Formation en artisanat : 900 jeunes bénéficiaires en 15 ans

Le Centre de Formation Artisanale, connu sous le sigle de ASA apporte régulièrement une formation de manière à assurer un avenir prometteur à des jeunes, issus de familles nécessiteuses, en matière d’artisanat.

Cela fait déjà 15 ans que le Centre de Formation Artisanale (CFA) de l’Association Ankohonana Sahirana (ASA) apporté son appui aux jeunes défavorisés. Depuis son ouverture en 2004, plus de 900 jeunes ont bénéficié de cette formation dispensée par CFA de l’ASA. Le CFA affiche un taux de placement global de 85%. Cette année, 86 % des nouveaux stagiaires sortants ont réussi à trouver un emploi. Hier, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’artisanat, une cérémonie de remise de certificat de fin d’études à la 14ème promotion baptisée «Mamiratra» et à la 7ème promotion de Plomberie de l’ASA, s’est tenue à Andrainarivo en présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat Fabrice Raharijaona et du Directeur Général de l’Artisanat Kajaly Audace. Cette année, 76 jeunes pourront ainsi intégrer directement le milieu professionnel.
Selon les explications de Sarah Rabiarisoa, ces jeunes ont bénéficié de 6 mois de formation théorique suivie de 6 mois de stage pratique auprès des entreprises partenaires. Actuellement, environ une trentaine d’entreprise sont partenaires du CFA. Au terme de leur formation, ces 76 jeunes peuvent opter soit pour travailler dans des entreprises, soit de créer leur propre entreprise. Outre la formation artisanale, ils ont acquis une initiation à l’informatique.
Ces nouveaux diplômés ont également reçu chacun une carte professionnelle d’artisan, avec sa nouvelle forme. Plusieurs filières telles que la coupe et couture, la broderie, le tissage, la vannerie, la maroquinerie, la marqueterie, le travail des cornes et la plomberie sont dispensées auprès du centre.
Notons que cela fait déjà 3 ans que le Diplôme délivré par ASA est agréé par l’Etat. Ses jeunes sortants pourraient passer à des examens nationaux. Le SG du MICA de souligner que l’Etat actuel priorise le secteur de l’artisanat dans le développement de l’économie.

Jemima R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.