Désenclavement des régions du Sud : 39,2 millions d’Euros de l’Union Européenne

L’infrastructure est indispensable pour le développement de Madagascar. Le Projet d’Aménagement de Corridors et de Facilitation du Commerce (PACFC) est un bon exemple de coordination entre partenaires au développement.

Un accord de don de l’Union Européenne, d’un montant de 39,2 millions d’Euros a été signé hier au Ministère de l’Economie et des Finances. Cela s’inscrit dans le cadre du cofinancement du projet d’Aménagement de Corridors et de Facilitation du Commerce (PACFC). Ce don de l’Union Européenne sera exécuté par le Groupe de la Banque Africaine de Développement. Selon les précisions de l’Ambassadeur de l’Union Européenne SEM Giovanni di Girolamo, l’appui au niveau des infrastructures contribue à améliorer les conditions fondamentales de développement de Madagascar. L’Union Européenne salue également les efforts du Ministère dans le secteur routier avec le nouveau statut de l’Agence routière et du Fonds routier.
Le projet d’aménagement de corridors et de facilitation du commerce est l’un des plus grands projets d’infrastructures de transport routier à Madagascar. D’un coût total de 217 millions USD sur cinq ans (2019-2024), ce projet vise à désenclaver les régions du Sud, ouvrant ainsi le vaste potentiel agricole du pays sur le Marché commun de l’Afrique de l’Est et Australe, ainsi que ceux de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe et de la Commission de l’Océan Indien. Le grand argentier Richard Randriamandrato a mis l’accent sur l’importance d’une telle connectivité et du défi de faire de Madagascar un véritable grenier à riz.
Le projet est co-financé par le Groupe de la BAD pour un montant de 90 millions USD. D’autres partenaires comme l’Organisation des pays exportateurs de pétrole pour le développement international OFID, la Banque Arabe pour le Développement économique en Afrique BADEA et les Fonds Arabes participent au financement du projet. Le PACFC va contribuer à la construction des routes nationales RN 9 et RNT-12A ainsi qu’à établir deux corridors sur les façades maritimes du Sud-Ouest avec le port de Tuléar, et du Sud-Est avec le port de Fort-Dauphin. Ces deux ports ouvrent Madagascar respectivement sur le canal du Mozambique et sur les pays de l’Océan Indien. La signature de l’Union Européenne vient ainsi boucler le processus de mobilisation de financement du projet. «La BAD a réussi à mobiliser tous les partenaires », s’est réjoui le Ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics.
A terme, le projet permettra de débloquer le potentiel économique de quatre régions du Sud. Au-delà des deux routes à aménager, le projet prévoit un axe de renforcement des capacités des PME de l’agriculture, de la pêche, du commerce et du tourisme. Le projet soutiendra également les institutions en charge de l’import-export pour la facilitation des échanges avec le continent africain. Ainsi, d’ici 2024, l’on estime que 300 PME et 5000 personnes dont au moins 50% de femmes auront été formées à répondre aux besoins du marché en améliorant leur productivité et compétitivité, selon les précisions apportées par Mohamed Chérif, Responsable pays du Groupe de la BAD.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.