Energie solaire : Un contrat avec une compagnie suisse

A Madagascar, le taux d’électrification n’est que de 15%. Pour augmenter le taux d’accès à l’électricité, il importe de promouvoir les énergies renouvelables. Le défi est d’augmenter le taux d’accès à l’électricité à 50% d’ici fin 2023 et de doubler la puissance des centrales. Cela requiert différents investissements et partenariats.

Avec ses 2800 heures d’ensoleillement, les potentialités de Madagascar en énergie solaire sont considérables. Hier, la Jirama a signé dans la capitale un contrat pour la fourniture d’énergie solaire avec Satarem, une compagnie suisse. Des localités comme Sakaraha, Maintirano Bekily et autres bénéficieront ainsi d’électricité. L’implantation des centrales solaires va débuter dans six mois, après la réalisation d’études, et se démarquera par sa technologie de pointe, précise Vonjy Andriamanga, Directeur Général de la Jirama.
Ces centrales n’auront besoin ni de gasoil ni de fuel pour fournir de l’électricité le jour et la nuit. Il s’agira de mini-grid ou mini-réseaux affirme Jérome Friler, Directeur Général de Satarem. «Nous croyons fortement au potentiel de développement de Madagascar. Etant donné le faible taux d’accès à l’électricité actuellement, nous pensons qu’il y a un très fort avenir pour le développement des réseaux», s’est-il réjouit à l’issue de la signature.
A noter que cette cérémonie a été rehaussée de la présence de Christian Ramarolahy, Ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures par intérim.

Réduction du coût de revient

Le DG de la Jirama insiste sur le fait que ce contrat contribuera à réduire le coût de revient car le kWh est fixé à 13 cents dollars, une des tarifications plus basses dans l’achat de l’énergie solaire. Ce qui a été corroboré par Soloniaina Andriamanampisoa Rasamoelina, PCA de la Jirama. «L’objectif est d’améliorer le coût de revient de la Jirama, comme indiqué dans la feuille de route pour le redressement de la société». Il est confiant que les 13 cents dollars représentent trois fois moins du coût de revient actuel, évitera une vente à perte à la Jirama.
Le PCA se dit prêt à collaborer avec la Direction générale et les fournisseurs locaux et étrangers, le défi étant de redresser la société d’ici 2021. Nous en reparlerons.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.