Douane : 200 Kg de stupéfiants saisis en 2018

Le bilan est positif pour l’administration douanière si l’on tient compte des grosses prises qui ont été réalisées au cours de l’année écoulée. La politique en matière de lutte contre les trafics illicites, notamment le trafic de stupéfiants s’est largement développée dans le bulletin d’information du Ministère des Finances et du Budget qui vient de paraître.

Les efforts et la perspicacité des douaniers malgaches ont porté leur fruit. L’an dernier, plus de 200 kg de stupéfiants tous genres confondus ont été saisis, de source auprès de l’administration douanière. Nul besoin de rappeler que la plus grosse prise jamais réalisée dans la Zone Océan Indien et Afrique Subsaharienne a été les 147kg de drogue (4.210 kg de méthamphétamines, 24,593 kg d’héroïne, 81,217 kg de cannabis pressé et 36,646 kg de feuilles de cannabis) saisis au mois de juin. Les trafiquants ont été interceptés sur la route de Manjakandriana.
Quelques jours après, une ressortissante bolivienne transportant dans son corps des capsules de cocaïne de 790g a été appréhendée à l’aéroport international d’Ivato. L’on parle de procédé de la «mule» lorsqu’une personne est utilisée par les trafiquants de drogue pour faire passer leurs marchandises, par ingestion de capsules. Une semaine plus tard, 730 g de cocaïne ont été découverts dans le corps d’une jeune brésilienne, toujours à l’aéroport d’Ivato. D’ailleurs, la liste n’est pas exhaustive.
Ces dernières années, la politique de lutte contre le trafic de stupéfiants a été renforcée. Le renforcement de la brigade de stupéfiants, la mise en place de contrôle en amont ainsi que le renforcement continu des compétences des agents, notamment en matière d’analyse de risques et de profiling (étude des comportements des voyageurs suspects) constituent les domaines clés des réformes engagées par la Douane malagasy à cet effet.
La création de nouveaux centres et postes de surveillance en vue de consolider le rôle sécuritaire de la Douane a notamment contribué au renforcement du dispositif de lutte contre les trafics illicites, en particulier contre le trafic de drogue. Par ailleurs, la quête d’une plus grande efficacité a poussé l’administration douanière malagasy à multiplier les actions de formation à l’endroit des agents à l’exemple de la formation dispensée par la douane réunionnaise au profit des douaniers malagasy sur la lutte contre les stupéfiants en milieu aéroportuaire. Tel qu’il est rapporté dans les «Echos des Finances et du Budget», les douaniers malagasy ont appris à connaître les différents modes opératoires des trafiquants, y compris le procédé de la «mule».

Une affaire de tous

Tel que nous l’avons déjà précisé dans nos colonnes, cette année 2019 sera une année signifiante en termes de lutte contre les trafics illicites. Outre la mise en place de brigade cynophile, d’autres mesures sont prévues par l’administration douanière pour parvenir aux résultats escomptés pour ne citer que l’acquisition d’un bateau pour la surveillance des côtes et la mise en place de bureaux de surveillance.
L’administration douanière, à travers son service de lutte contre la contrebande, travaille étroitement avec les entités telles que la commission interministérielle de coordination de la lutte contre la drogue, la gendarmerie nationale, la police nationale, la marine nationale, le Bianco pour lutter contre le trafic de stupéfiant. Elle en appelle aujourd’hui à la vigilance de tous et à la collaboration de tout un chacun pour agir ensemble, afin de mieux protéger le territoire contre ce type de trafic.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.