Flash Appeal : Un besoin de 20 millions USD pour les 250.000 Malgaches

44

La levée de fonds destinés à venir en aide aux sinistrés du cyclone Enawo se poursuit à travers une grande mobilisation de la Communauté internationale. Le Système des Nations Unies à Madagascar  met en oeuvre un flash appeal qui consiste en un appel à l’aide.

Le Centre d’Information des Nations Unies (CINU) a procédé au lancement de l’appel éclair ou « flash appeal » des Nations Unies et de leurs partenaires hier. « Il s’agit d’un appel d’aide de 20 millions de dollars, nécessaires pour atteindre 250.000 personnes, avec une assistance pour sauver des vies et une protection dans les 3 mois à venir », a annoncé la Représentante Résidente des Nations Unies à Madagascar, SEMme Violette Kakyomya. C’est ce qui ressort de la cérémonie de lecture du décret relatif à la déclaration de sinistre et d’appel à l’aide internationale, prononcée par le vice-ministre des Affaires étrangères, Bary Rafatrolaza hier, au siège du ministère des Affaires étrangères à Anosy. Cet appel éclair résulte des évaluations des dégâts humains et matériels occasionnés par le cyclone Enawo.
Cette aide de 20 millions USD concerne 4 priorités d’intervention, dont l’accès à l’eau potable et à l’assainissement adéquat pour éviter les maladies hydriques aiguës, l’accès aux abris pour les personnes déplacées et celles ayant perdu leurs biens, l’accès aux services sociaux de base, y compris la santé de la reproduction, l’éducation et les services de protection et enfin, les pertes de stocks d’aliment et de moyens de subsistance. SEMme Violette Kakyomya a précisé que les objectifs étant de fournir une assistance humanitaire, d’assurer la continuité des services sociaux de base essentiels et de renforcer la résilience des communautés touchées à faire face aux futurs cyclones et à s’en remettre.
Etant donné qu’au moment de la publication de l’appel-éclair, le gouvernement et les partenaires humanitaires ont lancé des activités de réponse, en utilisant les fournitures et les ressources nouvellement mobilisées dans le pays, y compris des dons du secteur privé au BNGRC et celles menés par des organisations humanitaires, utilisant des procédures internes d’intervention d’urgence.

L.R

Imprimer Imprimer