Conférence des Evêques : Visite du Pape, une lueur d’espoir

Les difficultés de la vie sociale à Madagascar, dues à plusieurs facteurs, sont telles que toutes les entités et forces vives, dont la communauté religieuse, sont appelées à entrer en scène pour trouver une solution pérenne.

La Conférence Episcopale de Madagascar (CEM) dresse une image sombre du pays lors de sa dernière Conférence des évêques. Une image sombre qui pourrait, cependant, s’éclaircir à l’arrivée du Pape François dans notre pays, du 08 au 10 septembre prochain. «Ce sera une visite pastorale exceptionnelle, car c’est en sa qualité de Chef de l’Église Universelle que le Pape viendra à Madagascar pour semer l’Espérance et la Paix», témoigne la Conférence des évêques.
Dans son communiqué en effet, la Conférence des évêques exhorte la population à corriger les défaillances de la vie nationale. «La vie en société est désorganisée. C’est le chacun pour soi qui règne. La vie est chère. La corruption est la norme. La justice est devenue anarchique. Les meurtres se multiplient un peu partout. Malgré les efforts considérables communs des forces de l’ordre et du peuple, l’insécurité n’est pas encore maîtrisée. Les familles sont divisées. On dit toujours que les jeunes sont l’avenir d’un pays. Mais c’est loin d’être le cas pour Madagascar. Les jeunes n’ont plus de modèle à imiter et sont tentés par les différentes cupidités du monde. Ils s’enfoncent dans la drogue, ne respectant plus les valeurs, n’arrivant plus à se discipliner pour travailler, mais cédant souvent à la facilité», estime la Conférence des évêques.
Les évêques n’ont pas été tendres envers les différents responsables du pays. Les promesses non tenues, la recherche d’intérêts personnels plutôt que l’intérêt commun, ont été évoquées à cette même occasion. «Les promesses non tenues sont devenues monnaie courante et la politique hypocrite ne fait que diviser la nation. Beaucoup ne voient pas chez les responsables accomplissant leur mission, de véritables patriotes. En revanche, les mauvaises habitudes se perpétuent : aucun souci du bien commun mais, plutôt, la recherche d’intérêts personnels», constatent les évêques. «On constate un peu partout la dégradation des valeurs traditionnelles malagasy et celle de la dignité de la personne humaine et plus particulièrement de la “Maison Commune” de Madagascar».

Visite du Pape : une lueur d’espoir

La Conférence des évêques ne semble pourtant pas perdre espoir. La prochaine visite du Pape François dans le pays devra apporter une lueur d’espoir. «Pour nous, à Madagascar, le Pape va apporter la paix à travers les prières et les exhortations qui, nous le croyons, devront nous rassembler, catholiques ou non, croyants ou non, citadins ou ruraux. Il va nous conforter à faire grandir le “fihavanana” (la bonne relation) et nous encourager à “vivre ensemble”, à abattre les murs de ségrégation entre les différentes catégories sociales».
Durant son séjour en terre malgache, le successeur de Saint-Pierre au Saint-Siège devra rencontrer plusieurs catégories de personnes et des personnalités, dont le Chef de l’État, les corps constitués et la société civile, les évêques, les prêtres, les religieux, les séminaristes, les scholastiques et les novices… Une rencontre avec les chefs d’Église au sein du FFKM, de la Confédération des Églises Chrétiennes à Madagascar, est également dans son agenda ainsi que d’autres leaders religieux et tous les hommes de bonne volonté. Le Pape François devra se rendre chez le Père Pedro Opéka pour réconforter les jeunes de Madagascar et les familles d’Akamasoa. Et surtout, il devra célébrer une grande messe à Soamandrakizay-Androhibe, où il célébrera l’Eucharistie avec tout le peuple malgache.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.