Déforestation : La forêt de Menabe risque de disparaître

De 2001 à 2018, 38 000 hectares de pertes de forêts au niveau de l’Aire Protégée Menabe Antimena (APME) ont été constatées dans la région de Menabe, d’ailleurs, le noyau dur a même été touché avec 738 hectares défrichés en 2018. L’Aire protégée Menabe Antimena se trouve donc menacée par de fortes pressions liées au défrichement en ce qui concerne les cultures de rentre (maïs, et arachide) ainsi qu’aux exploitations illicites pour le bois d’œuvre et le bois d’énergie. Des faits qui ont connu une croissance suite aux flux de migration. Selon une étude scientifique, l’ensemble des forêts du Menabe central risque de disparaître complètement avant 2050 si le rythme actuel de déforestation continue.
Conscients de l’ampleur de cette menace, le Ministère de l’Environnement et du Développement Durable avec l’appui de l’USAID, à travers les programmes USAID hay Tao et USAID Mikajy, le CEPF et la Fondation Tany Meva a initié hier au Novotel Alarobia un atelier de dialogue national multi-acteurs sur les forêts sèches. Un atelier qui a pour objectifs de mobiliser tous les acteurs concernés, l’Etat central, les partenaires techniques et financiers ainsi que les organisations de la société civile à s’engager dans la prise des mesures stratégiques et politiques et le soutien à la stratégie nationale pour la réduction de ces pressions sur l’APMA. Baomiavotse Vahinala Raharinirina a souligné durant ce dialogue qu’une approche participative et délibérative sera attendue avec la participation de tous les acteurs concernés et que la plan d’action élaboré à l’issu de ce dialogue réalisable, afin que nous puissions préserver notre environnement et restaurer de façon rapide nos forêts, et que les personnes Ifotony soient conscientes du bénéfice de la préservation de l’environnement que de sa destruction. L’objectif est de mettre APMA comme modèle de succès.

Migration

La migration non contrôlée est l’un des facteurs qui a favorisé le défrichement et la déforestation, non seulement à Menabe mais dans tout Madagascar. Sur ce, Tina Andriamanana, Directeur Général de Fanamby a noté que la mise en place d’une stratégie nationale contre la migration doit a priori se faire, ainsi que des solutions alternatives aux habitants pour que ceux-ci n’utilisent pas les forêts comme des moyens de subsistance.

APMA

APMA est connu pour sa richesse en biodiversité endémique qui met en relief ses sites éco touristiques, à savoir la forêt de Kirindy, la réserve Spéciale d’Andranomena, et le Camp Amoureux de Marofandiliha. Elle possède en outre la célèbre Allée des Baobabs qui lui sert de porte d’entrée. Cette aire protégée a été créée et gérée principalement à des fins d’utilisation durable des écosystèmes naturels.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.