Gouvernement : Mini remaniement après deux mois de formation

A peine le gouvernement Ntsay mis en place officiellement qu’il devra à nouveau être retouché. Elections obligent. Les textes dicent en effet que tout ministre désireux de se porter candidat à une élection devra démissionner de ses fonctions. Deux ministres se portent candidats aux Législatives.

Un mini-remani-ement gouvernemental devra avoir lieu dans les prochains jours, en application des dispositions constitutionnelles et légales. En effet, deux ministres du gouvernement Ntsay, Lucien Irmah Nahari- mamy, ministre de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, ainsi que Marie-Thérèse Volahaingo, ministre de l’Education nationale et de l’Enseigenemnt technique et professionnel, seraient candidates aux Législatives.
La Constitution de la Quatrième République dispose dans son article 64 que «Tout membre du Gouvernement, candidat à un mandat électif, devra démissionner de ses fonctions sitôt sa candidature déclarée recevable». Et la loi organique 2018-010 relative à l’élection des députés de l’Assemblée nationale, dans son article 26, dispose que «L’organe de vérification et d’enregistrement des candidatures devra statuer sur toutes les candidatures qui lui sont présentées, dans les soixante-douze (72) heures de la date de réception de chaque dossier». Ces deux textes impliquent ainsi que les deux ministres candidats susmentionnés devront démissionner dans les jours qui viennent. Leur poste ministériel respectif ne devraient pas rester vacants durant les quelques mois du processus électoral législatif.
Le premier gouvernement Ntsay du Régime Rajoelina n’a même pas eu le temps de faire ses preuves. En effet, bon nombre de ministères n’ont même pas eu le temps de faire adopter leur organigramme qu’un mini-remaniement se profile déjà.

Velo Ghislain

Imprimer Imprimer

Ce contenu a été publié dans Ma-LAZA. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.