En quête d’emploi à Ilakaka : Un chauffeur égorgé, scalpé et défiguré

Les actes criminels se multiplient. Mais les criminels usent aujourd’hui de manières de plus en plus démoniaques. Quels peuvent bien en être leurs objectifs ?

Il s’agit d’un crime terrifiant, digne d’un film d’horreur.
La commune d’Andohanilakaka a été le théâtre de ce meurtre dont la manière sadique avec laquelle il avait été commis est hors du commun. La découverte macabre du corps sans vie d’un homme, complètement méconnaissable, a eu lieu le 15 février dernier. Une vision d’horreur, selon les responsables de la Gendarmerie de la Brigade d’Andohanilakaka, joints au téléphone hier. «L’individu avait d’abord été égorgé, puis scalpé et entièrement défiguré. Il ne restait plus de sa tête que le squelette de la boîte crânienne, entièrement dépiautée, décharnée et même dépourvue des globes oculaires… Ce fut une vision d’horreur !», nous ont indiqués les enquêteurs.
Selon les renseignements qui nous sont parvenus, la victime, en quête d’emploi de chauffeur et originaire d’Ambovombe Androy, venait de s’installer à Ilakaka. Sa famille avait lancé un avis de recherche lorsqu’il n’avait plus donné signe de vie depuis quelques temps.
La Brigade d’Andohanilakaka a fait savoir que des individus se sont rendus au bureau de la Brigade le 12 février dernier pour déposer un avis de recherche au sujet de cet homme. Ses proches ont décrit l’homme habillé d’un jean noir et d’un haut bleu ciel».
Le 15 février dernier, la Gendarmerie d’Andohanilakaka a reçu un appel selon lequel un cadavre a été découvert sur la RN7. Les agents de la gendarmerie se sont empressés de se rendre sur les lieux, accompagnés du Maire et d’un médecin. Du premier regard, le cadavre était bien celui de l’individu porté disparu, ses habits correspondaient à la description faite par sa famille. Mais la manière avec laquelle la victime avait été abattue relevait du machiavélisme, du diabolique, voire du drame fantastique…
Les enquêteurs de la Gendarmerie n’ont découvert aucune goutte de sang ni sur les lieux ni dans les environs. Ces premières constatations permettent, dès lors, de privilégier l’hypothèse selon laquelle l’homme aurait été assassiné ailleurs, puis son cadavre avait été transporté puis déposé à cet endroit où il avait été découvert.

Fah A.

Imprimer Imprimer