Décès du ministre Rodolphe Ramanantsoa : Intoxication alimentaire ou AVC ?

Décès du ministre Rodolphe Ramanantsoa : Intoxication alimentaire ou AVC ?

Qui pouvait savoir que le ministre Rodolphe Ramanantsoa avait apparemment rendez-vous avec la mort lorsqu’il s’est rendu à Mahajanga ? Il n’empêche que cette mort subite avait causé un choc considérable au sein du gouvernement qui est aujourd’hui en deuil.

Les informations liées aux causes du décès de Rodolphe Ramanantsoa, ministre de l’Énergie et des Hydrocarbures, sont confuses 24 heures après sa mort survenue à Mahajanga samedi 21 Août dernier. Le Gouvernement, via un post sur le site web de la Primature, annonce le décès de ce membre du gouvernement à l’âge de 65 ans suite à une hypertension artérielle. Une hypothèse proche d’un accident vasculaire cérébral et qui est retenue officiellement jusqu’ici.
Mais un autre son de cloche, notamment provenant de ses proches et des membres de sa famille, avance l’hypothèse d’une intoxication alimentaire. Une source sur place a fait savoir que le ministre aurait consommé des huîtres, ce qui a déclenché un malaise qui se serait manifesté par des troubles de digestion. «Son état devenait anormal», nous a-t-on fait savoir.
Selon notre source locale, Rodolphe Ramanantsoa a été décou- vert dans sa chambre d’hôtel en fin de matinée du samedi 21 Août dernier. «Il ne répondait plus au téléphone, un fait inhabituel qui a poussé ses gardes du corps à casser la serrure de sa chambre». Ils ont ainsi découvert le corps inerte du ministre. Il a été, par la suite, transporté d’urgence à l’hôpital d’Androva où les médecins ne sont plus arrivés à le ranimer.
La dépouille du ministre de l’Énergie et des Hydrocarbures sera acheminée vers Ambalavao Tsienimparihy, dans son fief d’origine. Les membres du gouvernement assisteront aux obsèques de ce ministre qui avait pesé de tout son poids sur le développement du secteur de l’Energie de Madagascar.

Marc A.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.