Conseil municipal de la CUA : Vers une cohabitation forcée TIM / IRK

Si la victoire de Naina Andriantsitohaina se confirme après les tendances publiées par la commission électorale nationale indépendante, la liste IRK qu’il a représentée à la municipalité n’est pas près d’avoir la majorité au conseil municipal de la commune urbaine d’Antananarivo. En effet, d’après ces mêmes tendances publiées par la commission électorale nationale indépen- dante hier à midi, l’IRK raflerait 25 sièges sur 55 au conseil municipal tout comme la liste présentée par le TIM. D’après toujours les résultats provisoires publiés sur cette tendance de la commission électorale nationale indépendante, la liste Lalatiana Ravololomanana et Tina Randrianantoandro auraient une place chacune, et la liste KOMBA aurait gagné trois places. Si cette tendance se confirme, l’IRK et le TIM doivent cohabiter dans le conseil municipal. Une cohabitation à haut risque.
Le nouveau Maire de la Capitale, qui jusqu’ici, en attendant les résultats officiel, Naina Andriantsitohaina aura fort à faire à faire passer ses programmes au sein de ce conseil municipal bipartite. Une alliance avec les autres conseillers sera nécessaire et indispensable pour que ce probable futur maire de la capitale puisse mener à bien sa mission. L’article 87 de la loi 2014-020 relative aux collectivités territoriales décentralisées dispose en effet que «Les délibérations sont prises à la majorité des membres présents ou repré- sentés».
Pour être sûr d’avoir la majorité, il lui faut collaborer avec le KOMBA et avec les deux autres listes, Lalatiana Ravololomanana et Tina Randrianantoandro. Les négociations dans les coulisses sont déjà en marche, en effet, la place du futur président du conseil municipal est déjà étudiée par les deux camps, TIM et IRK. L’un des deux partis qui aura le contrôle du conseil municipal aura sans doute celui de la municipalité en générale. En effet, l’organe délibérant, qui est le conseil municipal, joue un grand et important rôle dans la gestion des affaires de la collectivité territoriale décentralisée.
Avoir la majorité absolue est également un gage pour le futur maire de rester à son poste durant la durée de son mandat. En effet, l’organe délibérant, le conseil municipal, peut suspendre le Maire. L’article 127 de la loi 2014-020 mentionne qu’ «en cas de faute grave de gestion, les Chefs de l’organe exécutif, après avoir été entendus ou invités à fournir des explications écrites sur les faits qui leur sont reprochés, et sur délibération du Conseil, peuvent être suspendus par un arrêté du Ministre chargé de l’Intérieur, pour un temps qui n’excédera pas un mois et qui peut être porté à trois mois par le Premier Ministre».
Les coulisses sont actuellement déjà animées malgré que les résultats officiels ne sont pas encore publiés par les tribunaux administratifs. Les alliances se forment déjà ici et là.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.