Gouvernance : Le FMI dénonce la corruption pendant la Transition

La corruption est le symptôme d’un dysfonctionnement de l’État et y remédier nécessite des changements à de nombreux niveaux. Une étude sur la gouvernance et la corruption à Madagascar menée par des services du Fonds Monétaire International l’an dernier précise que les indicateurs de gouvernance se sont nettement dégradés pendant la période de transition 2009-13 .

La période de transition de cinq ans qui a suivi la crise de 2009 a été caractérisée par un affaissement institutionnel généralisé, une aggravation de la corruption et le développement de trafics illicites, précise une note publiée par les services du FMI suite à une étude sur la gouvernance et la corruption à Madagascar réalisée l’an dernier. Les déficiences de la gouvernance prennent diverses formes. Le trafic de bois de rose et de pierres précieuses, la contrebande d’espèces rares et protégées, la corruption de fonctionnaires des douanes et des impôts, la captation de marchés publics, le trafic de drogue et les enlèvements font partie des symptômes d’une corruption généralisée.
Du fait de l’affaiblissement des institutions durant la transition, des activités comme le blanchiment d’argent par le biais d’acquisitions immobilières et le trafic de pierres précieuses entre autres se sont répandus. Quand la corruption atteint des niveaux élevés, les institutions tendent à devenir des instruments de recherche de rentes aux mains des dirigeants politiques et d’une petite élite économique, et cela au détriment de la concurrence. Les personnes qui se livrent à la corruption ont besoin de dissimuler l’origine des fonds illicites pour éviter d’être découvertes. C’est pourquoi la corruption est étroitement liée au blanchiment d’argent, qui s’accompagne souvent de multiples opérations visant à camoufler l’origine d’actifs financiers illicites afin que ceux-ci puissent être utilisés sans danger.

Lutter contre la corruption

Pour pouvoir lutter efficacement contre la corruption, un engagement politique est requis. Les services du FMI précisent que des mesures ont été prises avec le retour de l’ordre constitutionnel en 2014. Néanmoins, des efforts restent à déployer. En vertu des normes internationales, les dispositifs de lutte contre le blanchiment doivent prévoir un contrôle renforcé des opérations financières effectuées par des «personnes politiquement exposées» et une transparence adéquate en ce qui concerne l’identité des propriétaires de sociétés. L’accent est également mis sur la nécessité à adopter la loi sur le recouvrement des avoirs qui permet aux autorités de saisir, bloquer, confisquer et gérer les produits d’actes délictueux.
Dans le cadre de la lutte contre la corruption, il est indispensable de publier la liste exhaustive des biens des hauts responsables publics. La transparence est un élément essentiel pour empêcher la corruption et promouvoir une bonne gouvernance. L’accès aux informations relatives aux décisions du gouvernement est aussi de lise puisqu’il protège les résultats tout en permettant à la société civile d’exercer une supervision efficace des fonctions administratives. L’amélioration du contrôle des dépenses et la gestion du budget sont aussi préconisées et la liste n’est pas exhaustive.

Recueillis par C.R

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.