Extension Port de Toamasina : Les travaux achevés à 25%

Le chantier des travaux d’extension du port de Toamasina avance comme il se doit. Cette extension, notons-le, devra permettre un triplement de sa capacité de traitement. Le retombées économiques des travaux sont par ailleurs considérables, en termes de création d’emploi que de transfert de technologie. Avec ce financement, le Japon est fier et heureux de devenir le premier bailleur de fonds bilatéral pour Madagascar.

Un calendrier parfaitement respecté. Tel est le constat de Samuel Ranaivojaona, directeur du développement et de l’aménagement portuaire de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT) sur les avancées du chantier d’extension du port dont les réalisations actuelles sont de 25%. La pose de la première pierre, rappelons-le s’est tenue en Avril 2018 et le Consortium d’Entreprises composé de PENTA Océan et de DAHIO Corporation est chargé de l’exécution des travaux. Avec un financement prévisionnel de 639 millions de dollars dans le cadre d’un partenariat avec l’Agence de Coopération japonaise JICA, le port de Toamasina bénéficie aujourd’hui du plus important financement consacré à la construction d’une infrastructure publique réalisée à Madagascar après 1960.
La mise en œuvre du projet se divise en deux phases. Le Package I qui a démarré en avril et qui devrait durer 30 mois comprend le remblayage de 10 hectares sur le récif Hastie et la fabrication de 3600 unités de blocs de béton appelés «Dolos», pesant 35 et 50 tonnes chacun. Dans un premier temps, la nouvelle terre plein accueillera d’abord le chantier de fabrication des «Dolos» mais à terme, il servira de zone de stockage de conteneurs. Quant aux blocs de bétons géants, ils serviront à prolonger de 345 mètres supplémentaires la brise lame déjà existante.
Sur le chantier, près de 300 personnes s’activent quotidiennement à la réalisation des travaux. Outre une poignée de techniciens japonais, tous sont des Malgaches, la grande majorité issue de la région de Toamasina, le recrutement local faisant partie des exigences imposées par la SPAT aux entreprises qui exécutent les travaux. «Le rôle de ces étrangers consiste surtout à veiller à ce que la qualité des constructions respecte les normes les plus rigoureuses dans le domaine portuaire. Selon lui, toutes les infrastructures qui seront construites auront la même qualité que celles existant dans les ports japonais» précise Namiki Hiromi, Team Leader.
Par ailleurs, le vaste terrain né du remblayage sur le récif Hastie qui deviendra le futur terre-plein commence également à prendre forme.
Le Package II devra démarrera à l’issue de la première phase en 2020 et nécessitera davantage de main-d’œuvre et de techniciens mais aussi de besoins en services et de sous-traitance. L’appel à manifestation d’intérêts pour choisir les entreprises qui vont exécuter cette deuxième phase a été lancé en Octobre 2018.

Nouvelle aire de stockage

Le projet d’extension initié avec les japonais comprend la construction d’une nouvelle aire de stockage de 10 hectares pour les conteneurs qui devra être achevée en 2022. Mais avec une croissance annuelle de 10% du volume de marchandise conteneurisée qui transitent au port de Toamasina, les infrastructures existantes risquent d’être complètement saturées bien avant. Raison pour laquelle, la SPAT a décidé d’initier avec ses propres moyens la construction d’une nouvelle aire de stockage d’une surface de 5 hectares. Les travaux seront inaugurés prochainement. Cette nouvelle infrastructure permettra de soulager à court terme le problème d’engorgement susceptible d’affecter le service au port de Toamasina et pénalise les usagers.
A noter que le projet d’extension comprend également le prolongement de la brise lame (2023), la construction d’un nouveau quai à conteneurs C4 (2024), l’approfondissement des quais existants C1 et C2 (2025) ainsi que le dragage du quai existant C3 (2025).

Lutte contre la corruption

Pour accompagner le projet d’extension du port de Toamasina, une cellule anti-corruption CAC a été mise en place. La CAC supervise tous les points susceptibles d’être touchés par la corruption comme les procédures de passation de marché ou le recrutement du personnel. Il faut éviter que le fléau de la corruption ne vienne «polluer» ce projet historique qui devra faire la fierté de Madagascar, estime Tsifoina Andrianarivelo, président de la CAC.
La protection de l’environnement fait également partie des volets les plus importants de ce projet. La SPAT et les partenaires japonais ont veillé à ce que tous les risques soient étudiés de près pour éviter qu’ils n’influent sur l’environnement. Des cahiers de doléances sont à la disposition de la population pour que les citoyens puissent remonter régulièrement les informations au niveau des responsables.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.