Dimanche 22 Octobre 2017

Rodolphe Ramanantsoa : devant la chaîne pénale Colère des natifs de Fianarantsoa

L’affaire de corruption et de détournements commise auprès du ministère de l’Energie a repris hier matin à la Chaîne Pénale, à son siège des 67Ha.
Rodolphe Ramanantsoa, ancien ministre de l’Energie, a comparu hier devant la Chaîne Pénale anticorruption. D’après des sources informées proches du dossier, l’ancien ministre aurait nié son implication dans ces affaires et s’est contenté de relever que d’autres ministres seraient impliqués mais qui n’ont pas comparu hier. lire la suite…

Retour de Chine de Kolo Roger : L’insécurité évoquée

Le Premier Ministre est rentré mardi soir de son voyage en Chine où il assistait à la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de la Jeunesse. lire la suite…

Législatives partielles : Proclamation des résultats demain

Les résultats provisoires des législatives partielles qui se sont tenues le 29 août dernier dans les districts d’Ambanja, Sainte-Marie, Marovoay et Belo-sur-Tsiribihina seront connus dans les prochaines 24 heures. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENIT) devra proclamer ces résultats à l’occasion d’une cérémonie officielle qui se tiendra demain après-midi à Alarobia. lire la suite…

Voyage en Inde : Des changements dans l’octroi de visa

 

Une nouvelle procédure d’octroi de visa est adoptée  par l’ambassade de l’Inde à Antananarivo depuis mardi 2 septembre dernier. Cette procédure, dénommée IVFRT ou Immigration, Visa, Enregistrement et Suivi des étrangers, a été présentée à la presse hier.
Selon les explications du chargé d’affaires de l’ambassade de l’Inde à Antananarivo, cette nouvelle  me­sure a été adoptée afin de faciliter le contrôle de l’immigration en Inde et la vérification de l’authenticité  du Visa indien. lire la suite…

Back to School : Présentation de 3 gammes d’ordinateurs portables

A chaque édition sa particularité. Pour cette fois ci, le FIMAFM tente d’occuper un créneau assez large: la vente d’ordinateurs portables. Ils sont visibles au «Back to School», au Palais des Sports et de la Culture… lire la suite…

SEMPAMA Anosy : Le recrutement des enseignants FRAM doit se faire dans la transparence

Le Bianco aura fort à faire. Selon les révélations des syndicalistes et des grévistes de l’Education nationale, l’intégration de certains enseignants FRAM a été entachée de népotisme et de corruption… comme d’habitude lire la suite…

Ampefiloha Ambodirano : La Première dame continue ses actions sociales auprès quartiers défavorisés

Le projet HIMO ou Haute Intensité de Main d’Oeuvre continue son bonhomme de chemin. Après Soanierana, ce fut au tour d’autres quartiers du quatrième arrondissement de la capitale d’en bénéficier. 120 personnes ont été mobilisées à Ampefiloha Ambodirano… lire la suite…

Edition du 03 Septembre 2014

edition du 03-09-2014

Enseignants FRAM : Menace d’année blanche

 

L’Education nationale est en pleine crise. Hormis les problèmes de l’Université, le gouvernement doit faire face à ceux des enseignants FRAM, beaucoup plus décidés à aller de l’avant en brandissant le spectre d’une année blanche…

L’Association Nationale des Enseignants Fonctionnaires et Enseignants FRAM (ANEFFA) durcit le ton en réitérant que l’année scolaire à venir risque d’être une année blanche si leurs revendications ne sont pas satisfaites.
Ils demandent en effet que les 75.000 maîtres FRAM soient tous intégrés dans le corps des fonctionnaires, si seuls 10.000 postes budgétaires sont prévus.
Le ministre de l’Éducation nationale Paul Rabary a souligné, à maintes reprises, qu’il n’est pas possible de recruter l’ensemble des maîtres FRAM en une seule fois, et qu’il faut respecter les 10.000 postes budgétaires prévus par la Loi de Finances pour cette année-ci. Ce membre du gouvernement ne manque pas non plus de souligner que la manifestation menée par les enseignants FRAM n’est pas une « grève » en soi, puisque les écoles publiques sont encore en vacances et qu’elle n’a ainsi aucune répercussion sur les classes ou autres. Il se dit toutefois ouvert au dialogue. Elidio Randrianjafy, président de l’ANEFFA, lui, a fait savoir que les grandes vacances ont été particulièrement choisies pour leur mouvement de revendication. Les manifestants espèrent ainsi que des solutions soient mises à jour durant cette période. Cette grève risque en effet de compromettre le bon déroulement de l’année scolaire si elle se tient durant les jours de classe dans la mesure où 80 % des enseignants sont des FRAM.
L’ANEFFA a fait savoir que les enseignants FRAM maintiennent la grève tant que leurs revendications ne soient pas satisfaites.
Zafitsara Ferdinand, SG de l’Association, a souligné qu’une rencontre avec les responsables du Ministère était prévue hier. «Chaque fois qu’une négociation a lieu, ce n’est pas le Ministre en personne qui nous reçoit, mais un autre responsable du Département qui n’est pas en mesure de trancher. Nous avons ainsi décidé de décliner une nouvelle rencontre».
Les manifestants se sont postés devant le portail du Ministère, n’ayant pu accéder à la cour où ils avaient l’habitude de tenir leur sit-in.
Ils interpellent, en outre, la Présidence et la Primature à se pencher sur leur cas, puisqu’ils estiment que l’éducation est un secteur important, base de tout développement.
Les Forces de l’ordre étaient présentes sur les lieux, prêtes à agir en cas de débordements.

C.R

L’année blanche, c’est sérieux

Le secteur de l’éducation est fortement perturbé à Madagascar. De la base jusqu’au sommet de la pyramide. Probèmes infrastructurels, financiers et humains sapent le système depuis de longues années. Et comme on le dit souvent, ce sont les élèves qui en pâtissent.
Les enseignants FRAM ont annoncé hier qu’ils ne cesseront leur mouvement qu’une fois leurs revendications satisfaites. L’essentiel est leur recrutement en tant que fonctionnaire. L’on peut dire que le régime l’a bien cherché. Ou plutôt le président de la République qui a promis lors de sa campagne que les enseignants FRAM seront intégrés dans le corps de la fonction publique. Sans exception.
On peut avancer qu’il ne savait pas, à ce moment, que les enseignants FRAM constituaient la majeure partie du corps enseignant malgache. Mais en tant que ministre des Finances de la Transition, cette «ignorance » est encore plus grave. Car le ministère de l’Education nationale est parmi les départements les plus budgétivores, les dépenses de fonctionnement dépassant de loin les dépenses d’investissement.
Tactique pour brasser plus de voix ? Pure démagogie ? D’aucuns n’ignorent que les responsables régionaux des démembrements du ministère de l’Education nationale sont sujets à d’importantes pressions en période électorale, notamment les présidentielles. Les responsables des CISCO, ZAP ou DREN sont souvent menacés d’affectation si le candidat d’Etat n’obtient pas de bons résultats au cours des élections dans leurs circonscriptions. Et la promesse d’une promotion en cas de victoire. L’actuel président a ratissé large en promettant à la majorité du corps enseignant de réaliser leur rêve : celui de devenir fonctionnaire avec les avantages y afférents.
Comme la promesse n’a pas été tenue et comme l’intégration des enseignants FRAM est entâchée de népotisme, selon les intéressés, ceux qui se sentent délaissés ont décidé d’utiliser la manière forte pour se faire entendre : celle de cesser toute activité, et, notamment, le boycott de la rentrée scolaire prévue au mois d’octobre.
Le gouvernement a du pain sur la planche. Il doit régler la crise au sein des universités publiques avec les problèmes récurrents de bourse d’études, de logements, d’insuffisance de salles de classe, du SECES… la grève des enseignants FRAM vient s’y greffer. Mesdames et messieurs, vos enfants risquent de ne pas aller à l’école cette année.

Gouvernement : Un remaniement dans l’air

 

Un gouvernement est appelé à être remanié, selon le contexte. Celui de Kolo Roger ne doit pas échapper à la règle et le temps de certains ministres est compté. L’information est fondée malgré la dénégation d’Ambohitsorohitra… lire la suite…