Fonds Mondial de la Santé : Les enjeux de la lutte contre la corruption

Transparency International Initiative Madagascar et Country Coordinating Mechanism, instance de coordination nationale des subventions du Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la Tuberculose et le Paludisme joignent leurs efforts pour prévenir les risques de corruption.

La corruption sévit dans de nombreux domaines. Dans le secteur de la santé, la corruption est une question de vie ou de mort. Les personnes pauvres touchées par le Vih/Sida, la tuberculose et le paludisme sont souvent victimes d’une inégalité d’accès aux soins de santé, faute de moyens.
Madagascar a reçu une subvention non remboursable de 76 millions USD du Fonds Mondial de la Santé pour la période 2018 à 2020. C’est pour que ces fonds puissent être utilisés à bon escient et être gérés comme il se doit qu’un atelier de renforcement de capacité en termes de lutte contre la corruption et la fraude dans la gestion des subventions du Fonds Mondial, s’est déroulé hier à Anosy, avec Transparency International. Country Coordinating Mechanism CCM, l’instance nationale et multipartite, assurant la coordination de ces subventions s’est en effet engagée à s’approprier et à appliquer le code éthique au niveau de son Assemblée Générale, son Comité exécutif, le principal récipiendaire et ses partenaires à tous les échelons.
Chaque année, ce sont 4 milliards USD qui sont mobilisés et investis dans plus d’une centaine de pays pour accélérer la fin des épidémies du Sida, de la tuberculose et du paludisme. Depuis 2003, Madagascar bénéficie de ces subventions non remboursables pour financer les programmes de lutte contre ces trois maladies et renforcer le système de santé à Madagascar. Le Country Coordinating Mechanism (CCM) l’instance nationale et multipartite, assure la coordination de ses subventions pour financer les activités identifiées et planifiées par le pays, telles que le renforcement de capacité des agents de santé, le renforcement de la gestion du système d’informations sanitaires, l’achat des produits pour la prévention (moustiquaires imprégnées d’insecticides…), le traitement de ces maladies et les activités de santé communautaire.
En cas de pots de vin, de détournements de fonds ou de favoritisme, les personnes vulnérables sont poussées à vendre leurs biens pour se soigner, aggravant ainsi leur situation de pauvreté. Ainsi, les moyens de traitement acquis à travers les subventions ne parviennent pas aux bénéficiaires prévus, ce qui aggrave l’épidémie.
Ketakandriana Rafitoson, Directeur Exécutif de Transparency International Initiative Madagascar estime qu’il est important de connaitre les différentes formes de corruption dans le domaine de la santé pour des fins de préventions. Un guide anti-corruption et anti-fraude a été élaboré pour ce faire. Par ailleurs, un plan d’action sera conçu conjointement. Pour la CCM, la transparence joue un rôle majeur. Les partenaires techniques et financiers évaluent les résultats et impacts de l’utilisation des subventions non remboursables. La constatation d’une absence de résultats à cause de la corruption et de la fraude peut amener les bailleurs à geler leur financement, provoquant ainsi l’interruption des services vitaux.

C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.