- Première chaine de télévision privée - http://matv.mg -

CNIDH : Le droit à l’éducation passe avant le droit à la grève

Droit de l’enfant à l’éducation ou droit de grève des enseignants : Y a-t-il un choix à faire ? La présidente de La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH), Mireille Rabenoro estime que le débat ne devrait pas avoir lieu : le droit à l’éducation doit primer sur le droit de grève, s’agissant là de valeur qui mérite d’être prise en considération étant donné les enjeux.Mireille Rabenoro a argué, à l’issue d’un entretien avec les journalistes hier, dans son bureau des 67Ha, que le droit de grève exercé par les fonctionnaires locaux mérite de faire l’objet de révision. La Constitution reconnait en effet le droit de grève, mais précise qu’il doit être exercé « sans qu’il ne puisse être porté préjudice à la continuité du service public ni aux intérêts fondamentaux de la Nation » (article 33). Pour Mireille Rabenoro, que les enseignants se mettent en grève pour des raisons politiques ou syndicales, le résultat reste le même : le droit de grève des enseignants est exercé aux dépens du droit des enfants à l’éducation, d’autant plus que les contribuables ont payé pour que leurs progénitures puissent avoir accès à l’éducation. La présidente de la CNIDH a martelé que le «droit à l’instruction et à l’éducation» est ainsi respecté chez les élèves des écoles privées, avec le concours actif des enseignants du public qui forment une part substantielle de leur contingent d’enseignants. C’est une pratique courante : les écoles privées, confessionnelles ou autres, manquent généralement d’enseignants qualifiés. Elles font donc appel aux enseignants fonctionnaires que l’Etat aura formés à grands frais, et qui souvent estiment leur niveau de rémunération insuffisant pour vivre décemment et s’engagent donc volontiers comme enseignants vacataires dans les écoles privées. En temps normal, il n’y a rien à redire : ces enseignants fonctionnaires gagnent plus d’argent en travaillant plus, c’est leur droit. Ce qui n’est pas normal, c’est qu’en temps de grève comme aujourd’hui, ils gagnent plus d’argent en travaillant moins, puisqu’ils continuent à percevoir leur source de revenus principale – leur salaire mensuel d’enseignants fonctionnaires – mais sans assurer le service qui y correspond.

L.R

 


Article printed from Première chaine de télévision privée: http://matv.mg

URL to article: http://matv.mg/cnidh-le-droit-a-leducation-passe-avant-le-droit-a-la-greve/

Copyright © 2014 . All rights reserved.