Escroquerie, usurpation : Le Samifin met en garde

Tout chemin mène à Rome dit-on, mais toute manœuvre est également utilisée par des individus malintentionnés pour s’enrichir. Dans un communiqué publié hier, le Samifin met en garde contre toute usurpation et escroquerie tout en lançant un appel à la prudence de tout en chacun.

“Toute personne (…) en prétendant détenir un dossier du Samifin ou prétendant agir au nom du Samifin et qui réclame de l’argent ou des faveurs en échange d’une décision favorable concernant ces dossiers se rend coupable de corruption, d’extorsion de fonds ainsi que des infractions pénales liées au secret professionnel le cas échéant”, peut-on lire dans un communiqué du service de renseignements financiers. De telles précisions font suite aux faits qui se sont produits récemment. La prudence est ainsi de mise et tout individu sollicité dans ce sens ne doit pas céder, mais au contraire, en informer les autorités compétentes (judiciaire ou policière) pour mettre fin à de tels agissements.
Le Samifin met le point sur les «i» en précisant qu’il ne dispose pas des pouvoirs de convoquer, d’entendre ou d’arrêter les personnes concernées par ses analyses et investigations. Ces personnes sont censées ignorer que le Service de Renseignements Financiers mène des investigations les concernant. Le Samifin ne transige pas, ni directement ni par personne interposée avec les personnes concernées par les dossiers dont il est saisi. Il ne classe pas les
dossiers qui comportent des indices sérieux de commission d’une infraction à la loi. «Toute personne qui s’adonne à la corruption sur les dossiers traités par le Samifin, le fait de son propre chef et sera poursuivie à ce titre». Des mesures seront mises en œuvre pour aider les autorités judiciaires et policières, tels que le PAC, la Gendarmerie Nationale, la Police Nationale ou le Bianco, à réprimer ces méfaits.
Nul besoin de rappeler que le Samifin est un service de renseignements financiers chargés de collecter et d’analyser des informations sur les flux financiers illicites, notamment le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Il accomplit sa mission dans le strict respect de la loi, en toute objectivité et impartialité et sans aucune préférence sur les dossiers qu’il a à traiter.

Recueillis par C.R

 

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.