Samedi 29 Avril 2017

Edition du 11 mars 2014

Edition du 11-03-14

Chef de l’Opposition : Le MAPAR risque de détrôner «Magro»

.

On ne parle que de Premier ministre. Mais il ne faut pas oublier qu’il ne sera pas tout seul dans le gouvernement.  De quel  gouvernement  le pays a-t-il besoin ? En tout cas, à l’allure où vont les choses, la mouvance Ravalomanana va perdre sa place d’opposant. Une nouvelle opposition étant en gestation. Suivez mon regard.

«Il faut un  gouvernement d’union »… Hery Rajaonarimampianiana  a  brossé le profil du premier gouvernement  de la 4ème République.  Pour le Président, les choses sont claires. Madagascar vient de sortir d’une crise majeure, il faut s’atteler  à l’œuvre de reconstruction et de relance économique «ensemble ».  Ensemble  pour le « bien collectif ».
Ces mots du Chef de l’Etat devraient se refléter dans la future équipe gouvernementale.  Ce sera vrai, en premier lieu, pour le Premier ministre.  Il est inconcevable de parler d’une cohabitation dans les conditions actuelles.  C’est-à-dire d’un Premier ministre qui  reçoit ses ordres d’un Etat-major politique autre que celui de la Présidence.   Le Président  de la République et le Premier ministre doivent être en phase.
C’est au Premier ministre de s’intégrer dans la vision du Chef de l’Etat et d’accepter de la traduire en actes concrets suivant les directives de son  supérieur. En d’autres termes, selon l’esprit des articles 54 et 61 de la Constitution, c’est le Président de la République qui est le Chef. Il est Chef  de l’Exécutif et Chef d’ Etat. Le Premier ministre  est le Chef du Gouvernement  et  le Chef de l’Administration.
Cette relation de subordination va impacter la formation du gouvernement.  Le Premier ministre propose les ministres. Le Président de la République les nomme.  En vérité, la formulation plus exacte devrait être ceci : le Président de la République nomme les ministres proposés par le Premier ministre.  En clair, si le Premier ministre est intelligent -et il devrait l’être au nom de la préséance de l’Adminitration et du sens de l’Etat-,  il ne consultera personne sans aviser son supérieur qui est en droit de donner des  CV et des noms   en priorité. C’est le Président qui est élu au suffrage universel.
Autre grand débat : les exigences de groupes, partis, associations qui ont soutenu le Président de la République lors de la campagne électorale du  second tour.  Ont-ils  le droit de réclamer un portefeuille ministériel ?  Réponse, oui. Mais, Hery Rajaonarimampianina n’a pas le devoir de satisfaire leurs demandes qui, chez certains, frisent l’exigence voire, le chantage politique. Le seul devoir du Président, c’est de se mettre au-dessus de la mêlée et des pressions  pour mettre en avant l’intérêt supérieur  de la Nation.  Il a été élu pour décider, en dernier ressort, de ce qui est bien pour le pays et en cela et pour cela, il a, sur ses épaules, le poids de la responsabilité nationale. Et  du devenir des 20 millions de Malgaches et de leurs générations futures.
Gouvernement d’union  d’environ 25 ministères.  Cela devrait  inclure  les opposants. D’une manière ou d’une autre. Le MAPAR pousse à la roue pour écarter la mouvance Ravalomanana. C’est logique. Ses barons ont mené la vie dure aux «  magroistes » durant la transition.  Et, au regard des  récentes déclarations d’Andry Rajoelina, le MAPAR ne veut pas  travailler avec  la mouvance Ravalomanana  qui, nous le savons, brigue des postes ministériels.
La position carrée du MAPAR est compréhensible. A la limite, on dira qu’aux abois, cette plateforme est la plus embarrassée  en parlant  de retour au pays de Marc Ravalomanana. La mouvance Ravalomanana  est opposant  par rapport au régime de Rajoelina. Pour être plus précis : la mouvance Ravalomanana est opposant par rapport  à Andry Rajoelina. Cette mouvance n’est pas opposant par rapport à Hery Rajaonarimampianina. Et c’est l’ossature et la physionomie de l’Assemblée nationale qui vont déterminer et définir la nouvelle Opposition. Et, au rythme où vont les choses, cela risque d’être  le MAPAR.  Si, en tout cas, cette plateforme va résister à l’usure politique.
Cela dit, Hery Rajaonarimampianina  et  Jean Louis Robinson étaient des adversaires  en compétition durant l’élection présidentielle.   Hery Rajaonarimampianina  était le candidat de nombreuses plateformes.  Y compris celles qui étaient aussi en opposition à Rajoelina.  Cela explique pourquoi il était facile à  Marc Ravalomanana et à Jean Louis Robinson d’accepter le verdict des urnes  et la main tendue de Hery Rajaonarimampianina (qui n’est pas le candidat du MAPAR). Un célèbre  historien contemporain disait qu’ « un vrai Président et bon Président est celui qui est élu par ses amis et soutenu par ses adversaires »…

E.A

Hery Rajaonarimampianina “The right man in the right place”

Le voyage présidentiel aux Nations Unies devrait marquer le début d’une nouvelle ère de la diplomatie malgache, après 5 années de vaches maigres, où il avait fallu batailler, négocier dur, faire des courbettes pour que le Président de la Transition puisse avoir le droit d’intervenir à la Tribune des Nations Unies.
Isolée diplomatiquement (ou presque), Madagascar a vécu sous des sanctions  économiques et financières. Mais, le pays a quand même tenu bon. Et il faut croire  qu’Andry Rajoelina a bien vu  en nommant Hery Rajaonarimampianina  au ministère des Finances et du Budget.
Hery Rajaonarimampianina a réussi, bon an mal an, à  faire tourner la machine financière permettant à l’administration  de tourner  et aux fonctionnaires et autres nombreux ECD de percevoir toujours leurs salaires mensuels. Le Grand Argentier de l’époque a  également su  protéger la monnaie locale d’une dévaluation  qui aurait  porté un coup fatal à une économie déjà exsangue.
Le destin a voulu qu’il soit élu Président de la République.  Et on pense qu’il est l’homme qu’il faut à la place où il faut. Pour plusieurs raisons : il est la jonction de la Transition avec la 4ème République. Il connaît mieux que  quiconque tous les dossiers d’actualité de l’Etat et ceux relevant du domaine extérieur. Il  maîtrise les finances publiques et la comptabilité de l’Etat.
Politiquement, on le classe beaucoup plus dans le camp des modérés et des personnes qui soutiennent le dialogue, la réconciliation et la solidarité nationales et le rassemblement des toutes les forces vives. Hery Rajaonarimampianana, homme pieux, est un pacifique de nature (c’est ce que lui reprochent ceux qui souhaitent rompre définitivement et brutalement avec la Transition et sa cohorte d’affaires nébuleuses).
On peut être d’accord ou pas d’accord avec sa manière de gérer le dossier « nomination du Premier ministre ». Mais on reconnaît  la manière de faire de  l’expert-comptable, tâtillon sur les détails et prudent en toutes choses. Soucieux de ne pas confondre vitesse et précipitation.

Contrôle fiscal : Des grandes sociétés ciblées

.

Ces dernières années, des entreprises à Madagascar ont commis des fraudes et des évasions fiscales. L’administration n’entend pas rester les bras croisés. Bien au contraire, elle retrousse ses manches pour effectuer des contrôles. lire la suite…

Etats-Unis : Tout sur le voyage présidentiel

.

Le monde des affaires et la relance de l’économie malgache seront au menu du voyage aux États-Unis de Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar. C’est son premier voyage en Occident, depuis son investiture, le 25 janvier dernier. lire la suite…

Conjoncture : Le gouvernement de Beriziky à la bourre

.

Le gouvernement Beriziky ne compte plus que 27 membres sur les 35 au départ. 9 membres de ce gouvernement, mis sur pied le 21 novembre 2011, ont quitté le navire, ayant été limogés ou tout simplement démissionnaires. lire la suite…

Ny Hasina Andriamanjato : Ses priorités pour la capitale

.

Ny Hasina Andriamanjato, nouveau président de la Délégation Spéciale de la ville d’Antananarivo, promet d’assainir et d’améliorer la capitale dans un bref délai. lire la suite…

Parc Nanisana : Interdit aux squatteurs

.

Face aux agissements des squatteurs, le ministère de l’Agriculture a réagi. Dans le bon sens pour ceux qui sont respectueux de la loi. Sans considération aucune des droits humains, selon les populistes… lire la suite…

Ankorondrano – Alarobia : Embouteillages monstres

.

L’extension de la route des Hydrocrabures a été initiée dans le but de mettre fin aux embouteillages. Les travaux sont en cours. lire la suite…

Bouchers : Bientôt une carte professionnelle obligatoire

.

Les informations sur les viandes de porc empoisonnées effraient les consommateurs. Afin de protéger les bouchers professionnels contre la concurrence déloyale et, par la même occasion, protéger les consommateurs, un arrêté régional  portant institution de la carte professionnelle des bouchers dans la région Analamanga est sorti. Toute personne se livrant aux activités de boucherie doit ainsi détenir cette carte. lire la suite…

 Fanalamanga : La société se porte mieux

.

Ces dernières années, la société d’Etat Fanalamanga a été la cible de critiques acerbes tant dans la gestion des ressources forestières que dans la gestion de la société elle-même. lire la suite…