Hausse de salaire : Maharante Jean de Dieu rassure les fonctionnaires 

Le ministre de la Fonction publique et de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales Jean De Dieu Maharante veut rassurer les fonctionnaires, après la cérémonie de présentation de vœux à Iavoloha. L’augmentation de salaire des fonctionnaires au titre de cette année est encore envisageable, d’après ses dires.
«Deux choses, dont la hausse salariale de la Fonction publique ainsi que la remise de peines, d’habitude annoncées par le Président de la République dans son discours de présentation de vœux des corps constitués, ont manqué lors de la cérémonie du 5 janvier 2018. Cette fois-ci, le Président de la République pourrait changer de méthode en ce qui concerne la révision de salaire des fonctionnaires, comme ce fut le cas de la remise de peines. Il ne faut surtout pas se décourager», rassure Jean De Dieu Maharante. Le Président de la République s’est toujours préoccupé des problèmes de la population. Son gouvernement porte un regard attentif aux problèmes d’insécurité et de l’inflation galopante ainsi que de la corruption, d’après ses précisions. Le ministre de la Fonction publique espère qu’une disposition sera adoptée par le Président de la République en ce qui concerne la révision de salaire des travailleurs.
Interrogé au sujet de la situation des 9 782 fonctionnaires, victimes de suspension de salaire en décembre 2017, le ministre de la Fonction publique a répondu que des mesures sont entreprises pour la régularisation de leur situation. Les fonctionnaires victimes, qui ont pu prouver leur appartenance à leur ministère respectif, avaient déjà perçu leur salaire. « Rien est à craindre pour les prochains mois ».
Le ministre de la Fonction publique admet les difficultés rencontrées dans la manipulation du logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat). Mais, ce département, conduit par Jean De Dieu Maharante, reste déterminé à poursuivre le combat contre les fonctionnaires fantômes. Les faux fonctionnaires engendrent en effet une perte de milliards d’ariary par an à l’Etat. La bancarisation est une des solutions préconisées par le ministère pour y remédier.

Vola R

Imprimer Imprimer