créé au mois de Mai dernier. En effet, ces deux personnalités sont le Président et le Secrétaire Général dudit parti politique.
Des partisans du numéro Un malgache estiment même que le limogeage de ces deux personnalités politiques, occupant des postes importants dans le régime actuel, est pratiquement impossible. Ils sont des hommes de confiance du Chef de l’État et étaient toujours à ses côtés aux premières heures de la présentation de candidature de Hery Rajaonarimampianina, jusqu’à son accession au pouvoir, en passant par les campagnes présidentielles.
Des partisans du régime et proches du Chef de l’État se demandent quelles fautes graves ont commis ces deux personnalités politiques dans l’exercice de leur fonction pour qu’on exige leur limogeage ? « L’exercice de la fonction de journaliste permet-il de limoger ou de remplacer une personnalité du régime ? » se demande un proche du Président de la République, membre du parti HVM. Un autre partisan du régime a annoncé de son côté que Rivo Rakotovao et Henry Rabary Njaka n’avaient démontré aucun signe de velléité visant à museler la presse et agissaient dans leur droit de citoyen en portant plainte pour diffamation.
En tout cas, les revendications des journalistes regroupés au sein de la cellule de crise sont qualifiées par les partisans du régime comme des revendications politiques. Les journalistes incriminés étaient libérés des charges qui pesaient contre eux et avaient été relaxés : à quoi peuvent servir les autres revendications, s’interrogent ces défenseurs du régime ? N’est-il pas temps de songer à la reconstruction du pays, rappellent-ils ?

Marc A.

Point de vue : Réconciliation et pardon

Nous sommes dans un contexte de reconstruction économique et… politique. La transition a laissé d’énormes séquelles à guérir. D’où l’importance de la réconciliation nationale. Mais comment parler de réconciliation lorsque les forces en présence ne partagent ni les mêmes priorités ni les mêmes visions des choses ?
La réconciliation nationale n’a même pas commencé. En fait,   seul l’office/ bureau a été mis en place.  Quant au travail proprement dit, nous faisons du surplace.  Fort heureusement, il y eut des amnisties mais l’amnistie n’efface pas les rancœurs.  Et ce fut, principalement une amnistie politique pour les besoins électoraux, selon les analystes.
Cela dit, il semble judicieux de séparer maintenant les affaires civiles des affaires militaires. Un tribunal militaire devrait être mise en place pour reconsidérer tous les dossiers, même déjà traités.
C’est la classe politique dans son ensemble qui  est concernée par la réconciliation. Nous sommes un petit pays, géographiquement et démographiquement, mais nous disposons  d’un grand nombre de partis politiques : 300 associations politiques sont recensées en ce moment.    C’est trop comme nombre. Mais c’est significatif en termes de coercition.
La réconciliation nationale sera théorique sans le pardon national.  L’Afrique du sud est passée par là. Et apparemment, cela lui a réussi.  Il n’y a pas d’apartheid à Madagascar. Mais une certaine pratique politique cultive le tribalisme.  C’est malsain. Car cela nuit au sens d’unicité et d’homogénéité de la culture malgache et son peuple, uni par une seule langue.

Salim Ismael, PDG du groupe Socota : “700.000 emplois par an, c’est possible”

La création d’emplois constitue une voie qui mène au bout du tunnel pour mettre fin à la pauvreté. C’est d’ailleurs l’un des défis du pouvoir actuel, mentionné dans le programme de mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat. Le secteur privé a un rôle majeur à jouer. Salim Ismail, PDG du Groupe SOCOTA est optimiste quand à la création d’emplois à Madagascar. A en croire ses propos, des obstacles existent, mais on peut les surmonter.  lire la suite…

Réhabilitation des infrastructures publiques : Le Chef de l’état à Maevatanana

La région Betsiboka a accueilli hier le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, accompagné de l’équipe gouvernementale. lire la suite…

Etats généraux de l’emploi et de la formation : Un levier pour le développement et la réduction de la pauvreté

Les états généraux sur l’emploi et la formation ont ouvert leurs portes hier au Centre de Conférences International d’Ivato. Ntsay Christian, le directeur du bureau Madagascar de l’Organisation International du Travail, a déploré l’absence de politique nationale de l’emploi et de système national de formation qui sont pourtant les leviers du développement économique et de la lutte contre la pauvreté. lire la suite…

CEG 67ha : 14 malentendants candidats au BEPC

Les handicapés sont encore peu nombreux à connaître leurs droits, notamment celui de bénéficier d’une éducation normale au même titre que leurs congénères valides. Les élèves du Centre Akama des 67Ha qui passent l’examen du BEPC ont bénéficié d’un traitement spécial, depuis hier… lire la suite…

Andranondambo, Amboasary : La Croix Rouge malagasy construit des abris provisoires

Les communautés villageoises qui étaient obligées de fuir Andranondambo dans le district d’Amboasary Sud, il y a quelques mois, à cause de l’insécurité et l’escalade de la violence, vont bientôt  pouvoir retourner dans leur village. lire la suite…

Orange School : De nouveaux diplomés chez Orange School

L’initiative est louable puisqu’elle sert à contourner le long calvaire de la recherche d’emploi. Les étudiants  sortants d’Orange School sont immédiatement opérationnels… lire la suite…