Conjoncture : Le Sefafi dénonce une justice à double vitesse

En attendant le fonctionnement effectif de la HCJ, le citoyen est bien obligé de constater qu’il existe une justice à deux vitesses.

L’Observatoire de la Vie Publique ou SEFAFI a disséqué hier les imperfections existantes dans le monde de la justice. Des arrestations spectaculaires de ces derniers mois jusqu’aux détentions préventives dans des conditions «infrahumaines», selon l’obser- vatoire, en passant par l’absence de suite des gros dossiers, ont été évoqués dans sa publication du 04 mai 2019. Et ce malgré la mise en place de plusieurs outils et structures de poursuites.
La série d’arrestations de ces derniers mois est suivie de près par l’observatoire. «… il faut espérer que ces inculpations et arrestations ne relèvent pas d’un simple effet d’annonce et ne soient pas motivées par des mobiles politiques, et que les dossiers concernés ne se perdront pas dans les méandres des procédures judiciaires. Il y va de la crédibilité de la justice et du régime lui-même…», a souligné le communiqué. Une occasion pour cette plateforme d’intellectuels de rappeler que plusieurs dossiers deviennent classés sans suite en dépit de poursuites rigoureuses. Et c’est dans cet esprit que le SEFAFI attend à ce que la série d’arrestations spectaculaires ne soient que des formes de gesticulations sans résultats palpables.
Dans la même foulée, le SEFAFI se doute d’une justice à double vitesse face à la mise en place de la Haute Cour de Justice (HCJ). L’immunité des justiciables devant cette cour qui devient des fois un refuge et ainsi un outil de blocage dans la recherche de la vérité. «En attendant le fonctionnement effectif de la HCJ, le citoyen est bien obligé de constater qu’il existe une justice à deux vitesses, l’une pour les puissants (Président de la Répu-blique, chefs d’institutions, parlementaires et membres du gouvernement) et l’autre pour le commun des citoyens. Dans le cadre d’une future révision constitutionnelle, il serait normal et démocratique de supprimer purement et simplement la HCJ. Ainsi les hauts responsables du pays se verront-ils mis sur le même plan que les simples citoyens… ce qui ne serait que justice !», avance le communiqué de l’observatoire.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.