EITI : Démission de Daniella Randriafeno

Rajo Daniella Randriafeno vient de démissionner de son poste de Secrétaire Exécutif de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (EITI Madagascar). C’est désormais le Ministère des Mines et des Ressources Stratégiques, avec le Comité National qui seront en charge de la mise en œuvre de l’EITI. En moyenne, le budget de fonctionnement de l’EITI Madagascar est de 100.000 USD dans l’année. Si des annonces de déblocage et de transfert ont été faites, leur réalisation n’a été que partielle. Cela ne peut qu’handicaper, sinon paralyser le fonctionnement de l’EITI qui ne pourra par ailleurs pas faire face à ses activités et son fonctionnement pour début 2020. Il faudrait attendre la LFI 2020 mais le financement qui s’y rapporte ne sera pas disponible avant quelques mois. Que faire d’ici là ? Le manque d’engagement de l’Etat ne peut que paralyser, sinon handicaper son fonctionnement.
Pour rappel, quinze recommandations ont été émises pour une mise en œuvre avant la prochaine validation de Madagascar qui aura lieu à partir du 29 décembre 2019. Les mesures correctives se subdivisent en effet en deux catégories. La première concerne le renforcement de l’engagement du gouvernement et de la société civile ainsi que l’amélioration de la méthode de travail du comité national de l’EITI. La seconde concerne le rapport de l’EITI. En tant que pays de mise en œuvre de l’EITI, Madagascar est tenu d’assurer la publication régulière des rapports de réconciliation, rapport qui devrait relater les détails de la situation extractive du pays sur un exercice donné pour permettre au grand public de prendre connaissance des données fiables, régulières et vérifiées. Cependant en raison d’un manque de financement au niveau de l’EITI Madagascar depuis juillet 2018, le rapport de progrès annuel 2017 qui devrait être publié avant décembre 2018 n’a pas pu être publié. Une situation qui a conduit à la suspension temporaire qui a toutefois pu être levée. Une nouvelle suspension serait-elle à craindre ?
Des efforts ont été déployés par Daniella Randriafeno durant ces années où elle a été Secrétaire Exécutif par intérim d’abord puis titulaire. Juriste et Ingénieur des mines de formation, elle dispose de solides expériences en industries extractives, aussi bien dans le secteur public que privé. De 2005 à 2011, elle a successivement occupé les postes de Responsable de la Cellule Environnementale Minière puis de Directeur de l’Exploration Pétrolière au sein du Ministère des Mines et des Hydrocarbures. Rajo Daniella Randriafeno a par la suite été nommée Ministre des Mines – de novembre 2011 à avril 2014 – période durant laquelle elle a également assumé le poste de Champion de l’EITI Madagascar. En tout cas, elle dispose de plusieurs cordes à son arc.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.