Enseignement supérieur : Année blanche à craindre

Depuis le mois de décembre dernier, tous les cours des universités publiques d’Antananarivo et tous les travaux de recherches menés auprès de tous les centres nationaux de recherche sont toujours suspendus. Un semestre, voire même, une année blanche est à craindre pour cette année, si aucune solution n’est trouvée.
Le Syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) amplifie la grève. Hier, le portail de l’université d’Antananarivo est resté fermé, aucune voiture ni deux-roues n’ont été autorisées à s’introduire dans le campus.
A l’occasion de leur Assemblée Générale d’hier, le SECES section Antananarivo a réitéré ses 7 revendications dont aucune n’a été satisfaite jusqu’à présent. De ce fait, le SECES Antananarivo réitère son appel à un entretien direct avec le Président de la République Andry Rajoelina pour trouver des solutions à leurs revendications. Le président du SECES Tana le Pr Sammy Grégoire Ravelonirina a rappelé les séances de rencontre avec le Premier Ministre et les maints entretiens avec le ministre de tutelle, lesquels n’ont abouti à aucun consensus. Le SECES nie ainsi toute allégation qui prétendrait que ces revendications sont toutes satisfaites.
Au terme de son ultimatum au 15 janvier, si aucune solution tangible n’est apportée et si sa demande d’entretien n’obtient aucune réponse favorable, le SECES restera disposé à intensifier son mouvement de grève. Le SECES s’est toutefois abstenu de révéler sa nouvelle stratégie. Un Conseil national extraordinaire sera tenu après ce 15 janvier 2020.

jemimaR

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.