CNPE : Les trafiquants en liberté, les écologistes poursuivis

Le monde à l’envers! La Coalition Nationale de Plaidoyer Environnemental (CNPE) estime que ce sont les protecteurs de l’environnement qui sont punis, tandis que les trafiquants de nos ressources naturelles peuvent vivre en toute liberté.

“Menace des ressources naturelles à Madagascar. Les trafiquants en liberté, les écologistes poursuivis”, tel était le thème de la conférence que la Coalition Nationale de Plaidoyer Environnemental (CNPE) a tenue hier à Faravohitra. C’est en effet le cas de Clovis Razafimalala, coordonnateur national de la coalition Lampogno, qui a dénoncé à maintes reprises des cas de trafic de bois de rose. Il avait passé 10 mois derrière les barreaux pour des accusations à caractère politique de rébellion, de destruction de biens publics et d’incendie de documents administratifs. «Les motifs ont été expressément choisis pour être d’ordre politique pour que les amis écologistes ne puissent pas intervenir», a indiqué Clovis Razafimalala hier.
Le 24 juillet dernier, au Tribunal de Tamatave, il a été acquitté du chef de rébellion, faute de preuve et a finalement été libéré. Toutefois, il a été déclaré coupable des deux autres chefs d’inculpation. Il a été condamné à une peine de cinq ans avec sursis, à une amende avec sursis de 100.000 Ariary et des dommages-intérêts de 50 millions d’Ariary qu’il aura à verser avec ses co-accusés. Une condamnation à laquelle il a fait appel.
Clovis Razafimalala a indiqué que sa coalition ne peut faire grand chose face à ces gros bonnets. «Notre rôle est de partager les informations de trafics», a-t-il indiqué. Il avait été menacé depuis 2009-2010 et c’est en 2016 que la menace avait été suivie de réalisation, à travers son emprisonnement. D’après les informations qui lui sont parvenues dernièrement, il n’y a plus de coupe de bois de rose à Maroantsetra, mais des déplacements ont parfois lieu. Il arrive que les stocks déclarés disparaissent. Ces bois précieux aurait dû être remplacés avant que des contrôles ne surviennent. Certains agissent ainsi pour assurer un tel remplacement.
Lalaina Andrianavalona, coordonnateur national de la Coalition Nationale de Plaidoyer Environnemental CNPE, pour sa part, a lancé un appel au Ministre de l’Environnement. Il a insisté sur le fait que la société civile, bien qu’elle soit soutenue par des organismes internationaux, ne peut rien faire tant que le gouvernement n’assume pas sa responsabilité.

C.R

Imprimer Imprimer