Exportation de bois de rose : Maintien de l’embargo

Si la Grande Île aspire à une levée de l’embargo de l’exportation des bois de rose, du palissandre et du bois d’ébène, la 69ème réunion du comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES) qui s’est déroulée à Genève du 27 novembre au 1er décembre 2017 en a décidé autrement.
Constatant un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d’action sur les bois précieux de Madagascar, le Secrétariat Général de la CITES a donc proposé de maintenir la recommandation aux pays membres de la Convention de ne pas autoriser les exportations ou réexportations à des fins commerciales, de spécimens de bois d’ébène, de bois de rose et de palissandre de Madagascar rapporte le WWF dans un communiqué. «C’est une sage décision que nous soutenons, nous appelons les autorités à redoubler d’efforts dans la mise en œuvre du plan d’action, en particulier, dans l’application des lois en vigueur concernant l’exploitation illicite de ces espèces et les auteurs de ces faits», a réagi Nanie Ratsifandrihamanana, directrice du WWF Madagascar.
Durant la réunion, le cas des bois précieux de Madagascar a suscité de longues discussions. L’on apprend qu’à ce jour, il n’existe pas d’inventaire vérifié d’un tiers au moins des stocks de grumes, bois sciés et placages des espèces de Dalbergia et Diospyros de Madagascar. La Grande Île a ainsi été encouragée à entreprendre ces inventaires et vérifications de manière transparente et contrôlable.
Le Comité permanent prend cependant note des progrès de Madagascar en matière de renforcement des mesures de contrôle et de lutte contre l’exploitation forestière et l’exportation illégales et recommande que ces efforts soient poursuivis et élargis.

Collaboration enquête
Les pays qui saisissent d’importants envois de spécimens de bois de rose, de palissandre et d’ébène inscrits à la CITES et provenant de Madagascar sont invités à partager l’information en appui aux enquêtes et poursuites menées à Madagascar et à demander l’assistance de l’International Consortium on Combating Wildlife Crime, ICCWC, pour entreprendre ces enquêtes. Dans le cas de la saisie faite à Singapour, Madagascar semble concentrer l’essentiel de ses efforts à la récupération du produit d’une vente aux enchères éventuelle de 3372 tonnes de bois de rose confisquées par les autorités de Singapour en mars 2014.
En Octobre 2017, les autorités malgaches ont émis des mandats d’arrêt contre trois suspects malgaches qui seraient impliqués dans la tentative de contrebande, trois ans après la saisie.

C.R

Imprimer Imprimer