Samedi 29 Avril 2017

Sinistrés de Mahajanga : Un téléthon pour leur venir en aide

L’association des natifs de Mahajanga ou Fizamami organise, depuis la semaine dernière, un téléthon pour venir en aide aux sinistrés du cyclone Hellen qui avait fait des ravages considérables dans les régions Boeny et Melaky. lire la suite…

Manambolosy : 600 rondins saisis

Six cent rondins de bois de rose ont été saisis par les Forces de l’ordre la fin de la semaine dernière sur la plage de Manambolosy, du district de Mananara-Nord, nous a révélé Victor Hong, Conseiller spécial de Jean Omer Beriziky, Premier ministre en exercice. lire la suite…

Microfinance : Un besoin de refinancement de 309 millions de dollars

Dans la Grande île, le secteur des microfinances joue un rôle important. Le taux de pénétration des ménages est de 23%. Des refinancements sont toutefois requis. lire la suite…

District d’Imanja : Recrudescence de l’insécurité, la population tire la sonnette d’alarme

L’insécurité est en nette recrudescence dans le district d’Imanja, région Menabe. Depuis le premier tour des Présidentielles, les dahalo ou voleurs de zébu multiplient leurs méfaits. lire la suite…

Antily de Madagascar : 6.000 Antily attendus au «Jamboree Hintsy 2014»

Six mille « Antily » sont attendus au congrès des Antily de Madagascar, baptisé «Jamboree Hintsy 2014 », prévu se tenir du 30 août au 6 septembre prochain à Moramanga. lire la suite…

Edition du 07 avril 2014

Edition du 07- 04- 14

Premier Ministre : Le Président de la République aura à choisir entre 4 noms proposés par les politiques

Le Président Hery Rajaonarimampianina l’a annoncé à Bruxelles : il nommera le Premier ministre à son retour de ce voyage.

La nomination du nouveau Premier ministre ne sera-t-elle donc plus qu’une question d’heures ? À en croire l’évolution de la situation actuelle, la dernière partie en revient au Président de la République.
Tout au long de la semaine dernière, les acteurs politiques soutenant le Président de la République ont multiplié les réunions politiques en vue de trouver une issue quant à la nomination du nouveau Premier ministre. Plus de 90 députés auraient déjà donné leur accord de principe et de proposer un ou plusieurs noms de premiers ministrables au Chef de l’État.
Une source informée a avancé que les formations politiques représentées au sein de l’Assemblée Nationale et ceux qui ont soutenu Hery Rajaonarimampianina durant sa campagne électorale auraient pu dégager un accord depuis la fin de la semaine dernière.

Plusieurs noms dans la course

Près de 4 noms se trouvent actuellement dans l’escarcelle de Mahazoarivo. Hier, des sources politiques avaient cité le nom de José Vianey, ancien ambassadeur de Madagascar auprès de l’Unesco, de Kolo Roger, conseiller spécial du Président de la République, de Jules Étienne Roland soutenu par la PMP et enfin, de Roland Ratsiraka, candidat à la Présidentielle qui avait soutenu l’actuel Chef de l’État durant sa campagne.
Le Chef de l’État malgache avait promis de nommer le nouveau PM à son retour de Bruxelles. Il avait recommandé aux acteurs politiques de se concerter à ce sujet durant son absence du pays. Ses proches conseillers avaient initié le projet. Cette fois, la nomination du PM serait pour très bientôt…

Marc A.

De la justice populaire

Un fait qui a défrayé la chronique la semaine dernière est cet homme souffrant le martyre,  titubant, regardant droit devant lui les yeux grands ouverts, perdant tout son sang, et qui s’est affalé au beau milieu de la rue sans que personne n’ose intervenir. La cause : il a eu la main coupée après être pris en flagrant délit en train de voler un scooter. La justice populaire a encore sévi et ce n’est pas, hélas, la première fois.
Les avis sont partagés à la vue des images, horribles, qui ont fait le tour des réseaux sociaux. Si les uns, pris de pitié, en veulent à ceux qui ont commis cet acte, d’autres, las de la barbarie  des malfaiteurs qui n’hésitent pas à tuer pour un simple téléphone portable, se félicitent que justice soit faite là où le voleur a commis son forfait.
Le problème est plus complexe et reflète le déficit de confiance de la population à l’égard de l’Etat en général et de ceux qui sont chargés d’appliquer la loi, en particulier. En premier lieu, la Justice. A cause de la corruption qui gangrène cette institution, les justiciables préfèrent régler eux-mêmes leur compte là et tout de suite, plutôt que de voir un criminel remis entre les mains des magistrats revenir parmi eux au bout d’un mois et les menaçant de représailles.
En second lieu, les forces de l’ordre. Elles sont les premières à monter au front et font, souvent, acte de bravoure en risquant leur peau au cas où les malfaiteurs, réciproquement, ripostent. Dans leur élan, elles cherchent souvent à tuer plutôt que de capturer vivants ces derniers. Or cela équivaut à déjà éliminer une piste pour connaître les vrais cerveaux des attaques et banalise en même temps l’effusion de sang. Deux fois sur trois, une partie du gang parvient à se frayer un chemin entre les mailles du filet, et, ce sont toujours ces fugitifs qui ont le butin et les armes. De quoi semer le doute chez l’opinion qui suspecte une complicité, pas toujours évidente, entre la cavalerie et les gangsters.
Ce qui s’est passé à Nosy be en octobre dernier est encore dans toutes les mémoires quand deux ressortissants français et un Malgache ont été brûlés vifs par une foule en colère. Cela a mis à mal nos relations avec la France et  a porté un rude coup au tourisme pourtant prometteur dans cette île. Mais plus encore, les règlements de compte qui prennent l’allure de vindicte populaire se sont multipliés à tel point qu’ils deviennent parfois des meurtres déguisés. La traque du fameux voleur de bétail dans le Sud, Remenabila, a montré des images de massacre perpétré par des soldats qui affirment avoir affaire à des « dahalo » alors que des témoins allèguent que ces gens sont de simples paysans qui ont eu la malchance de rester dans leur village désigné, à tort, comme un repaire de brigands.
En l’état actuel des choses, seule une reprise en main de la Justice, la coordination des efforts afin de rétablir un véritable Etat de droit et une sensibilisation intensive sur la valeur de la vie que la société civile doit prendre en main peuvent sauver ce qui peut encore l’être. Sinon, nous allons droit vers une anarchie où une simple accusation peut provoquer une mort atroce.

Crise 2009 : Plainte contre Andry Rajoelina devant la CPI ?

En politique, il faut s’attendre à tout, au retour d’ascenseur comme au retour de manivelle. Tout puissant durant 5 années de transition, Andry Rajoelina est menacé de plainte à son encontre… lire la suite…

Conjoncture : Hery Rajaonarimampianina attendu au pays ce jour

Après une semaine d’absence, pour participer au sommet Afrique Union Européenne, Hery Rajaonarimampianina, Président de la République et son épouse sont arrivés très tôt ce matin à l’aéroport d’Ivato. lire la suite…

Situation politique : Christine Razanamahasoa appelle au respect de la Constitution

5

Les députés indépendants ayant décidé d’adhérer aux partis politiques ont été cités par Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée Nationale hier, à son arrivée à Ivato. lire la suite…