Jeudi 20 Juillet 2017

«Hellen» : Un violent cyclone menace l’Ouest malgache

 

Malgré un climat automnal, nous sommes encore en pleine saison cyclonique. Le 8ème du nom s’annonce d’envergure et très violent… lire la suite…

Contrôle fiscal : Le DGI annonce des mesures d’assouplissement

 

Les contrôles fiscaux effectués par la DGI ont fait des vagues, quoiqu’ils soientnt fondés pour cette direction, obligée de changer son fusil d’épaule… lire la suite…

Airtel Madagascar : Heiko Schlittke s’en va

 

Airtel Madagascar change de direction mais ne vire pas de bord. Heiko Schlittke s’en va mais ses actions seront poursuivies par son successeur… lire la suite…

Administrateurs civils du ministère de la Santé : Une action sociale pour accueillir la promotion «Ilaina»

 

Les administrateurs civils en activité au sein du ministère de la santé publique, issus des promotions sortantes de l’ENAM (École Nationale d’Administration de Madagascar) ont procédé, vendredi dernier, à un don de sang au CHU-HJRA Ampefiloha. A travers cette action sociale, ces administrateurs civils, ont exprimé leur volonté d’aider autrui, a confié Madina Françis, leur porte parole.
Cette action sociale s’inscrit également dans le cadre de la traditionnelle réception des élèves administrateurs civils du ministère de la santé publique. Cette année, ils sont 18 élèves administrateurs civils du ministère de la santé publique en formation auprès de l’ENAM à avoir eu l’opportunité de recevoir la bénédiction des précédentes promotions. Ils composent la promotion « Ilaina ». Une cérémonie de réception officielle  de cette promotion s’est déroulée, vendredi dernier, au Central Hôtel Tsaralalana.
Plus de 50 administrateurs civils du ministère de la santé publique sont repartis sur le tout le territoire national si l’effectif total des administrateurs civils toutes catégories confondues en activité à Madagascar est de 500 environ.

 

RR.

Edition du 28 Mars 2014

edition du 28-03-2014

HCC  : La présidence de Razanamahasoa non reconnue

Si elle n’est pas réélue, Christine Razanamahasoa détiendrait sûrement le record du plus bref séjour au perchoir de l’Assemblée nationale. La Haute Cour Constitutionnelle a décidé de faire tenir de nouvelles élections au sein de cette institution… 

Le verdict est tombé hier, après une quinzaine de jours de suspense. La Haute Cour Constitutionnelle a rendu sa décision concernant la requête introduite par 40 députés élus, sur la constitutionnalité d’un extrait de règlement intérieur ayant servi à l’élection des membres du Bureau permanent de l’Assemblée Nationale.
Cette Cour n’a pas reconnu l’extrait du règlement intérieur en question et le juge « inapplicable » sans que le règlement intérieur intégral n’ait été soumis à son attention pour contrôle de constitutionnalité. « Un règlement intérieur non soumis à la Haute Cour Constitutionnelle pour contrôle de constitutionnalité  est inapplicable », précise l’article 2 de la décision N°5-HCC/D3 du 27 Mars 2014.
Par conséquent, la HCC a ordonné l’adoption d’un nouveau règlement intérieur qui devra être soumis pour contrôle de constitutionnalité. L’équipe du bureau permanent, présidée par Christine Razanamahasoa n’est donc pas reconnue par la HCC.
En ce qui concerne l’actuel bureau permanent de l’Assemblée Nationale, ses membres continueront d’exercer leurs fonctions  jusqu’à la mise en place du nouveau bureau issu de l’application du nouveau règlement intérieur.
La HCC donne ainsi le champ libre à l’organisation d’une session extraordinaire de l’Assemblée Nationale en vue de l’adoption du nouveau règlement intérieur. Qui devra convoquer cette nouvelle session ?
Le Conseil des ministres peut convoquer une session extraordinaire en vue d’accélérer la bonne marche de cette institution, tout comme la majorité absolue de l’Assemblée Nationale, comme le précise l’article 76 de la Constitution en ces termes : « l’Assemblée Nationale est réunie en session extraordinaire, sur un ordre du jour déterminé, par décret du Président de la République pris en Conseil des Ministres, soit à l’initiative du Premier Ministre, soit à la demande de la majorité absolue des membres composant l’Assemblée Nationale ».
La convocation d’une session extraordinaire permettra de constater si la majorité sera détenue par la Plateforme pour la Majorité Présidentielle (PMP) annonçant avoir 80 députés ou bien par le MAPAR qui compose avec le GPS avec 69 députés.

Marc A.

Pas  encore de PM en vue

Il n’y aura pas encore de Premier ministre nommé. Pourquoi ? La décision de la Haute Cour constitutionnelle a remis les compteurs à zéro. La HCC pense que l’élection et les textes qui ont servi de base juridique n’ont pas été « contrôlés » pour conformité à la Constitution. Bref,  la décision est claire :  élection du bureau permanent à refaire. Cela signifie que tous les membres du Bureau Permanent, les Présidents de commission, vont devoir revoir leurs copies.  Après tout, aucun député n’a encore perçu ni salaire ni avantage. Hormis les premiers CCAL… Mais substantiels, croit-on savoir.
Quel courroux chez le MAPAR. On le comprend. On est même compatissant. Au fond, ce qui lui arrive est arrivé aux autres, et plusieurs fois, auparavant. Cela signifie qu’il faut entreprendre de nouvelles négociations (sonnons et trébuchons :  cela dit ce que cela dit !). Il faut convaincre. Il faut se faire des amis…
Mais la donne a changé : la  plateforme de la Mouvance Présidentielle s’est organisée. Elle prête un flanc compact.  Elle a le soutien de la Présidence qui, de jour en jour, élargit son territoire politique.  Les indépendants ne se sentiront pas plus liés par un nouveau deal. L’ancien étant déclaré out of date.
Le Conseil des ministres a adopté, par ailleurs, une ordonnance qui réorganise le fonctionnement de  l’Assemblée nationale.  Pas d’hypocrisie :  l’objectif est de faire sauter le verrou, sinon du mandat impératif, du moins de la mainmise du parti sur la décision du député de Madagascar. Le débat se posait, auparavant, en ces termes : le député est-il  le simple  porte-parole de son parti ou du groupe parlementaire auquel  il est affilié ?  Député d’un parti, d’une localité, ou député de Madagascar ?
Ces réformes textuelles  vont  priver le  MAPAR de nombreux arguments de pression et de contrôle sur ses membres. Cela dit,  il ne devrait  également pas être question de transhumance politique.  La majorité parlementaire qui va présenter le Premier ministre ne devrait pas être dépendante de la géométrie variable.

Banque mondiale  :  Premier engagement de 341 millions de dollars

A son arrivée à l’aéroport d’Ivato lundi dernier, le Président Hery Rajaonarimampianina a fait part de plus de 300 millions de dollars alloués par la Banque Mondiale à des projets nécessaires au redécollage économique du pays. Des précisions ont été apportées hier, au bureau de la Banque Mondiale à Anosy. lire la suite…

GIC-M  : Un signal fort pour Madagascar

La 9ème réunion du Groupe International de Contact (GIC) permettra de favoriser les engagements des bailleurs internationaux et des dirigeants de Madagascar vers le processus de développement. C’est en ces termes que Smaïl Chergui, commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union Africaine, avait répondu aux journalistes qui l’ont interrogé à Ivato à son arrivée en provenance de Naïrobi, capitale du Kenya. lire la suite…

9ème réunion du GIC-M Simao : se montre optimiste

La reprise intégrale de la coopération de Madagascar avec l’ensemble des instances internationales sera l’objectif de la 9ème réunion du Groupe International de Contact, selon Leonardo Simao, médiateur de la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC), hier à Ivato à l’occasion d’une brève intervention à la presse. lire la suite…

Robert Jackson : Les USA attendent le nouveau gouvernement

Le gouvernement américain attendra la formation du nouveau gouvernement malgache avant de tenir une réunion pour décider du retour ou non de Madagascar parmi les pays bénéficiaires de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act), a annoncé Robert Jackson, Sous-Secrétaire d’État américain des affaires africaines, à sa sortie d’une rencontre avec le Président de la République malgache, Hery Rajaonarimampianina. lire la suite…