Conseil d’Administration du FMI : Approbation d’un décaissement de 44,5 millions USD

Les résultats de la deuxième revue de l’accord en faveur de Madagascar au titre de la Facilité Élargie de Crédit ou FEC ont été concluants, ce qui constitue une porte ouverte à un troisième décaissement.

Un décaissement de 31,428 millions de DTS soit 44,5 millions USD vient d’être approuvé hier par le Conseil d’Administration du Fonds Monétaire International. Cela porte le total des décaissements au titre de l’accord FEC à 124,834 millions de DTS (environ 174,1 millions USD) a indiqué à la presse le grand argentier Vonintsalama Andriambololona.
Cette décision a été prise sans aucune réunion formelle du Conseil d’Administration, mais s’est faite selon la procédure dite du «défaut d’opposition», a fait savoir le gouverneur de la Banky Foiben’i Madagasikara, Alain Rasolofondraibe. Le dossier Madagascar a juste été remis aux administrateurs et aucune opposition n’a été émise. Cela témoigne de la confiance mutuelle entre le Conseil d’Administration et la partie malgache, d’après ses dires.

Objectifs atteints
Dans son communiqué, le FMI précise que «Madagascar a continué de mettre en œuvre, de manière solide son programme économique appuyé par la FEC. Tous les critères de réalisation quantitatifs et tous les objectifs indicatifs ont été atteints à fin juin 2017, et le programme structurel progresse aussi».
La reprise économique graduelle se poursuit, avec une croissance solide et une stabilité macroéconomique persistante en dépit de la sécheresse et du cyclone qui ont frappé le pays. Globalement, les résultats budgétaires ont été conformes aux prévisions. La politique monétaire et la politique de change ont permis de bien gérer les risques liés à l’évolution extérieure. L’inflation a été stable en dépit des conditions climatiques défavorables. L’Ariary s’est apprécié légèrement en valeur effective réelle. A noter que cette revue s’est portée aux données recueillies en juin 2017.
Le ministre des Finances et du Budget a indiqué que les réserves en devises ont atteints 1 milliard USD, permettant de couvrir les exportations pour 3 ou 4 mois.

Politique budgétaire
Les objectifs de la politique budgétaire consistent à accroître régulièrement les recettes et réduire progressivement les transferts à la JIRAMA et augmenter l’investissement public.
En outre, il est crucial que les autorités continuent d’améliorer la gouvernance et d’intensifier la lutte contre la corruption. Il est prioritaire d’achever le nouveau cadre juridique (conformément aux normes internationales), de renforcer le contrôle et de continuer d’améliorer la gestion des finances publiques. Par ailleurs, les travaux en cours pour développer le secteur financier sont importants et dotés de priorités claires, note le FMI. Par ailleurs, pour maîtriser les risques financiers, des initiatives sont en cours pour renforcer le contrôle, ainsi que le cadre juridique plus général du secteur financier.

C.R

Imprimer Imprimer