FEC : Marc Gérard détaille les préalables au décaissement

Le programme de réformes économiques soutenu par la Facilité Elargie de Crédit du FMI prendra fin cette année. Suite à la mission des services du FMI, conduite par Charalambos Tsangarides à Madagascar, du 29 mai au 11 juin dernier, la grande île peut-elle espérer un prochain décaissement? Le Représentant Résident du Fonds Monétaire International, Marc Gérard, a bel et bien voulu y répondre au cours d’une interview exclusive accordée à la Rédaction.

Ma-LAZA : La revue du programme de réformes économiques soutenu par la Facilité Elargie de Crédit sera présentée au Conseil d’administration du FMI dans les semaines à venir. Peut-on espérer un prochain décaissement?
Marc Gérard: Nous allons soumettre au Conseil d’Administration le rapport pour la conclusion de la revue d’ici fin juillet. Cela devrait permettre un nouveau décaissement qui porterait le total des décaissements octroyés jusqu’ici à Madagascar dans le cadre de la FEC à 300 millions USD. Cela étant, nous avons encore besoin d’un certain nombre de confirmation de la part des autorités sur des sujets clés que nous avons discutés, notamment l’établissement d’une nouvelle structure de prix des carburants et certaines garanties concernant le budget de la Jirama pour être sûr que la subvention prévue dans le budget ne sera pas dépassé. Nous attendons également quelques clarifications en ce qui concerne le cadre de gouvernance, notamment en ce qui concerne la loi sur le recouvrement des avoirs illicites.

Ma-LAZA: Etes-vous impliqué dans les différentes discussions qui se tiennent dans le domaine des hydrocarbures et de l’énergie ?
Marc Gérard : Les subventions octroyées aussi bien au secteur de l’énergie que des carburants grèvent le budget général et évincent dans une certaine mesure d’autres dépenses que nous jugeons prioritaires et qui sont au cœur des priorités de l’IEM comme les dépenses d’éducation, de santé, d’investissements publics notamment dans le cadre des infrastructures. Il est crucial de réduire ces subventions. C’est la raison pour laquelle nous sommes impliqués dans ces discussions. Je dirai que le règlement de la question du prix des carburants et la mise en place de plan financier soutenable pour la Jirama sont des préalables indispensables à la réalisation de l’IEM que nous appuyons dans le cadre du programme.

Ma-LAZA: Quels sont les objectifs à atteindre dans ces secteurs que vous qualifiaux de cruciaux?
Marc Gérard: Concernant le prix des carburants, l’objectif est triple. Il est d’abord d’arriver à une structure de prix qui soit juste, autrement dit que les distributeurs ne fassent pas de marges excessives. Il est de mettre en place ensuite un mécanisme d’ajustement des prix. Une fois que l’on aura atteint la vérité des prix, il est essentiel d’y rester. Le consommateur peut ainsi être amené à payer plus ou parfois moins, en fonction de l’évolution des prix mondiaux. C’est une condition nécessaire pour éviter que l’Etat doive subventionner le secteur et qu’encore une fois, tout le monde paie pour les consommateurs de carburant qui sont en général les ménages riches, les gros industriels. C’est une question d’équité et d’efficacité économique à la fois. Il est tout à fait possible par la suite d’octroyer des subventions ciblées aux consommateurs urbains plus pauvres et au transport urbain. En revanche la subvention généralisée est régressive sur le plan social et inefficace. Le troisième élément du redressement du secteur c’est de payer les arriérés aux fournisseurs puisqu’il est important de payer les contrats passes. L’objectif c’est d’éviter que le secteur requiert des subventions soit sous forme direct soit sous forme d’arriérés qui sont in fine payés par le budget général.
Pour la Jirama, la compagnie fait des pertes qui grèvent le budget de l’Etat et nécessite des subventions qui correspondent grosso modo au budget de l’éducation. Pour réduire ces pertes des efforts sont actuellement déployés dans trois directions. La première porte sur l’amélioration de la gouvernance interne (lutter contre la corruption et les branchements illicites, améliorer les procédures de gestion). Le deuxième axe est d’améliorer le recouvrement des recettes. Il importe non seulement que tout le monde paie ses factures notamment les gros consommateurs mais aussi de négocier des contrats d’approvisionnement qui soient plus justes. Actuellement dans certains cas la Jirama paie le carburant nécessaire pour faire tourner ces centrales au-dessus de ce que paie le consommateur lorsqu’il va dans les stations-services. C’est une situation totalement anormale et des économies considérables peuvent être réalisées à cet égard. Nous encourageons les discussions à se poursuivre et arriver à une solution qui soit dans l’intérêt de tous. L’énergie est à la fois nécessaire pour des raisons sociales afin de garantir l’accès à l’électricité de la population. C’est un sujet aussi de compétitivité économique.

Ma-LAZA: La Jirama a obtenu une licence d’importation en hydrocarbures. Qu’en pensez-vous?
Marc Gérard: Dans l’absolu nous n’y voyons pas d’inconvénient. Je crois qu’un appel d’offre international avait été lancé l’an dernier et permis d’identifier des parties intéressées à fournir du carburant à la Jirama. Il est important que les termes de cet appel d’offres soient respectés et que les choses se fassent en toute transparence. Nous n’avons aucune objection de principe mais nous n’avons pas non plus à nous prononcer exactement sur la stratégie des autorités à ce point de vue.

Ma-LAZA: Les autorités insistent sur la nécessité de baisser le prix à la pompe. Comment réagissez-vous face à cela?
Marc Gérard : On comprend la préoccupation. En même temps le problème, c’est que des arrières considérables ont été accumulés envers les distributeurs pétroliers. Ces arriérés devront être remboursés. Nous favorisons plutôt une décision où la réduction des marges qui pourrait être obtenue permettrait de régler cette question d’arriérés. Si on baisse les prix et qu’on affecte la totalité de la réduction des marges à une baisse des prix, ce sera à l’avantage essentiellement des gros consommateurs et des ménages riches ou des industriels mais cela voudra dire qu’en contrepartie les arriérés accumulés voudront être payés par tout le monde dans le cadre du budget général. On n’a pas à définir la répartition, c’est une décision souveraine des autorités de savoir comment elles veulent s’y prendre mais il est important que cette amélioration de la structure des prix permette de progresser dans la résolution de question des arriérés.

Ma-LAZA: A maintes reprises, les services du FMI tout comme le Samifin ou encore le Bianco ont mis l’accent sur la nécessité d’adopter la loi sur le recouvrement des avoirs. Dans quelle mesure les autorités malagasy se sont-elles engagées à adopter cette loi?
Marc Gérard : Cette loi est extrêmement importante pour boucler l’arsenal législatif mis en place ces dernières années en matière de lutte contre la corruption. C’est une loi qui avait été soumise à l’examen de l’assemblée nationale en 2017 et que les députés ont refusé d’adopter à trois reprises. Les nouvelles autorités du pays se sont engagées à ce que cette loi soit adoptée à brève échéance. Nous attendons les précisions à cet égard. Cela serait un signal important adressé à la société civile et au secteur privé pour montrer le sérieux du travail engagé depuis un certain temps en matière d’amélioration de la gouvernance et qui a déjà donné un certain résultat. Une autre décision cruciale en matière de mise en œuvre de la lutte la corruption concerne la nomination à venir du directeur général du Bianco. Il ne s’agit pas seulement d’avoir des lois, il s’agit aussi d’avoir une mise en œuvre effective des dispositifs anti-corruption. La nomination de ce personnage clé est au centre de l’attention de toute la communauté internationale et du Fonds Monétaire International en particulier.

Ma-LAZA: Comment percevez-vous globalement le régime actuel ?
Marc Gérard : Nous travaillons de manière extrêmement constructive avec les autorités nouvellement élues, notamment parce que les priorités de l’IEM sont celles que nous avons dans le cadre du programme soutenu par la FEC. La coopération est très bonne à l’heure actuelle. Mais comme toujours, nous sommes là pour appuyer les efforts des réformes des autorités. Nous sommes aussi vigilants, nous essayons de fournir une aide effective. Un bon ami est aussi un ami vigilant. Si nous avons des désaccords nous les exprimerons. Mais pour l’instant, les choses vont dans le bon sens et nous sommes optimistes quant à la volonté des autorités à réellement promouvoir le développement social et économique du pays.

Ma-LAZA : Le programme de réformes soutenu par la FEC prendra bientôt fin. L’après-FEC a-t-il déjà été abordé lors des discussions avec les autorités malagasy ?
Marc Gérard : Nous avons commencé à discuter. Nous avons eu des discussions intéressantes pour voir dans quelle mesure nous pourrions aider à notre échelle à la mise en œuvre du plan Emergence Madagascar qui sera bientôt rendu public et également pour discuter des priorités sur lesquelles nous pourrions travailler. Nous pourrons fournir notre expertise pour apporter des solutions à certains problèmes identifiés par les autorités. Nous sommes là pour aider au développement du pays. La décision de savoir ou non ce que va devenir les relations avec le FMI au-delà de la FEC appartient aux autorités de manière souveraine. Nous pensons qu’on peut faire un chemin considérable ensemble, mais ce n’est pas à nous de le définir, c’est aux autorités de définir la stratégie de développement et de voir dans quelle mesure nous pouvons nous y intégrer.

Ma-LAZA: Il reste une dernière revue. Un calendrier est-il fixé?
Marc Gérard : La dernière et sixième revue est programmée pour la fin de l’année. Elle va examiner ce qui aurait été fait pour le premier trimestre 2019. Ce sera également l’occasion d’examiner la manière dont nous FMI voyons les principaux défis à moyen terme. Sur cette base là, nous verrons dans quelle mesure les autorités souhaitent ou non continuer à travailler avec nous.

Ma-LAZA: Quel serait votre mot de la fin ?
Marc Gérard : Je voudrai dire que les autorités sont vraiment à la croisée des chemins. Elles ont maintenant les moyens d’engager Madagascar dans un tournant historique pour promouvoir le développement économique que la population malagasy a vraiment besoin et mérite. Un certain nombre de décision qui ne sont pas faciles restent à prendre, notamment en matière énergétique. Le FMI est là pour supporter les efforts du gouvernement afin d’améliorer les conditions sociales et économiques de Madagascar et nous sommes optimistes à cet égard.

Propos recueillis par Claudia R.

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.